Israël en guerre - Jour 263

Rechercher

Enquête sur un acteur qui s’est enfoncé le drapeau dans les fesses

L'incident s'est produit dimanche lors d'une manifestation culturelle organisée par le quotidien Haaretz à Tel-Aviv

Ariel Bronz. (Crédit : Facebook)
Ariel Bronz. (Crédit : Facebook)

La police israélienne a ouvert une enquête lundi sur un acteur qui s’est enfoncé sur scène le drapeau israélien dans les fesses, suite à une plainte de la ministre de la Culture et des Sports, Miri Regev.

L’acteur israélien Ariel Bronz, ulcéré que le public n’ait pas apprécié son spectacle qui devait servir d’intermède après un discours houleux de Mme Regev, a lancé des oranges sur la foule avant de tourner le dos au public et d’entreprendre de s’enfoncer le drapeau d’Israël dans les fesses.

« S’enfoncer le drapeau d’Israël dans les fesses ce n’est pas de la culture, c’est une infraction à la loi, c’est une preuve de mépris pour le drapeau et pour tous ceux, soldats et civils, qui ont été tués en son nom en Israël », a déclaré Miri Regev, citée dans un communiqué.

Le texte fait référence à la loi sur le drapeau qui interdit de porter atteinte au symbole national.

Une porte-parole de la police a confirmé qu’une plainte avait été déposée après « un usage non approprié d’un des symboles du pays » et qu’une enquête avait été ouverte.

La ministre de la Culture, qui appartient à l’aile dure du parti Likud (droite) du Premier ministre Benjamin Netanyahu, est en conflit avec une grande partie du milieu artistique israélien qui lui reproche de vouloir le museler.

Elle avait été accueillie à l’évènement organisé par Haaretz par des huées du public, dont certains membres s’étaient bâillonné la bouche en signe de protestation contre sa politique.

« On m’a toujours dit de commencer un discours par une citation. Cela donne l’impression d’être cultivé. Donc la voilà », avait lancé l’ancienne porte-parole de l’armée en ouverture de son discours : « Comme le célèbre philosophe chinois Sun Tzu l’a dit un jour : ‘Arrêtez vos conneries !' ».

Miri Regev a notamment présenté fin janvier un projet de loi controversé visant à couper les subventions aux institutions culturelles qui ne seraient pas « loyales » envers l’Etat.

La députée du Likud, Miri Regev, lors d'une conférence politique à l'université de Tel-Aviv, le 18 janvier 2015 (Crédit : Tomer Neuberg / FLASH 90)
La députée du Likud, Miri Regev, lors d’une conférence politique à l’université de Tel-Aviv, le 18 janvier 2015 (Crédit : Tomer Neuberg / FLASH 90)

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.