Exposition Auschwitz de Ford : aucune mention du fondateur dans la machine nazie
Rechercher

Exposition Auschwitz de Ford : aucune mention du fondateur dans la machine nazie

L'exposition américaine pour les 75 ans de la libération du camp ne fait pas mention d'Henry Ford qui utilisait les esclaves pour construire des camions allemands pendant la guerre

Une exposition aux Archives nationales marque le 75e anniversaire de la libération d'Auschwitz, sur une photo prise le 5 février 2020. (Photo des Archives nationales par Susana Raab via JTA)
Une exposition aux Archives nationales marque le 75e anniversaire de la libération d'Auschwitz, sur une photo prise le 5 février 2020. (Photo des Archives nationales par Susana Raab via JTA)

WASHINGTON (JTA) – L’exposition de trois semaines aux Archives nationales présentait des documents, une vidéo et un mécène de renom, annoncé en gros caractères sur la bannière des Archives nationales : « Cette exposition est financée en partie par la Fondation des Archives nationales grâce au soutien général du Ford Motor Company Fund ».

Ce qui manquait à la petite exposition marquant le 75e anniversaire de la libération d’Auschwitz, c’était une mention du rôle de Ford dans la mise en place de la machine nazie.

L’Américain Ford a conservé le contrôle majoritaire de sa filiale allemande jusqu’en mai 1942 – trois ans après le début de la guerre, neuf ans après l’arrivée au pouvoir des nazis et cinq mois après l’entrée en guerre des États-Unis -, date à laquelle il avait construit un tiers des camions de l’armée allemande. La filiale a eu recours au travail forcé.

Reconnaissant son rôle dans la Shoah, Ford a ajouté, en 2001, 2 millions de dollars à un fonds de 5 milliards de dollars destiné à indemniser les victimes du travail forcé. Il a également mis de côté 4 millions de dollars pour la recherche sur les droits de l’homme et le travail forcé.

L’exposition des Archives nationales contient des documents décrivant une partie de cette histoire, mais aucun n’a été montré dans l’exposition, qui a fermé mercredi. Cette omission a fait sourciller l’ancien fonctionnaire du Trésor américain qui a négocié le fonds.

« C’est une bonne chose que Ford contribue » à l’exposition, a déclaré l’ancien fonctionnaire, Stuart Eizenstat, à la Jewish Telegraphic Agency dans un courriel. « Mais il devrait faire toute la lumière sur leur rôle en temps de guerre, et pas seulement sur l’antisémitisme bien connu d’Henry Ford. »

Une des inscriptions de la petite exposition de la rotonde orientale, dans le bâtiment des Archives nationales, à quelques pas du centre commercial national, en explique le but.

« Cette exposition de documents et d’images historiques est présentée en mémoire de toutes les victimes juives de la Shoah et des autres victimes du nazisme », indique la notice.

Une exposition sur la libération d’Auschwitz aux Archives nationales comporte une affiche indiquant qu’elle a été sponsorisée par la Ford Motor Company sur une photo prise le 5 février 2020. (Photo des Archives nationales par Susana Raab via JTA)

L’omission de l’exposition survient peu après que la vénérable institution a été la cible de critiques pour avoir modifié une photo de la Marche des femmes de 2017 pour obscurcir le langage qui a attaqué le président américain Donald Trump et les mots qui font référence à l’anatomie féminine. Les Archives se sont excusées et ont retiré cette exposition.

Les Archives nationales n’ont pas répondu à au moins six demandes de commentaires de la JTA sur l’exposition Ford. Le Fonds Ford a renvoyé aux Archives des questions sur l’exposition, mais a publié son propre communiqué.

« La Ford Motor Company condamne l’antisémitisme et toute forme de discrimination », selon le communiqué. « Le Ford Motor Company Fund, la branche philanthropique de la société, soutient depuis de nombreuses années la Fondation des Archives nationales et d’autres groupes historiques pour favoriser la prise de conscience et la compréhension de notre passé. Nous restons engagés à faire progresser la compréhension et la bonne volonté entre toutes les races, religions et cultures ».

Des documents – dont certains sont en possession des Archives nationales – montrent que la Ford Motor Company a encouragé la Ford française à collaborer avec les nazis après l’occupation de la France par les nazis. Une enquête du département du Trésor américain de 1943 sur les liens entre la Ford de Dearborn, Michigan, et ses filiales en Europe occupée par les nazis a conclu que « l’activité accrue des filiales françaises de la Ford pour le compte des Allemands a reçu les félicitations de la famille Ford en Amérique ».

La filiale allemande de Ford a eu recours au travail forcé alors que Dearborn en était encore le propriétaire majoritaire. Dans un long examen du rôle de Ford dans le maintien du Troisième Reich dans The Nation publié en 2000, Ford a déclaré que ses cadres de l’époque n’étaient pas au courant du recours au travail forcé.

Ce qui était clair cependant, c’est que la Ford allemande avait acclamé Adolph Hitler dans ses publications internes, ce dont les cadres de Dearborn auraient eu connaissance. Un numéro de 1940 contenait un poème intitulé « Fuhrer », intitulé « Comme les courants d’un torrent perdu, nous coulons tous en vous ».

En 1939, Ford Allemagne a contribué à hauteur de 35 000 marks au cadeau du 50e anniversaire d’Hitler.

Des diplomates allemands remettent à Henry Ford, (au centre), la plus haute décoration pour étrangers de l’Allemagne nazie, la Grand Croix de l’Aigle allemand, à Detroit le 30 juillet 1938 pour services rendus au Troisième Reich. Karl Kapp, consul allemand à Cleveland, épingle la médaille tandis que Fritz Heiler, (à gauche), consul allemand à Detroit, lui serre la main (AP Photo/file).

De plus, le fondateur de la société, Henry Ford, était un antisémite notoire et influent, utilisant son journal, The Dearborn Independent, pour diffuser des calomnies tirées des « Protocoles des Sages de Sion » de 1920 à 1922.

En mai 1944, les services de renseignements américains ont déterminé que l’usine Ford de Cologne avait été « considérablement agrandie » pour fabriquer des véhicules militaires. Les nazis ont indemnisé les activités allemandes de Ford lorsque les bombardiers alliés ont frappé ses usines.

En 1965, rapporte The Nation, Ford a demandé à la Commission américaine de règlement des réclamations à l’étranger une nouvelle indemnisation pour la destruction des usines gérées par sa filiale nazie. Elle a reçu 1,1 million de dollars.

L’exposition aux Archives nationales occupait un petit hall adjacent à la rotonde contenant les Chartes de la liberté, qui comprennent la Constitution, la Déclaration des droits et la Déclaration d’indépendance.

Elle présentait deux faces : Le côté tourné vers l’extérieur présentait une photo de détenus libérés à Auschwitz et une lettre manuscrite d’un médecin de l’armée américaine décrivant les horreurs dont il avait été témoin. De l’autre côté se trouvait un petit banc adossé à une crique, face à un écran placé dans une colonne de bois et diffusant des vidéos d’archives muettes de la libération.

A l’extérieur de la colonne, deux panneaux placés de chaque côté avertissaient les visiteurs : « Le film contient des passages que certains pourraient trouver dérangeants ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...