Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

France: un humoriste de la radio publique rappelé à l’ordre après un sketch sur Netanyahu

"J'ai bien eu un avertissement et je vais le contester en justice", a indiqué Guillaume Meurice

Guillaume Meurice sur France Inter, le 29 octobre 2023. (Crédit : France Inter/Capture d’écran YouTube)
Guillaume Meurice sur France Inter, le 29 octobre 2023. (Crédit : France Inter/Capture d’écran YouTube)

L’humoriste Guillaume Meurice a reçu un « avertissement » de la direction de la radio publique Radio France, à la suite d’un sketch comparant le Premier ministre israélien à un « nazi sans prépuce », a-t-il annoncé lundi à l’AFP.

« J’ai bien eu un avertissement et je vais le contester en justice », a indiqué Guillaume Meurice, confirmant une information du Monde. Contactée par l’AFP, Radio France n’a pas souhaité commenter.

En cause, une sortie polémique à propos du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, dans le cadre de l’émission de Charline Vanhoenacker, diffusée dimanche 29 octobre sur France Inter, une des antennes du groupe.

Suggérant une idée de « déguisement pour faire peur » à l’occasion d’Halloween, Guillaume Meurice y a évoqué un « déguisement Netanyahu », « une sorte de nazi mais sans prépuce ».

Dans un courrier envoyé lundi aux salariés de Radio France, consulté par l’AFP, la présidente du groupe public Sibyle Veil a rappelé « le devoir de responsabilité des médias, singulièrement d’un média de service public comme Radio France », dans le contexte de tensions générées par le conflit au Proche-Orient.

Le ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin a affirmé dimanche que les actes antisémites avaient « explosé » en France depuis le début du conflit avec 1 040 actes recensés.

Logo de la radio généraliste française France Inter. (Domaine public)

« Cette exigence de responsabilité (…) s’impose à chaque salarié de Radio France, y compris aux humoristes », écrit Mme Veil, estimant que « ce n’est pas entraver la liberté d’expression et le droit à la caricature – auxquels nous sommes très attachés – que d’appeler au discernement ».

L’humour « n’a pas vocation à ajouter de la division à la division », ajoute la patronne de la radio publique, selon qui la liberté d’expression doit s’accompagner de « la capacité à reconnaître en toute humilité une erreur d’appréciation ».

« Chacun doit être solidaire de l’intérêt général, doit exercer son métier dans le respect de nos valeurs, sans porter préjudice au service public et à sa vocation universelle. Quand ce n’est pas le cas, des sanctions sont légitimes et sont prises », explique Sibyle Veil, sans préciser la teneur de ces sanctions.

L’Autorité française de régulation de l’audiovisuel (Arcom) a annoncé la semaine dernière avoir été saisie sur cette séquence, qu’elle doit étudier.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.