Rechercher

Le commando tué lors d’une opération à Jénine inhumé en toute intimité

Les fils de l'officier décédé critiquent le gouvernement lors des funérailles : « Comment se fait-il que des terroristes soient allés dans le même hôpital que notre père ? »

Noam Raz, l'officier chevronné de l’unité Yamam, est inhumé le 15 mai 2022. (Crédit : Courtoisie/famille Raz)
Noam Raz, l'officier chevronné de l’unité Yamam, est inhumé le 15 mai 2022. (Crédit : Courtoisie/famille Raz)

Noam Raz, un commando de police chevronné tué lors d’une opération antiterroriste dans la région de Jénine, a été enterré dimanche dans la section police du cimetière national du Mont Herzl à Jérusalem.

Lors de ses funérailles dimanche, la mémoire du sergent-major Noam Raz a évoqué un homme simple, qui aimait son pays et sa famille.

« Un héros d’Israël a vécu parmi nous », a déclaré Yisraël Gantz, chef du Conseil régional de Binyamin, lors des funérailles à Jérusalem. « Nous avons eu le privilège de vivre aux côtés d’un brave père de famille, d’un homme de Torah, d’un héros modeste. »

L’officier chevronné de l’unité d’élite antiterroriste Yamam, tué lors d’une opération israélienne près de Jénine en Cisjordanie la semaine dernière, a été inhumé dimanche dans le carré de la police du mont Herzl.

Des centaines de personnes ont pris part aux funérailles, que la famille Raz avait demandé à tenir à l’écart des médias.

Âgé de 47 ans, Raz était un membre fondateur et résident de l’implantation de Kida en Cisjordanie. Il laisse derrière lui son épouse, Efrat, et six enfants. Il a été promu, à titre posthume, au grade de sergent-major de commandement.

Les habitants de Gush Shiloh, rassemblés au carrefour de Shiloh, agitaient des drapeaux israéliens quand le cortège funèbre partit, dimanche matin, de Kida pour rejoindre le mont Herzl par la route 60.

« C’est un héros israélien, un homme de la terre, (…). Il a élevé une famille merveilleuse. Il était gentil, modeste », a témoigné l’un de ses amis aux journalistes qui se trouvaient à l’extérieur du cimetière, après que la famille a demandé que les médias n’assistent pas à l’enterrement.

Pendant les funérailles, le fils de Raz s’est levé pour faire l’éloge de son père avant de reposer le micro, déclarant qu’il ne pouvait rien dire en présence du ministre de la Sécurité intérieure, Omer Barlev.

Des soldats israéliens interviennent dans la ville de Jénine, en Cisjordanie, le 13 mai 2022. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)

Membre du parti travailliste, Barlev est depuis longtemps très critiqué par la droite politique, et l’a été encore récemment pour ne pas avoir soutenu comme il se doit les policiers impliqués [dans les heurts survenus lors des] funérailles de la journaliste d’Al Jazeera, Shireen Abu Akleh, vendredi.

Un autre fils de Raz a déploré, lors des funérailles, que leurs frères et sœurs soient maintenant privés de leur père. « Pourquoi Naveh ne pourra-t-il préparer sa bar mitzvah avec toi ? » a regretté son fils.

Il aurait dû y avoir une action israélienne plus énergique dans la région de Jénine, a-t-il suggéré. « Un missile et il n’aurait pas été nécessaire de mettre en danger la vie de 50 soldats, qui valent chacun le gouvernement dans son ensemble », a déclaré le fils de Raz.

« Comment en sommes-nous arrivés à une situation où les terroristes sont allés dans le même hôpital que mon père ? Je n’ai pas les mots. Il est temps d’agir. »

Raz a été touché par des coups de feu lors d’une descente dans les maisons de suspects de terrorisme, vendredi. Il a été conduit à l’hôpital Rambam de Haïfa, où les responsables de l’hôpital l’ont pris en charge dans un état critique. Ils ont fait tout ce qui était possible pour le ranimer, mais il souffrait de graves blessures au niveau du torse et ils ont finalement dû se résoudre à le déclarer mort.

Tsahal a reconnu que des soldats et agents du Shin Bet ainsi que de Yamam – une unité antiterroriste au sein de la police des frontières – opéraient à Burqin pour interpeler des suspects.

Au cours d’une opération, les soldats israéliens ont tiré sur des terroristes armés, qui ont ouvert le feu et lancé des explosifs. Dans le cadre de l’opération, les soldats israéliens sont parvenus à appréhender un suspect barricadé à l’intérieur de sa maison, qui s’est rendu avec son frère, selon un communiqué conjoint publié par la police et l’armée israélienne.

Daoud Zubeidi, qui faisait partie des 13 hommes armés palestiniens blessés lors d’échanges de tirs avec les soldats israéliens à Jénine et dans les environs, a également été conduit à l’hôpital Rambam. Zubeidi est décédé dimanche à l’hôpital des suites de ses blessures.

Israël a récemment intensifié ses opérations en Cisjordanie, en particulier dans la région de Jénine, d’où sont originaires plusieurs terroristes à l’origine de récents attentats en Israël. Les violences ont fait 19 morts dans les villes du centre d’Israël depuis le 22 mars, dans la série d’attentats terroristes la plus sanglante depuis des années.

Raz, né à Rehovot dans la famille de Shaya et Esther Rosenberg, s’était engagé dans l’armée israélienne en 1999. Il aura servi pendant environ 23 ans dans l’unité d’élite antiterroriste Yamam en tant que soldat et ambulancier.

« Il n’avait pas changé depuis l’enfance…en bien », a déclaré un ami d’enfance de Raz au site israélien National News. « Il était calme, ne parlait jamais de lui-même, était modeste… il aimait beaucoup son pays, la Torah, et cela ne l’a jamais quitté. »

« Noam était un amoureux d’Israël et un héros d’Israël », a déclaré dimanche le Premier ministre, Naftali Bennett, au début de la réunion hebdomadaire du gouvernement. « Il y a seulement quelques semaines, Noam avait sauvé la vie du lieutenant-général S, grièvement blessé lors d’un affrontement avec des terroristes dans la région de Tulkarem. Noam laisse derrière lui… un héritage lumineux : aimer notre pays, contribuer à l’État et combattre nos ennemis avec une détermination sans faille. »

Raz avait souhaité être donneur d’organes et, par conséquent, ses cornées seront utilisées pour des greffes, selon les informations du Centre national de transplantation.

 

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...