Famille juive séquestrée en Seine-Saint-Denis: Des peines de 3 à 14 ans requises
Rechercher

Famille juive séquestrée en Seine-Saint-Denis: Des peines de 3 à 14 ans requises

La famille a été frappée, ligotée, menacée avec un couteau et un tournevis, et séquestrée pendant plusieurs heures, leur pavillon retourné à la recherche d'un hypothétique magot

Roger Pinto, dont le fils et la femme ont été victimes d'une présumée agression antisémite dans leur maison de Livry Gargan, en banlieue nord-est de Paris. (Capture d'écran de la Deuxième chaîne)
Roger Pinto, dont le fils et la femme ont été victimes d'une présumée agression antisémite dans leur maison de Livry Gargan, en banlieue nord-est de Paris. (Capture d'écran de la Deuxième chaîne)

Jusqu’à 14 ans de prison ont été requis jeudi aux assises contre neuf personnes jugées pour la violente séquestration d’une famille juive en Seine-Saint-Denis, le vol puis le recel de leurs biens, aggravés par le « préjugé » antisémite que « juif = argent ».

Le 8 septembre 2017, les vies de Mireille Pinto, 75 ans à l’époque, son mari de 85 ans et leur fils de 52 ans, ont basculé dans un cauchemar dont aucun ne s’est jamais vraiment réveillé.

Le procès de leurs agresseurs présumés – un commanditaire au casier chargé, trois agresseurs, une complice et quatre receleurs – se tient depuis le 21 juin devant les assises de Seine-Saint-Denis.

Lors de son réquisitoire, le parquet a estimé que l’antisémitisme était le fil rouge des faits survenus à Livry-Gargan.

La famille a été frappée, ligotée, menacée avec un couteau et un tournevis, et séquestrée pendant plusieurs heures, leur pavillon cossu retourné de fond en comble à la recherche d’un hypothétique magot.

Les agresseurs « sont dans une position de domination totale : ils ont deux vieilles personnes au sol, ils sont en train de tout leur prendre, et leur propos c’est ‘vous êtes Juifs' », martèle la procureure Maylis De Roeck.

Les malfrats ne trouveront que 500 euros en espèces mais repartiront avec des cartes bleues, des bijoux dont certains arrachés du cou d’une victime et même des couverts.

Selon les victimes, qui ont décrit à la barre leur peur de ne pas « en sortir vivants », un des agresseurs leur a lancé : « Vous les Juifs, vous êtes les gâtés de la Terre et nous nous sommes les laissés-pour-compte. »

La procureure a fustigé cet état d’esprit de « Robin des bois » dévoyé, qui renferme « un préjugé très clair que ‘juif = argent' », a-t-elle ajouté, alors que les Pinto, arrivés d’Algérie, ont travaillé « toute leur vie » pour se construire.

Le parquet a requis 14 ans de prison pour le commanditaire, de 7 à 13 ans pour le trio de cambrioleurs, 5 ans pour une complice et de 3 à 5 ans à l’encontre des quatre receleurs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...