Rechercher

Erdogan annonce que Bennett pourrait bientôt se rendre en Turquie ; Israël nie

Le dirigeant turc a déclaré que la visite pourrait amener une "nouvelle dynamique" dans les relations bilatérales ; aucune visite n’est prévue selon des responsables israéliens

Le Premier ministre Naftali Bennett (g) et le président turc Recep Tayyip Erdogan. (Crédit montage : AP)
Le Premier ministre Naftali Bennett (g) et le président turc Recep Tayyip Erdogan. (Crédit montage : AP)

Alors que Jérusalem et Ankara s’efforcent d’améliorer leurs relations après des années d’acrimonie, le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré vendredi que le Premier ministre Naftali Bennett pourrait bientôt se rendre en Turquie.

Selon l’agence de presse officielle Anadolu, Erdogan aurait déclaré qu’une visite de Bennett pourrait conduire à une « nouvelle dynamique » dans la relation bilatérale.

Il aurait ajouté que la coopération sur le gaz naturel pourrait jouer un rôle clé dans le renforcement des relations diplomatiques.

Peu de temps après l’intervention d’Erdogan, une source israélienne citée par plusieurs médias israéliens a déclaré qu’aucun voyage n’était actuellement prévu.

Bennett s’est entretenu par téléphone avec Erdogan, mais n’a pas rencontré en personne le dirigeant turc depuis qu’il est devenu Premier ministre en juin dernier.

Les propos d’Erdogan, vendredi, interviennent quelques jours après la visite du président Isaac Herzog à Ankara, visite de plus haut niveau d’un responsable israélien depuis le déplacement de l’ex-Premier ministre Ehud Olmert, en 2008.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan à Ankara, le 24 novembre 2021. (Crédit : Adem ALTAN/AFP)

Le président turc avait déclaré que « cette visite historique marquera un tournant dans les relations entre la Turquie et Israël », tandis que Herzog avait salué le voyage comme « un moment très important dans les relations entre nos deux pays ».

Herzog avait ajouté plus tard que, malgré l’intérêt mutuel à raviver les liens, le processus se déroulait « sans illusions, mais reflétait des intérêts bilatéraux ».

La Turquie et Israël ont été de proches alliés, mais la relation s’est distendue avec Erdogan, très critique envers la politique israélienne envers les Palestiniens. L’attitude favorable d’Erdogan envers le groupe terroriste du Hamas a par ailleurs beaucoup irrité Israël.

Les pays ont rappelé leurs ambassadeurs respectifs en 2010 après que les forces israéliennes ont pris d’assaut une flottille à destination de Gaza transportant de l’aide humanitaire pour les Palestiniens, en violation du blocus israélien. L’incident avait entraîné la mort de 10 militants turcs.

Le président israélien Isaac Herzog s’adresse aux médias lors d’une conférence de presse conjointe avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, à Ankara, en Turquie, le 9 mars 2022. (Crédit : AP Photo/Burhan Ozbilici)

Les relations se sont ensuite améliorées avant de se dégrader en 2018 lorsque la Turquie, irritée par le transfert à Jérusalem de l’ambassade américaine en Israël, a une nouvelle fois rappelé son ambassadeur, incitant Israël à répondre de la même manière.

Les deux pays n’ont, depuis, pas rétabli leurs ambassadeurs.

L’éventualité d’un rapprochement avec Israël se fait jour alors que la Turquie, en proie à des problèmes économiques, tente de mettre fin à son isolement international en normalisant ses liens avec plusieurs pays du Moyen-Orient, dont l’Égypte, les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...