France : il avait qualifié les attentats de « magnifiques », 2 ans de prison ferme
Rechercher

France : il avait qualifié les attentats de « magnifiques », 2 ans de prison ferme

Plusieurs condamnations, assorties de peines de prison, ont été rendues depuis le 13 novembre par la justice française pour apologie du terrorisme

Les secouristes évacuent un blessé près de la salle de concert Le Bataclan à Paris, le 14 novembre 2015 (Crédit : Miguel Medina/AFP)
Les secouristes évacuent un blessé près de la salle de concert Le Bataclan à Paris, le 14 novembre 2015 (Crédit : Miguel Medina/AFP)

Un homme de 22 ans a été condamné en France à deux ans de prison ferme pour avoir téléphoné aux gendarmes et aux pompiers en qualifiant les attentats du 13 novembre de « magnifiques », a-t-on appris vendredi auprès de son avocat.

Quelques heures après les attentats du 13 novembre, qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés, Saber Aloui avait appelé les gendarmes et les pompiers de sa région, puis la police à Paris.

« Je suis heureux. C’est magnifique, des Français meurent », avaient-il déclaré au téléphone, en riant.

Son avocat, qui a interjeté appel après la décision du tribunal de Toulouse (sud-ouest), a estimé que la peine n’était « pas adaptée à (son) client ».

« Même si ce qu’il a fait est répréhensible et mal venu, et il regrette de l’avoir fait, c’est quelqu’un (qui est) plutôt en déshérence ».

« Il n’a que 22 ans, il est sans travail depuis plusieurs années et l’expertise psychiatrique a montré qu’il est immature et complexé. Ses parents sont l’un juif, l’autre musulman. Il n’est pas pratiquant, pas radicalisé », a ajouté l’avocat, qui avait requis la relaxe lors du procès jeudi.

Saber Aloui avait alors affirmé qu’il avait bu, qu’il avait dit « des conneries » et qu’il « regrettait ».

Le procureur a souligné que, au-delà des mots prononcés, « il y avait le ton », soulignant en outre que le prévenu avait été condamné à sept reprises.

Plusieurs condamnations, assorties de peines de prison, ont été rendues depuis le 13 novembre par la justice française pour apologie du terrorisme.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...