En arrivant aux EAU, l’envoyé israélien vise la prospérité commerciale à venir
Rechercher

En arrivant aux EAU, l’envoyé israélien vise la prospérité commerciale à venir

L'envoyé Eitan Naeh en quarantaine à Abou Dhabi, dit qu'il se focalisera sur l'apport de marchandises moins chères en Israël, la diplomatie n'étant pas encore à l'ordre du jour

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Eitan Naeh, premier ambassadeur d'Israël aux Émirats arabes unis, après son arrivée dans ce pays le 24 janvier 2021. (Autorisation ministère des Affaires étrangères)
Eitan Naeh, premier ambassadeur d'Israël aux Émirats arabes unis, après son arrivée dans ce pays le 24 janvier 2021. (Autorisation ministère des Affaires étrangères)

Quelques jours après son arrivée aux Emirats arabes unis, le tout premier ambassadeur d’Israël dans le pays du Golfe a déclaré qu’il allait se concentrer sur les questions économiques, tout en évitant apparemment les questions plus délicates qui pourraient peser sur la relation bilatérale tant vantée.

Eitan Naeh a déclaré au Times of Israel qu’il voyait un avenir brillant – et moins cher – pour les Israéliens à mesure que les liens se développent.

« Les Émirats Arabes Unis représentent une ouverture sur un immense marché, des ports immenses, avec de très grandes zones de libre-échange », a déclaré Naeh, s’exprimant par téléphone depuis Abou Dhabi, où il était en quarantaine. « Il y a d’énormes avantages pour le commerce israélien, qu’il s’agisse d’importations ou d’exportations, pour la baisse du coût de la vie ».

En 2020, le magazine CEOWORLD a constaté qu’Israël était le huitième pays le plus cher où vivre.

Dock de porte-conteneurs au port de Dubaï dans la zone franche de Jebel Ali, Émirats arabes unis, le 3 janvier 2010. (AP Photo/Kamran Jebreili)

Alors que les Israéliens ont longtemps maintenu des liens commerciaux et sécuritaires discrets avec les Émirats arabes unis, l’accord de normalisation a été présenté comme une aubaine économique potentielle, avec un accès accru au centre commercial et maritime mondial de Dubaï, en plus du tourisme et de l’énergie.

« Tout ce qui arrive ici fait simplement baisser le coût de la vie et chaque citoyen d’Israël en ressentira les effets », a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu en octobre, alors qu’il se trouvait sur un bateau transportant des machines à laver de Dubaï à Haïfa.

Naeh, 57 ans, est arrivé aux Émirats arabes unis dimanche et, en raison de restrictions sanitaires, il est maintenu en isolement pour le moment, ce qui signifie qu’il n’a pas encore présenté ses lettres de créance ni pu réellement se mettre au travail avec ses homologues émiratis. Lui et les autres Israéliens de la mission aux ÉAU ont été vaccinés contre le coronavirus avant leur départ.

« Nous devons être modestes », a-t-il dit. « Nous avons beaucoup à apprendre ici… Tous ceux qui nous ont rendu visite peuvent voir qu’ils s’en sortent bien. Il y a beaucoup à apprendre de ce qui a été fait ici sur la façon de faire les choses, et comment les faire bien ».

Israël et les Émirats arabes unis ont signé un accord de normalisation négocié par les États-Unis à la Maison Blanche le 15 septembre 2021. Cet accord a été suivi par des accords visant à œuvrer à la normalisation avec le Bahreïn, le Soudan et le Maroc. Naeh est le premier ambassadeur israélien à occuper un poste issu de l’un des accords, bien qu’un chargé d’affaires au Bahreïn, Itai Tigray, soit déjà à l’œuvre dans la capitale Manama.

Le ministre des Affaires étrangères Abdullah bin Zayed al-Nahyan et son homologue du Bahreïn Abdullatif al-Zayani au cours de la cérémonie des Accords d’Abraham, le 15 septembre 2020. (Crédit : AP Photo/Alex Brandon)

Son arrivée coïncide avec une nouvelle poussée israélienne contre les plans du nouveau président américain Joe Biden de réintégrer le pacte nucléaire avec l’Iran en 2015. Jérusalem considère les Émirats arabes unis et les autres États du Golfe comme des alliés importants dans sa campagne contre le programme nucléaire iranien.

Cependant, Naeh a déclaré que la menace iranienne n’était pas sur son écran radar.

« Il est encore trop tôt et je me concentre entièrement sur le développement des relations bilatérales pour le moment », a-t-il déclaré.

Il a ajouté qu’il n’était pas sûr d’être la bonne personne pour parler de l’Iran, un clin d’œil possible aux tentatives de Netanyahu de contrôler le dialogue sur l’Iran depuis le bureau du Premier ministre et non le ministère des Affaires étrangères.

Naeh a également déclaré qu’il n’avait pas encore commencé à approfondir les questions plus complexes qu’il est censé aborder avec les Emiratis, notamment les relations avec l’Autorité palestinienne et la politique d’Israël à l’égard de la bande de Gaza dirigée par le Hamas.

En échange de relations officielles avec les Émirats arabes unis, Israël a accepté de suspendre les plans d’annexion de grandes parties de la Cisjordanie dans le cadre du plan de paix israélo-palestinien élaboré par l’administration de l’ancien président américain Donald Trump. Cette décision a créé un fossé entre Abou Dhabi et Ramallah, qui considérait la normalisation avec Israël comme prématurée étant donné l’absence d’un accord de paix israélo-palestinien, bien que les Émirats arabes unis disent être toujours attachés à la cause palestinienne.

Naeh a servi comme ambassadeur en Turquie de 2016 à 2018, jusqu’à ce qu’il soit expulsé par Ankara pour protester contre la mort de dizaines de Palestiniens lors de violents affrontements avec les forces israéliennes à la frontière avec la bande de Gaza.

Lors de son départ, il a été contraint de se soumettre à un contrôle de sécurité poussé, filmé par des caméras de télévision turques invitées, soulignant les querelles entre Israël et la Turquie qu’il gérait depuis Ankara.

Les Émirats arabes unis, en revanche, devraient être un poste beaucoup plus agréable, avec des relations déjà bien établies.

Pour l’instant, l’accent est mis sur les relations économiques, a déclaré M. Naeh, mais les deux pays travailleront ensemble dans toute une série de domaines. « Ils aimeraient coopérer dans le plus grand nombre de domaines possible, qu’il s’agisse de l’agriculture, de la sécurité alimentaire, de la médecine, de la télémédecine, de l’innovation en phase de démarrage, de la R&D. »

Il a déclaré que les objectifs du ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi pour cette relation étaient à la fois « larges et spécifiques ».

« Apprenez à connaître l’endroit », lui a-t-on dit. « Apprenez à connaître les enjeux. Cartographier les problèmes. Cartographier les personnes avec lesquelles nous devons être en contact, puis aller à leur rencontre. Renforcer, accroître la coopération dans tous les domaines possibles… Développer le dialogue à tous les niveaux ».

Erel Margalit, fondateur et président de Jerusalem Venture Partners (JVP), lors d’un séjour avec les membres d’une délégation du secteur hi-tech au Dubai Financial Market (DFM), le 22 octobre 2020. (Crédit : Karim SAHIB / AFP)

Naeh et le personnel du ministère des Affaires étrangères avec lui établissent la tête de pont sur laquelle les diplomates vont s’étendre dans les semaines à venir. Le ministère ouvrira à terme une « assez grande » ambassade permanente à Abou Dhabi et un consulat à Dubaï.

« Nous avons les pieds sur terre en termes d’apprentissage, d’exploration et d’intégration », explique Naeh. « Nous préparons le terrain. Cela va se faire très rapidement ».

Bien que beaucoup de préparation se soit faite sur Zoom et Skype dans le cadre de la pandémie COVID-19, il est crucial d’avoir des diplomates chevronnés sur le terrain pour que la relation se développe, a souligné Naeh. « Il y a une limite à ce que vous pouvez accomplir lorsque vous n’êtes pas assis face à face, les yeux dans les yeux avec une personne ».

Naeh, qui parle anglais et arabe, a souligné le travail de diplomatie numérique du ministère dans le monde arabe pour jeter les bases des accords.

De nombreux Israéliens du gouvernement et du secteur privé joueront un rôle important dans le développement de ces échanges, mais le ministère des Affaires étrangères est particulièrement bien placé et qualifié pour diriger cet effort, selon M. Naeh.

Des responsables émiratis et israéliens discutent des futurs accords de coopération à Abou Dhabi, le 31 août 2020. (Amos Ben-Gershom / GPO)

« Je pense qu’en raison de son expérience diversifiée, le ministère des Affaires étrangères est bien placé… Ce n’est pas un travail qu’une seule personne ou un seul ministère peut faire. Il est évident que nous devons diriger les efforts de nombreux organismes gouvernementaux », a-t-il déclaré.

Il a qualifié cette nomination d’“opportunité la plus excitante” de sa carrière.

« C’est une étape importante », a-t-il déclaré. « C’est seulement dans l’avion que j’ai pu apprécier pleinement ce qui s’est passé ces derniers mois. L’atterrissage, l’accueil, la conduite à travers Dubaï et Abou Dhabi font prendre conscience de ce qu’il y a à faire – et, vous savez, avec un peu d’humilité, c’est sûr ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...