Edelstein: la crédibilité de Netanyahu entamée après avoir « ruiné » la cérémonie
Rechercher

Edelstein: la crédibilité de Netanyahu entamée après avoir « ruiné » la cérémonie

Le président de la Knesset accuse le Premier ministre et la ministre de la Culture d’avoir rompu leurs promesses sur le discours de Netanyahu

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président de la Knesset, Yuli Edelstein, lors d'une cérémonie officielle au musée de l'Holocauste Yad Vashem à Jérusalem alors qu'Israël célèbre la journée annuelle du souvenir de l'Holocauste le 12 avril 2018 (Crédit : Noam Moskowitz / POOL)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président de la Knesset, Yuli Edelstein, lors d'une cérémonie officielle au musée de l'Holocauste Yad Vashem à Jérusalem alors qu'Israël célèbre la journée annuelle du souvenir de l'Holocauste le 12 avril 2018 (Crédit : Noam Moskowitz / POOL)

Le président de la Knesset, Yuli Edelstein, a déclaré jeudi que la crédibilité du Premier ministre Benjamin Netanyahu avait été compromise après que le Premier ministre a tenu un discours presque trois fois plus long que la durée qu’il avait acceptée mercredi soir à l’occasion de la cérémonie officielle d’Indépendance.

Dans une interview diffusée jeudi sur la Dixième chaîne, Edelstein a également pris pour cible la ministre de la Culture Miri Regev, qui a organisé la cérémonie et a poussé à l’inclusion de Netanyahu, affirmant que les festivités avaient été « ruinées ».

La cérémonie d’État a été éclipsée par la querelle politique entre Edelstein et Regev, tous deux membres du parti au pouvoir, le Likud, sur la détermination de Netanyahu à assister à l’événement et à s’adresser aux invités.

Le président de la Knesset est traditionnellement le plus haut fonctionnaire à prendre la parole lors de l’événement, qui est censé être apolitique.

Edelstein a dans un premier temps menacé de boycotter l’événement en raison de la demande de Regev, dont le ministère est responsable de l’organisation de la cérémonie, de permettre à Netanyahu de prononcer un discours. Edelstein a affirmé que l’inclusion inattendue du premier ministre dans les festivités officielles du 70e anniversaire de l’indépendance équivalait à « politiser » l’événement.

Les deux parties sont parvenues à un accord de compromis permettant à Netanyahu d’allumer une torche et de faire un petit discours d’au plus cinq minutes et limité au thème de la Déclaration d’Indépendance.

Mais une fois qu’il est monté sur le podium, les commentaires de Netanyahu se sont tournés vers l’état du pays sous sa direction, et le discours « court » a duré presque 14 minutes, bien plus longtemps que le discours de huit minutes d’Edelstein.

« Après quelques minutes, j’ai réalisé qu’il y avait eu un accident », a déclaré Edelstein dans l’interview diffusé sur la Dixième chaîne jeudi. « Je vous rappelle que ce n’était pas un accord secret, où c’est sa parole contre la mienne. Il y a eu une annonce officielle par le bureau du Premier ministre à ce sujet. »

Interrogé sur ce qui se passerait si Netanyahu, son chef au sein du Likud, lui faisait une demande similaire à l’avenir, le président de la Knesset a déclaré : cette « histoire aura probablement de l’influence, la crédibilité a été endommagée. J’ai tendance à honorer les accords que je conclus avec mes collègues. »

Edelstein a rejeté les affirmations de Regev selon lesquelles il lui avait parlé de façon menaçante lors d’une réunion privée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...