Gantz essaierait d’attirer un responsable syndicaliste sur sa liste
Rechercher

Gantz essaierait d’attirer un responsable syndicaliste sur sa liste

L'ancien n°1 de l'armée tenterait apparemment de diversifier sa liste de candidats pour la Knesset, à priori bien fournie en anciens généraux

L'ancien chef d'état-major Benny Gantz avec les membres de la communauté druze et des militants devant son domicile de Rosh Haayin, pendant une manifestation contre la loi sur l'Etat-nation, le 14 janvier 2019 (Crédit : Flash90)
L'ancien chef d'état-major Benny Gantz avec les membres de la communauté druze et des militants devant son domicile de Rosh Haayin, pendant une manifestation contre la loi sur l'Etat-nation, le 14 janvier 2019 (Crédit : Flash90)

L’ancien chef d’état-major de Tsahal Benny Gantz, désormais à la tête du parti Hossen LeYisrael et candidat aux prochaines élections d’avril, voudrait ajouter le président du syndicat Histadrout, Avi Nissenkorn, à sa liste de candidats pour la Knesset et s’apprête à fusionner avec au moins un autre parti, a rapporté la Treizième chaîne jeudi.

La recherche de candidats pour son nouveau parti a suscité toutes les attentions, même si certains informations relèvent plutôt de rumeurs. Le parti arrive, en effet, régulièrement en deuxième ou troisième place des sondages derrière le Likud, favori, et son proche concurrent, Yesh Atid, depuis quelques semaines. Les chiffres laissent entendre que les 15 premiers candidats environ de la liste de Gantz pourraient vraisemblablement faire leur entrée à la Knesset.

Hossen LeYisrael serait également en pourparlers avec le parti Telem, fondé par un ancien chef d’état-major également, Moshe Yaalon, pour une possible fusion entre les deux, que les observateurs qualifient déjà de «  parti des chefs d’état-major  ».

D’autres rumeurs indiquent que l’ancien général de division de l’armée israélienne Yom Tov Samia, qui dirige la formation BeYahad créée dans l’optique du scrutin d’avril, souhaiterait également rejoindre la liste de Gantz.

Les discussions supposées avec le syndicaliste Nissenkorn — qui n’ont pas encore été confirmées par l’intéressé — pourraient ainsi relever d’une volonté de Gantz de diversifier sa liste, qui regorge déjà d’anciens généraux.

Avi Nissenkorn, président de la Histadrout, dans un bureau de vote de Tel Aviv, le 23 mai 2017. (Crédit : Flash90)

La nouvelle intervient alors que l’échéance pour l’enregistrement des candidats prétendant à un siège à la Knesset et des fusions de partis approche (mi-février). De même, Benny Gantz doit lancer sa campagne le 29 janvier prochain à Tel Aviv lors d’un discours très attendu après des mois de quasi-silence.

Une affiche publiée sur les réseaux sociaux par le parti de Gantz cette annonce annonce ainsi l’événement : « Gantz parle ». Un de ses porte-parole a confirmé que l’ancien général laconique ferait « évidemment » le discours d’introduction.

L’ancien militaire est considéré comme une menace sérieuse pour Benjamin Netanyahu, même si son parti se classe loin derrière le Likud dans les sondages. Une grande partie du pays essaye de connaître ses positions en ce qui concerne plusieurs sujets : la paix, la sécurité, le logement et les questions sociales.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...