Eugene Kandel : le manque d’ouvrier est une menace pour la haute technologie
Rechercher

Eugene Kandel : le manque d’ouvrier est une menace pour la haute technologie

Le roi de la start-up en Israël exhorte le pays à mieux préparer les femmes et les autres pour les emplois de l'industrie

Le chef du Conseil national économique d'Israël, le professeur Eugene Kandel (Crédit : Miriam Alster / flash 90)
Le chef du Conseil national économique d'Israël, le professeur Eugene Kandel (Crédit : Miriam Alster / flash 90)

L’écosystème des start-ups d’Israël va souffrir d’un manque de travailleurs qualifiés au cours des dix prochaines années, à moins que des mesures ne soient rapidement mises en oeuvre pour encourager le travail des femmes, des Arabes et des Ultra-orthodoxes, a mis en garde le professeur Eugene Kandel, l’ancien chef du Conseil économique national d’Israël et le directeur général de Start-Up Nation Central, une organisation à but non lucratif, dans une interview.

« L’écosystème plutôt unique de l’innovation [d’Israël] crée pour Israël une présence sur la scène internationale », a déclaré Kandel, qui est né à Moscou.

« Si vous prenez cet écosystème en dehors d’Israël, Israël est ignorable, car elle ne produit pas beaucoup [de choses] qui ne peuvent pas être produits moins chers ou plus efficacement par d’autres pays ».

L’un des principaux défis de l’industrie de la haute technologie d’Israël aujourd’hui est de trouver des travailleurs qualifiés car il y a moins d’étudiants diplômés en sciences, avait souligné le ministère des Finances dans un rapport publié en février, mettant en garde contre le fait que le secteur de la haute technologie d’Israël a déjà cessé d’être le moteur de croissance de la nation.

Karnit Flug, le gouverneur de la Banque d’Israël, a mis en garde qu’un « ralentissement marqué de la scolarisation effective de l’ensemble de la population est attendue dans les années à venir », et la qualité de l’éducation est également relativement faible. Ce qui ne présage rien de bon pour la compétence des travailleurs qui rejoignent le marché du travail au cours des prochaines années.

Contrairement à d’autres pays, Israël n’a pas les avantages relatifs « autre que le capital humain et de notre innovation et de créativité », a déclaré Flug à la conférence Eli Hurvitz sur l’économie et la société qui a eu lieu à Jérusalem organisé par l’Institut de la démocratie d’Israël en mai dernier.

Rien ne garantit donc que l’écosystème des start-ups d’Israël continuera à se développer sans certains « soins », a déclaré Kandel.

Les mesures pour encourager plus d’étudiants à entreprendre des études scientifiques sont déjà en place, mais il faudra encore 10 ans avant que l’impact de ces plans ne se fassent sentir, a-t-il regretté. « Nous devons trouver des solutions pour maintenant », a-t-il ajouté.

Kandel a présidé la conférence Hurvitz conjointement avec le président de l’IDI, Yohanan Plesner.

Dans l’immédiat, le gouvernement doit identifier les groupes de personnes auxquels il peut accéder rapidement – les femmes, les Arabes et les citoyens ultra-orthodoxes, qui sont aujourd’hui en marge de l’économie et de la main-d’œuvre de l’industrie de la haute technologie de la nation et les former pour qu’ils gagnent de nouvelles compétences, a ajouté Kandel.

« Vous pouvez le faire dans un très court laps de temps, de six à 12 mois, et les amener dans l’industrie », a-t-il précisé. « Il y a des mesures qui sont prises. Mais il doit y avoir un effort beaucoup plus concentré en utilisant la technologie pour accélérer le processus et réduire le coût ».

les femmes ultra-orthodoxes travaillant dans une société israélienne spécialisée en haute technologie (Crédit : Abir Sultan / Flash90)
les femmes ultra-orthodoxes travaillant dans une société israélienne spécialisée en haute technologie (Crédit : Abir Sultan / Flash90)

À plus long terme, le gouvernement devra conseiller et guider les élèves vers des études scientifiques, tant au niveau de l’université mais aussi à l’école, a-t-il poursuivi, ainsi que de créer des modèles auxquels aspirer.

Kandel, qui a également servi en tant que conseiller économique du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a été nommé chef de la direction de Start-Up Nation Central en octobre 2015.

L’organisation, qui a pour but de relier les entreprises mondiales et les gouvernements à la technologie israélienne, a été inspirée par le livre de 2009, « Start-Up Nation : The Story of Israel’s Economic Miracle », écrit par Saul Singer et Dan Senor, qui figurent parmi les membres du conseil d’administration de l’institution.

« Le monde connaît un changement très sérieux », a déclaré Kandel.

« Que ce soit en Chine ou aux États-Unis, il faut innover, parce que si vous ne le faites pas quelqu’un d’autre le fera. Et puis, vous êtes celui qui va acheter leur produit, au lieu que ça soit eux qui achètent les vôtres ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...