Rechercher

Englman : « Tsahal n’est pas suffisamment préparée pour poursuivre les raids »

Une enquête a révélé que les réservistes manquent d'équipements, qu'ils reçoivent des armes défectueuses et que les conditions sont mauvaises sur la base d'entraînement de Kfir

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Illustration : Des soldats israéliens organisant un exercice simulant une infiltration de terroristes dans l'implantation d'Elazar en Cisjordanie, le 21 septembre 2022. (Crédit : Gershon Elinson/Flash90)
Illustration : Des soldats israéliens organisant un exercice simulant une infiltration de terroristes dans l'implantation d'Elazar en Cisjordanie, le 21 septembre 2022. (Crédit : Gershon Elinson/Flash90)

Tsahal n’est « pas suffisamment préparée sur le plan logistique » pour poursuivre la vaste opération d’arrestation en Cisjordanie entamée plus tôt cette année à la suite d’une série d’attaques terroristes, a conclu le rapport d’enquête « prioritaire » du contrôleur d’État, publié dimanche.

Le bureau du contrôleur d’État a constaté que les troupes de réservistes servant au check-point de Yakir, près de l’implantation du même nom dans le centre de la Cisjordanie, manquaient d’équipements essentiels, et que les conscrits en formation à la base d’entraînement de la brigade Kfir avaient de mauvaises conditions de vie.

Le contrôleur de l’État Matanyahu Englman a déclaré qu’il avait effectué ce contrôle rapide dans le cadre de l’opération d’arrestation menée par Tsahal en Cisjordanie depuis plusieurs mois, après une série d’attentats qui ont fait 19 morts entre la mi-mars et le début du mois de mai.

Tsahal a plus que doublé ses effectifs en Cisjordanie et le long de la barrière de sécurité, faisant passer le nombre de bataillons dans la région d’environ 13 à 26.

Le rapport indique que les troupes stationnées au poste militaire de Yakir ont affirmé qu’il leur manquait des équipements utilisés dans les activités opérationnelles, notamment certaines armes et certains véhicules. Le rapport note également la mauvaise gestion de l’armurerie de la base, les troupes se plaignant de la mauvaise qualité des armes qui leur sont fournies, dont beaucoup s’enrayent.

Un autre problème soulevé à la base de Yakir est qu’elle héberge actuellement deux bataillons au lieu d’un seul habituellement, ce qui entraîne une charge supplémentaire en cuisine et affecte négativement la qualité et la quantité de nourriture.

Des soldats israéliens de la Brigade Kfir arrêtant un suspect en Cisjordanie, le 21 septembre 2022. (Crédit : Armée israélienne)

Un autre problème soulevé par la brigade Golani actuellement stationnée à Yakir était le manque de préparation pour les tâches à accomplir dans le nord d’Israël. En passant de longues périodes en Cisjordanie, les réservistes ne passent pas assez de temps à s’entraîner en vue d’une possible guerre avec le groupe terroriste du Hezbollah, ont déclaré des soldats à Englman.

À la base d’entraînement de la brigade Kfir, le rapport fait état de conditions de vie déplorables, notamment le manque d’ombre, des climatiseurs en panne et l’absence de fontaines d’eau froide nécessaires pour faire face aux chaleurs étouffantes de la vallée du Jourdain.

La brigade Kfir sert principalement en Cisjordanie, où elle mène des opérations d’arrestation et protège les implantations.

« Tsahal n’est pas suffisamment préparée, sur le plan logistique, à la poursuite des combats en [Cisjordanie] », a déclaré Englman.

Le contrôleur de l’État israélien Matanyahu Englman s’exprimant lors d’une conférence à Jérusalem, le 23 février 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Tsahal a déclaré, en réponse au rapport d’enquête, que les lacunes ne nuisent pas aux compétences et à l’état de préparation des troupes, mais a ajouté que certaines lacunes avaient déjà été traitées suite aux visites d’Englman en août, tandis que d’autres étaient encore en cours de traitement.

Les véhicules de l’armée à la base de Yakir, par exemple, sont très utilisés et, par conséquent, l’armée s’efforce d’étendre son réseau de maintenance, a indiqué le rapport.

Tsahal n’était pas au courant des problèmes d’armurerie de la base de Yakir, notamment en ce qui concerne les armes défectueuses qu’Englman a mentionnées dans le rapport.

L’armée a déclaré qu’elle ne maintenait pas d’infrastructure de secours pour tous les scénarii en raison des coûts élevés, mais qu’elle ajusterait le temps nécessaire pour enrôler des troupes supplémentaires en cas de renforcement à grande échelle.

Les troupes ont essuyé des tirs répétés au cours des raids, qui ont conduit à l’arrestation de plus de 2 000 suspects, selon l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet. Parmi les plus de 100 Palestiniens tués en 2022, on compte des auteurs d’attaques à l’intérieur d’Israël, des adolescents qui protestaient violemment contre les raids nocturnes de Tsahal et la journaliste d’Al Jazeera Shireen Abu Akleh.

L’armée a lancé les opérations d’arrestation après une série d’attaques palestiniennes qui ont tué 19 personnes entre la mi-mars et le début du mois de mai. Lors d’une autre attaque présumée en septembre, une femme âgée a été tuée par un Palestinien à Holon.

Lors d’une opération en mai, un commando de police a été tué alors que les troupes terminaient une opération d’arrestation dans la région de Jénine. Le mois dernier, un officier supérieur de Tsahal a été tué lors d’une fusillade avec des Palestiniens à la barrière de sécurité du nord de la Cisjordanie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...