Eizenkot : L’accord du nucléaire permettrait à Tsahal de se focaliser ailleurs
Rechercher

Eizenkot : L’accord du nucléaire permettrait à Tsahal de se focaliser ailleurs

Tout en soulignant qu'Israël doit veiller à ce que l'Iran ne se dote pas d'armes nucléaires, l'ex-chef d'état-major affirme que cela ne constitue pas une "menace existentielle"

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

L'ancien chef d’état-major Gadi Eizenkot durant une conférence à Netanya, le 18 mars 2019. (Crédit : Flash90)
L'ancien chef d’état-major Gadi Eizenkot durant une conférence à Netanya, le 18 mars 2019. (Crédit : Flash90)

Gadi Eizenkot, ancien chef d’état-major de l’armée israélienne, a reconnu mercredi qu’un nouvel accord nucléaire entre l’Iran et les États-Unis et d’autres puissances mondiales, empêchant Téhéran d’obtenir une arme atomique pendant un certain temps, libérerait probablement les ressources d’Israël pour d’autres questions urgentes de sécurité.

Israël « doit toujours être préoccupé » par la perspective d’un Iran nucléaire et continuer à investir « une énergie significative » pour l’empêcher d’obtenir une bombe atomique, a expliqué Eizenkot. Mais un Iran doté d’armes nucléaires, bien que constituant une menace sérieuse, ne représenterait pas une menace existentielle pour l’État d’Israël, a-t-il déclaré.

« Je ne vois pas de menace existentielle pour l’État d’Israël », a-t-il déclaré, tout en ajoutant que « nous devons continuer à veiller à ce que l’Iran ne dispose pas de capacités atomiques ».

Eizenkot a pris la parole lors d’une conférence en l’honneur de l’ancien chef du Mossad, Meir Dagan, au Collège académique de Netanya.

Au cours de son mandat à la tête de Tsahal de 2015 à 2019, Eizenkot a été l’un des rares membres de l’establishment de la sécurité israélienne à reconnaître les avantages de l’accord nucléaire iranien de 2015, connu officiellement sous le nom de Plan d’action global conjoint, ou JCPOA. Cela s’est poursuivi mercredi, le chef de l’armée rompant avec la plupart des autres hauts responsables de la Défense, y compris son successeur le chef d’état-major de Tsahal Aviv Kohavi, qui se sont publiquement déchaînés contre les perspectives d’un accord nucléaire renouvelé alors que les États-Unis semblent prêts à réintégrer le pacte dont Donald Trump s’est retiré en 2018.

« Cela nous a permis de détourner d’importantes ressources vers d’autres choses : les menaces au sol, le développement d’alliés très importants, quatre années de lutte contre l’État islamique, l’ouverture de la campagne contre l’enracinement iranien. Cela nous a permis de consacrer d’importantes ressources à la résolution d’un certain nombre de problèmes de sécurité de premier niveau », a-t-il déclaré, en utilisant le terme militaire pour désigner les menaces directes aux frontières d’Israël.

Des soldats évacuent un camarade blessé lors de la Deuxième Guerre du Liban, le 24 juillet 2006 (Crédit : Haim Azoulay/Flash 90/File)

Dans son discours, l’ancien chef de l’armée a également évoqué la menace que représente le groupe terroriste du Hezbollah, contre lequel Israël a combattu lors de la deuxième guerre du Liban, dont le 15e anniversaire sera célébré le mois prochain.

« Nous ne nous sommes pas engagés dans la deuxième guerre du Liban en étant suffisamment préparés. Mais nous avons appris depuis », a-t-il déclaré.

Bien que les 15 dernières années aient été relativement calmes le long de la frontière israélo-libanaise, cette période a permis au Hezbollah de se réarmer massivement et le groupe représente désormais une menace militaire bien plus importante qu’en 2006, ce qui amène à se demander si Israël doit lancer une attaque préventive contre le groupe terroriste avant qu’il ne se renforce. Le Hezbollah développe et fabrique des armes à guidage de précision, une source de préoccupation majeure pour Israël, juste après la menace nucléaire iranienne.

Eizenkot a déclaré qu’il était généralement opposé à une telle action, mais il a exposé deux scénarios principaux qui la justifieraient.

« Si des armes chimiques sont introduites ou s’il y a des armes de précision à un certain niveau, il sera nécessaire d’envisager une guerre préventive. Une guerre préventive présente des avantages, mais s’accompagne également de considérations majeures », a-t-il analysé.

Eizenkot est également revenu sur les 11 jours de conflit qui ont opposé Israël aux groupes terroristes du Hamas et du Jihad islamique palestinien le mois dernier, félicitant l’armée d’avoir réalisé en moins de deux semaines ce qu’elle avait accompli en plus de 50 jours lors de la guerre de 2014 à Gaza. Cependant, il a exprimé de sérieuses inquiétudes quant à l’absence de stratégie globale du gouvernement pour la bande de Gaza et ses plus de deux millions de résidents.

Des Palestiniens inspectent des bâtiments détruits à la suite de frappes aériennes israéliennes pendant la nuit à Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza, le 14 mai 2021 (Crédit : AP Photo / Khalil Hamra)

« La réalité dans la bande de Gaza est qu’elle est dirigée par une organisation dont l’idéologie est clairement dirigée contre l’État d’Israël. Depuis que le Hamas a pris le pouvoir, il y a eu quatre grandes séries de combats et la réalité là-bas est incroyablement compliquée », a déclaré Eizenkot.

L’ancien chef d’état-major de Tsahal a noté que si l’armée, lors de l’opération « Gardien des murs » du mois dernier, avait réussi à contrer le réseau de tunnels souterrains du Hamas – un enjeu majeur de la guerre de 2014 – elle avait éprouvé de sérieuses difficultés à faire face aux barrages massifs de roquettes tirées par les groupes terroristes dans l’enclave.

« Il y a eu des réalisations et aussi plus que quelques défauts », a-t-il déclaré.

« Ils ont réussi à tirer quelque 4 500 roquettes sur l’État d’Israël. Ils ont réussi à tirer de grandes quantités de projectiles sur notre territoire, mais nous avons également vu des capacités très impressionnantes [de l’armée] en termes de défense et en termes d’attaque avec des cibles frappées », a-t-il déclaré.

Une salve de roquettes tirées depuis la bande de Gaza, sur Israël, le 12 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Khalil Hamra)

Eizenkot a déclaré qu’il était difficile d’évaluer réellement le succès du conflit car l’armée s’y est engagée avec des objectifs vagues.

« Lorsque l’objectif est une frappe significative et un renforcement sérieux de la dissuasion, il est difficile de quantifier la réussite », a-t-il déclaré.

« Une grande partie du problème est que nos politiques et notre stratégie ne sont pas suffisamment claires sur le front palestinien en général et sur le front de Gaza en particulier. L’armée et le service de sécurité du Shin Bet doivent apporter un sentiment de sécurité », a ajouté Eizenkot.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...