Rechercher
Analyse

Gantz appelle Netanyahu et les orthodoxes à défier l’arithmétique de la Knesset

Un grand scepticisme s'est manifesté avant la cérémonie de mercredi soir, quand le chef de Kakhol lavan a été chargé de former un gouvernement. Il a fait de son mieux pour rassurer

David Horovitz

David est le fondateur et le rédacteur en chef du Times of Israel. Il était auparavant rédacteur en chef du Jerusalem Post et du Jerusalem Report. Il est l’auteur de « Un peu trop près de Dieu : les frissons et la panique d’une vie en Israël » (2000) et « Nature morte avec les poseurs de bombes : Israël à l’ère du terrorisme » (2004).

Le leader de Kakhol lavan Benny Gantz prend la parole après avoir été chargé de former un nouveau gouvernement, à la Résidence du Président à Jérusalem, le 23 octobre 2019. (Gali Tibbon/AFP)
Le leader de Kakhol lavan Benny Gantz prend la parole après avoir été chargé de former un nouveau gouvernement, à la Résidence du Président à Jérusalem, le 23 octobre 2019. (Gali Tibbon/AFP)

Dans un discours inattendu, passionné et généreux, mercredi soir, le leader de Kakhol lavan Benny Gantz a accepté le « privilège » d’être chargé de former le prochain gouvernement israélien et a cherché à dissiper l’idée qu’il n’avait pas plus de chances de succès que le Premier ministre sortant, Benjamin Netanyahu.

S’exprimant aux côtés de Reuven Rivlin – sur l’estrade de la résidence du Président, où seul Netanyahu s’est tenu et a accepté la tâche de construire une coalition au cours de la dernière décennie – Gantz a immédiatement fait une concession au Premier ministre en exercice. Alors que Kakhol lavan a jusqu’à présent clairement fait savoir qu’il ne siégerait pas en coalition avec Netanyahu tant que le dirigeant du Likud serait confronté à de graves allégations de corruption, Gantz a directement fait appel au « Likud… et à son président Netanyahu » pour rejoindre le « gouvernement libéral d’unité » qu’il entend construire.

Promettant un gouvernement « de réconciliation nationale » qui « rassemblerait Israël et tout le peuple juif », M. Gantz s’est également adressé aux ultra-orthodoxes, une communauté dont les dirigeants politiques, Kakhol lavan avaient été clairs jusqu’à mercredi, étaient des alliés très improbables dans une coalition dirigée par Gantz. A présent, il s’adresse aux ultra-orthodoxes en les qualifiant de « frères », les inscrivant avec la communauté arabe d’Israël, les sionistes orthodoxes modernes, les jeunes diplômés militaires et la communauté LGBT, sur son registre des personnes qu’ il veut représenter.

Faisant appel aux membres de la Knesset qu’il doit d’une manière ou d’une autre persuader de lui donner une majorité parlementaire, il les a avertis que les citoyens d’Israël – qui n’ont pas eu de gouvernement pleinement opérationnel depuis que la Knesset s’est dissoute en décembre dernier avant les élections peu concluantes d’avril, qui ont ensuite été suivies d’un nouveau vote le 17 septembre – « Ceux qui essaient d’entraîner Israël dans une autre élection seront rejetés de la politique israélienne », a-t-il déclaré, « et disparaîtront… »

Le président israélien Reuven Rivlin, (à droite), présente au chef du parti Kakhol lavan Benny Gantz le mandat de former un nouveau gouvernement israélien, à la résidence du président à Jérusalem, le 23 octobre 2019. (Yonatan Sindel/Flash90

M. Gantz a déclaré qu’il rencontrerait immédiatement les dirigeants de tous les partis élus et travaillerait à former une coalition multipartite sur la base d’un programme convenu qui, selon lui, serait acceptable pour « la plupart » d’entre eux. Seuls les racistes et ceux qui prônent à la violence ne seraient pas éligibles, a-t-il dit.

Contrairement à beaucoup de ses rivaux, a-t-il fait remarquer, il n’a pas été élevé dans la politique, mais plutôt dans l’armée israélienne, où tout le monde se fiche de savoir pour qui vous avez voté car l’impératif de protéger Israël a la priorité sur toute autre chose. Et c’est là, a-t-il dit, la vision qu’il avait maintenant l’intention de transmettre aux dirigeants politiques nationaux.

C’était émouvant, de la part d’un néophyte politique relatif qui semblait plus à l’aise que dans toute autre allocution depuis la création de l’alliance Kakhol lavan il y a huit mois.

Pendant un peu moins de 20 minutes, Gantz s’est efforcé de dissiper le scepticisme qui avait entouré la cérémonie – de mettre de côté l’hypothèse largement répandue selon laquelle il s’embarque maintenant dans une tâche de Sisyphe parce que les votes nécessaires pour un gouvernement majoritaire ne sont pas là.

Et Sisyphe pourrait bien le prouver. Dans vingt-huit jours, ou peut-être moins, l’ancien chef de Tsahal n’aura peut-être d’autre choix que de lui rendre « le mandat » que Rivlin lui a confié.

Mais Gantz a signalé mercredi qu’il fera de son mieux pour défier l’arithmétique de la Knesset. Netanyahu, au même endroit il y a un mois, affichait une quasi-déception – « J’accepte la tâche que vous m’avez confiée, sachant que je n’ai pas de meilleure chance de former un gouvernement, mais plutôt que mon incapacité à le faire est un peu moindre que celle du député Gantz », avait-t-il déclaré brièvement à Rivlin le 25 septembre dans de brefs propos. Gantz, en revanche, semblait refuser d’accepter l’idée qu’il pourrait échouer.

Sa promesse répétée de construire cette coalition d’unité « libérale » a confirmé qu’il plaçait ses espoirs d’abord et avant tout sur Avigdor Liberman, le dirigeant du parti laïc Yisrael Beytenu, dont le refus de siéger dans un gouvernement dirigé par le Likud avec les partis ultra-orthodoxes a maintenant par deux fois refusé une majorité à Netanyahu. Son invitation directe à Netanyahu et au Likud a été l’initiative d’un dirigeant qui, maintenant qu’il est aux commandes de la politique, peut se permettre d’agir avec magnanimité à l’égard d’un partenaire junior. Ses paroles chaleureuses à l’égard des autres secteurs d’Israël visaient à créer un climat dans lequel, même si leurs représentants ne siègent pas dans son gouvernement, certains d’entre eux pourraient être moins enclins à voter contre lui.

« C’est le moment de nous tourner vers l’avenir, de mettre de côté toutes les autres questions et de faire ce qui est bon pour Israël », a déclaré M. Gantz. « C’est le moment de faire passer Israël en premier. »

Le Président Reuven Rivlin (à droite) charge le Premier ministre Benjamin Netanyahu de former un nouveau gouvernement, lors d’une conférence de presse à la résidence du Président à Jérusalem, le 25 septembre 2019. (Menahem Kahana/AFP)

En fin de compte, même le maître Netanyahu n’a pas pu faire fonctionner l’arithmétique de la Knesset en sa faveur. Très expérimenté, un homme qui s’est avéré capable de maintenir Israël en sécurité et prospère économiquement plus longtemps que n’importe quel autre Premier ministre, mais aussi un personnage qui divise profondément et qui risque d’être inculpé, Netanyahu n’a tout simplement pas pu obtenir le soutien de plus de 55 des 120 membres élus le mois dernier à la Knesset.

Sur le papier, Gantz a encore moins de chances, ce qui explique précisément pourquoi Rivlin s’est tourné vers lui seulement après l’échec de Netanyahu. Il n’avait que 54 députés qui l’appuyaient, et 10 d’entre eux, de la Liste arabe unie principalement arabe, ont dit qu’ils ne se joindraient pas à son gouvernement même s’il leur demandait de le faire.

Mais une troisième élection en l’espace de 12 mois est une perspective sombre et qui donne à réfléchir. Comme Rivlin l’a dit dans de brèves remarques avant le discours de Gantz, « un gouvernement peut être construit… Il n’y a aucune justification pour imposer un autre tour d’élections ».

Si Gantz échoue, la loi israélienne prévoit une autre période de 21 jours pendant laquelle tout membre de la Knesset qui peut réunir une majorité pourrait encore devenir Premier ministre. Ce n’est peut-être qu’à ce moment-là que les 120 députés parviendront à s’entendre sur un leader national. Mais si les rivalités s’avèrent trop amères, les agendas contradictoires trop incompatibles, Israël sera contraint de voter une fois de plus.

Mais Gantz, mercredi, a cherché à éviter ces éventualités – prêcher la réconciliation à une nation observatrice, dans l’espoir que cet appel aurait à son tour un impact sur les représentants élus d’Israël. Une dernière chance, peut-être. Mais Gantz, comme il l’a dit mardi, est « toujours optimiste, c’est un mode de vie ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...