Egypte: 2 journalistes et un avocat accusés de liens avec un groupe « terroriste »
Rechercher

Egypte: 2 journalistes et un avocat accusés de liens avec un groupe « terroriste »

Les trois accusés resteront en détention préventive pendant 15 jours, renouvelables indéfiniment

Les policiers égyptiens anti-émeutes montent la garde dans la capitale égyptienne du Caire, le 27 septembre 2019 (Crédit :  Khaled DESOUKI / AFP)
Les policiers égyptiens anti-émeutes montent la garde dans la capitale égyptienne du Caire, le 27 septembre 2019 (Crédit : Khaled DESOUKI / AFP)

Un couple de journalistes et un avocat égyptiens ont été arrêtés au Caire et accusés de liens avec un groupe « terroriste », ont indiqué jeudi leurs avocats, sur fond de répression de la liberté de la presse en Egypte.

Hossam El-Sayed, photojournaliste, et son épouse Solafa Magdy, une journaliste indépendante, ont été arrêtés mardi avec l’avocat Mohamed Salah dans un café du Caire, selon l’avocat du couple, Me Nabih Elganadi.

Le Parquet général de la sûreté de l’Etat les a accusés d’avoir rejoint un groupe « terroriste » non précisé et, en ce qui concerne Mme Magdy, d’avoir également propagé de fausses informations, a indiqué à l’AFP Me Elganadi.

Les trois accusés resteront en détention préventive pendant 15 jours, renouvelables indéfiniment.

Me Elganadi a déposé une plainte auprès du procureur général après que sa cliente Mme Magdy a affirmé avoir été torturée par la police au poste de Dokki au Caire, où elle a été amenée après son arrestation.

Des policiers « ont frappé ses bras et ses flancs et l’ont aussi insultée », a-t-il affirmé. « Ils ont mis sa voiture à la fourrière et pris son téléphone portable ».

Dans un rapport mercredi, Amnesty International a critiqué le Parquet général de la sûreté de l’Etat, outil, selon cette organisation de défense des droits humains, de la politique répressive du gouvernement égyptien.

Depuis l’arrivée au pouvoir d’Abdel Fattah al-Sissi en 2014, une vague de répression s’est abattue sur les journalistes, les opposants et les militants égyptiens.

Dimanche, trois journalistes du média indépendant Mada Masr ont été brièvement arrêtés lors d’une perquisition par des policiers de leur bureau du Caire.

Mardi, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a exhorté Le Caire à respecter la liberté de la presse.

L’Egypte est le pays qui emprisonne le plus de journalistes au monde après la Chine et la Turquie, selon le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) basé à New York.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...