Israël en guerre - Jour 144

Rechercher

Eric Coquerel évoque un « risque génocidaire » à Gaza, une « réalité » qui ne serait plus « discutable » d’ici peu

"Ce n'est pas le Hamas qu'on est en train de faire disparaître, on est en train de faire disparaitre un peuple", a ajouté le député d'extrême gauche

Le député français La France insoumise Eric Coquerel (au centre) lit une déclaration entouré d'une délégation de parlementaires français exigeant un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, lors d'une visite au poste-frontière de Rafah, au nord-est du Sinaï, le 4 février 2024. (Crédit : AFP)
Le député français La France insoumise Eric Coquerel (au centre) lit une déclaration entouré d'une délégation de parlementaires français exigeant un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, lors d'une visite au poste-frontière de Rafah, au nord-est du Sinaï, le 4 février 2024. (Crédit : AFP)

Avant de participer à l’hommage rendu ce mercredi aux victimes françaises des attaques du Hamas du 7 octobre aux Invalides, le député La France insoumise Eric Coquerel a déclaré mardi à propos de la situation à Gaza que, « si dans le mois en cours rien n’est fait, le risque génocidaire [des Palestiniens] va devenir une réalité qui ne sera plus discutable ».

« Ce n’est pas le Hamas qu’on est en train de faire disparaître, on est en train de faire disparaitre un peuple », a ajouté le président de la commission des Finances de l’Assemblée nationale.

Interrogé sur la dernière polémique causée par son mouvement – leur participation non voulue par des familles de victimes à l’hommage de mercredi à Paris –, Eric Coquerel a fait part de son « irritation ». Il a ainsi regretté que la polémique « occulte » le récent déplacement d’une délégation d’élus de son parti au poste-frontière de Rafah entre l’Egypte et Gaza.

Mathilde Panot, cheffe des députés LFI, avait elle appelé mardi à ce que les polémiques cessent autour de la présence du mouvement d’extrême gauche à l’hommage organisé en présence d’Emmanuel Macron.

« Je veux dire ici solennellement que les polémiques doivent s’arrêter quand la Nation toute entière rend hommage aux morts », avait-elle déclaré en conférence de presse, la veille de l’évènement.

Outre Mathilde Panot et Eric Coquerel, la délégation de La France insoumise qui s’est rendue à la cérémonie aux Invalides était composée de Manuel Bompard, coordinateur national du mouvement, et de Caroline Fiat, vice-présidente de l’Assemblée.

Sur une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, le député Meyer Habib a été vu semblant sermonner vivement Manuel Bompard.

Le député Aymeric Caron (apparenté LFI) a par ailleurs été hué à son arrivée aux Invalides, sous les cris de « collabo », « antisémite » ou encore « la honte », a constaté un journaliste de l’AFP.

Des « grossièretés » et « provocations » dénoncées par le leader insoumis Jean-Luc Mélenchon, qui a salué sur X la « grande dignité » de ses élus.

Plusieurs familles de victimes franco-israéliennes des attaques du Hamas avaient en effet demandé à Emmanuel Macron « d’interdire » la présence des Insoumis à cet hommage, les accusant de « porter une très lourde responsabilité dans l’explosion de la judéophobie » dans le pays. En cause, notamment, le refus de la direction du mouvement d’extrême gauche de qualifier le Hamas de groupe « terroriste ».

Comme tous les partis, « nous avons été invités à cet hommage par le président de la République », avait appuyé mardi Mathilde Panot.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.