Israël en guerre - Jour 255

Rechercher

Eurovision : Israël, critiqué par les autres délégations, précise avoir constamment subi des abus

L'équipe "a subi d'immenses pressions et des démonstrations de haine sans précédent, notamment de la part des autres délégations et des autres artistes," a indiqué Kann

Eden Golan, au centre, et sa délégation dans la salle verte après son passage sur scène lors de la deuxième demi-finale du concours de l'Eurovision à Malmo, en Suède, le 9 mai 2024. (Autorisation : Kan)
Eden Golan, au centre, et sa délégation dans la salle verte après son passage sur scène lors de la deuxième demi-finale du concours de l'Eurovision à Malmo, en Suède, le 9 mai 2024. (Autorisation : Kan)

Après que certains candidats de l’Eurovision ont déploré le comportement d’Israël lors du récent concours très populaire dans le monde, la délégation israélienne qui s’est rendue à l’événement a voulu préciser que c’était elle qui avait subi une animosité sans précédent de la part des autres participants.

« Cette année, la délégation israélienne a subi d’immenses pressions et des démonstrations de haine sans précédent, notamment de la part des autres délégations et des autres artistes, en public et collectivement – simplement en raison du fait que nous étions des Israéliens et que nous nous étions rendus là-bas », a indiqué la chaîne publique Kan, qui coordonne la participation de l’État juif au concours, dans un communiqué adressé à la BBC.

La finale de l’Eurovision, qui a eu lieu le 11 mai, s’est largement déroulée dans l’ombre des menaces et des manifestations à l’encontre de la présence d’Israël à Malmo, la ville de Suède qui accueillait la compétition cette année, dans un contexte de guerre opposant le pays au Hamas, dans la bande de Gaza. La représentante d’Israël, Eden Golan, a été huée pendant ses prestations et des rassemblements ont dénoncé sa participation au concours.

« Toutefois, pendant tout son séjour, la délégation a conservé une approche digne et respectueuse à l’égard des artistes et des autres délégations, se battant pour renforcer l’unité autour de la musique tout en respectant le règlement de la compétition, contrairement à ce qu’ont pu faire par ailleurs d’autres délégations », a ajouté Kann dans un communiqué qui a été diffusé dans la journée de jeudi.

« Malgré des difficultés impossibles, Eden Golan a fait son travail de manière admirable, gagnant le respect et les points reçus de la part du public européen en sont la preuve », a poursuivi la chaîne.

Golan a terminé à la cinquième place de l’Eurovision. Elle est arrivée à la deuxième place au classement des points adjugés par les téléspectateurs.

Alors que la diffusion en direct du concours, qui rassemble chaque année plus de 150 millions de téléspectateurs dans le monde entier, s’est déroulée sans incident, de larges mouvements de protestation anti-israéliens, très bruyants, ont eu lieu à l’extérieur de la salle de Malmo, en Suède, où l’Eurovision était organisée. Des protestataires se trouvaient aussi dans la salle de spectacle. Des médias ont indiqué que la Suède avait couvert les huées et les sifflements dans la salle avec des applaudissements fictifs.

Après la fin du concours, la semaine dernière, les organisateurs avaient déclaré que certaines délégations « n’ont pas respecté l’esprit du règlement » lors de l’événement, sans mentionner de manière explicite les pays visés par cette accusation.

Golan et la délégation israélienne ont subi de manière répétée l’hostilité des autres participants. Certains ont accusé les Israéliens d’avoir contrevenu au règlement.

Bambie Thug, qui représentait l’Irlande, a déploré l’appel lancé aux téléspectateurs par la chaîne publique Kan de « maudire » les participants lorsqu’ils avaient interprété leur titre – apparemment en référence au thème de la chanson irlandaise – et d’autres ont indiqué que l’équipe israélienne les avaient filmés sans demander leur consentement.

Bambie Thug a dit avoir pleuré lorsque Golan a été qualifiée pour la finale et la représentante de la Grèce, Marina Satti, a été vue en train de bâiller et de s’endormir lors d’une conférence de presse où Golan avait pris la parole.

Un autre incident était survenu lorsqu’il avait été dit à Golan qu’elle n’avait pas à répondre à une question portant sur sa présence au concours, une présence qui, selon un journaliste, était susceptible d’entraîner un danger – ce qui avait amené le chanteur néerlandais Joost Klein, qui avait ensuite été disqualifié, à s’interroger : « Et pourquoi pas ? »

La participante portugaise, Iolanda, avait porté sur ses ongles des motifs inspirés du keffieh, un symbole du nationalisme palestinien.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.