Gantz revêt les habits de Rabin, et le Parti travailliste glisse vers l’oubli
Rechercher
Opinion

Gantz revêt les habits de Rabin, et le Parti travailliste glisse vers l’oubli

Cette élection est désormais une lutte entre deux Benjamins. Le parti qui a dirigé Israël pendant ses 30 premières années est inaudible, et doit fusionner ou risquer de disparaître

David est le fondateur et le rédacteur en chef du Times of Israel. Il était auparavant rédacteur en chef du Jerusalem Post et du Jerusalem Report. Il est l’auteur de « Un peu trop près de Dieu : les frissons et la panique d’une vie en Israël » (2000) et « Nature morte avec les poseurs de bombes : Israël à l’ère du terrorisme » (2004).

Le chef d'état-major Benny Gantz assiste avec des membres de la famille Rabin à un séminaire au Centre Yitzhak Rabin en octobre 2012 marquant l'anniversaire de l'assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin. (Roni Schutzer/Flash90)
Le chef d'état-major Benny Gantz assiste avec des membres de la famille Rabin à un séminaire au Centre Yitzhak Rabin en octobre 2012 marquant l'anniversaire de l'assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin. (Roni Schutzer/Flash90)

Masqué par les manchettes générées mercredi dernier par les chiffres d’un sondage suggérant que la candidature de Benny Gantz pose maintenant un véritable défi pour le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le même sondage indique que le parti travailliste est en voie d’extinction.

Le parti Hossen LeYisrael de Gantz a réagi aux sondages avec un scepticisme raisonnable, affirmant qu’il n’était « ni extasié par les hausses ni inquiet des baisses. Le public décidera ».

En effet, le public décidera. Et le bilan des sondeurs en matière de prévision n’est pas très reluisant. Les instituts de sondage se sont trompés lors des dernières élections présidentielles américaines, et ils n’avaient affaire qu’à deux candidats. Leurs homologues israéliens doivent prendre en compte des dizaines de partis et faire face aux complications d’un système de représentation proportionnelle pure, avec un mécanisme complexe de seuil minimum de 3,25 %. Sans parler du fait que les électeurs israéliens ne disent pas toujours la vérité aux sondeurs, ce qui est scandaleux. Et que les enquêtes sont souvent menées à la hâte, avec des échantillons relativement petits, et donc des marges d’erreur assez importantes.

Donc, d’une part, nous ne devrions pas nous fier aux sondages. D’autre part, ils créent certaines perceptions qui affectent les esprits des électeurs :

Maintenant que les sondages montrent ostensiblement que Gantz est un véritable candidat au poste de Premier ministre, le public en viendra à le considérer comme un véritable candidat au poste de Premier ministre.

Maintenant que les sondages prétendent montrer que Netanyahu pourrait être confronté au plus sérieux défi de sa fonction depuis des années, il doit faire face à la perception qu’il est potentiellement en difficulté et que, pour la première fois, des graines de doute ont peut-être été semées dans l’esprit même de certains de ses partisans jusque-là imperturbables.

Si suffisamment d’électeurs travaillistes potentiels sont persuadés que le parti est en chute libre terminale et pourrait disparaître sous le seuil de la Knesset, il disparaîtra

Et maintenant que le Parti travailliste aurait chuté de 24 sièges à la Knesset sortante (quand il était allié à Hatnua de Tzipi Livni), à un maigre six sièges dans les sondages de mercredi, son leader Avi Gabbay sait que les électeurs travaillistes jusqu’ici instinctifs peuvent aujourd’hui se demander si un vote pour le Parti travailliste ne serait pas un vote perdu d’avance.

Le chef de l’Union sioniste Avi Gabbay, lors d’une réunion de faction au Parlement israélien le 12 février 2018. (Miriam Alster/Flash90)

Le Parti travailliste était le parti de David Ben Gurion et Yitzhak Rabin. Il a dirigé Israël sans opposition pendant les trois premières décennies de son statut d’État. Mais rien de tout cela ne lui donne une garantie de vie politique éternelle. Il affirme compter 60 000 membres payants, ce qui est loin d’être négligeable, et il dispose d’un dispositif bien huilé pour organiser le vote le jour de l’élection. Mais si suffisamment d’électeurs travaillistes potentiels sont persuadés que, non, le parti est en chute libre terminale et pourrait disparaître sous le seuil de la Knesset, il disparaîtra.

S’unir ou mourir

Il y a néanmoins une mesure pratique par laquelle le Parti travailliste pourrait tout sauf garantir sa survie après le 9 avril : celle de fusionner avec Meretz, le seul autre parti sioniste important à sa gauche. L’idée est une abomination pour Gabbay, qui a siégé comme ministre dans le gouvernement de Netanyahu quand il représentait le parti Koulanou pas plus tard que 2016, et qui a cherché à obtenir des voix du centre et de droite, pas de l’extrême gauche. Meretz serait sans doute en recul par rapport à un tel partenariat pour exactement les mêmes raisons. Mais Meretz a remporté quatre sièges, à peine franchi le seuil et fait face à une menace d’extinction encore plus grave que celle du Parti travailliste.

Les piètres résultats des sondages du Parti travailliste et de Meretz soulignent l’effondrement de la gauche alors que cette campagne électorale démarre sérieusement. Le Parti travailliste de Gabbay ne prétend pas que la paix est là pour être instaurée si seulement Israël tendait une main plus chaleureuse que celle de Netanyahu. Donc, si le Parti travailliste ne croit pas qu’il peut faire la paix, beaucoup d’anciens électeurs travaillistes sont apparemment en train de se dire : à quoi sert-il ? Meretz reste convaincu qu’un accord viable peut et doit être conclu, mais, de toute évidence, seule une petite partie de l’électorat, de moins en moins nombreuse, partage cette conviction.

De nombreux partis, dont certains sont relativement bien établis, sont aujourd’hui menacés de disparition ; ils ne remplissent aucune fonction essentielle

Pour Gabbay et Tamar Zandberg de Meretz, une alliance que les deux détesteraient pour ces élections pourrait donc être le seul moyen de vivre pour combattre un jour de plus. On pourrait leur suggérer d’aller chercher Hatnua de Tzipi Livni pendant qu’ils y sont. Elle est passée d’un poste de Premier ministre à portée de main, après la démission d’Ehud Olmert il y a dix ans, à un niveau d’intentions de votes bien en dessous du seuil aujourd’hui. Mais je soupçonne que Livni préfère accepter son sort plutôt que d’avoir quoi que ce soit à voir avec Gabbay, qui a brutalement mis fin à l’alliance Parti travailliste-Hatnua il y a un mois, en direct à la télévision, alors que Livni était assise, non avertie, en état de choc total à ses côtés.

L’impératif de s’unir ne se limite toutefois pas à la gauche. Les prédictions potentiellement auto-réalisatrices des sondages montrent que de nombreux partis, dont certains sont relativement bien établis, sont maintenant menacés de disparition – marginalisés en partie à cause de la montée de Gantz, mais surtout parce qu’ils ne servent à rien.

Les États-Unis ainsi que deux groupes principaux rassemblent quelque 240 millions d’électeurs éligibles ; la mère des Parlements, le Royaume-Uni compte plusieurs partis mineurs, mais seulement deux poids lourds. La plupart des nouveaux partis d’un seul homme d’Israël (oui, ils sont presque tous dirigés par des hommes, d’anciens militaires pour la plupart) ne parviendront pas à la Knesset, mais certains des partis vétérans devraient et pourraient devoir faire équipe également.

Ce n’est pas la gauche ou la droite, c’est Benjamin ou Benny.

Alors que les luttes intestines politiques israéliennes sont virulentes, les différences idéologiques se sont atténuées. Tout le monde aimerait la paix ; très peu de gens croient qu’elle est réalisable. Nous ne sommes pas en 1999, lorsque Netanyahu a dit aux Israéliens qu’il n’y avait aucune chance de parvenir à un accord historique avec les Palestiniens, et que Ehud Barak l’a démis de ses fonctions car il avait convaincu suffisamment de personnes, à tort, comme il s’est avéré, que tel était le cas.

Il est peu probable que cette élection soit une bataille entre la gauche et la droite – peu importe à quel point le Likud s’efforce de le faire. Il s’agira plutôt d’un choix de personnalités – entre un Premier ministre très expérimenté, largement respecté pour avoir protégé Israël de l’extérieur, et un ancien chef néophyte de l’armée qui affirme que ce même Premier ministre déchire Israël de l’intérieur

En fin de compte, il est peu probable que cette élection soit une bataille entre la gauche et la droite – peu importe à quel point le Likud essaie de le faire, et de dépeindre Gantz comme un homme faible de gauche. Il s’agira plutôt d’un choix de personnalités – entre un Premier ministre très expérimenté, largement respecté pour avoir protégé Israël de l’extérieur, et un ancien chef néophyte de l’armée qui affirme que ce même Premier ministre déchire Israël de l’intérieur. Entre un titulaire qui prévient d’un avenir sombre sans lui dans une région dangereuse et un concurrent qui promet que, malgré toutes les menaces bien réelles, les choses peuvent être bien meilleures.

Les opposants de Netanyahu ont prétendu – avec une férocité croissante au fur et à mesure que les enquêtes de corruption contre lui ont progressé – que l’homme est une menace. Mais comme je l’ai écrit ici en décembre 2017, cet argument a été miné par le fait que, malgré tous les prétendus dangers, ses successeurs potentiels étaient tous trop égoïstes à l’époque pour s’unir afin de le combattre, ce qui laissait à penser aux électeurs que peut-être le danger était moins sérieux, en définitive. Aujourd’hui, l’un des principaux porte-parole du Premier ministre, l’ex-ministre de la Défense du Likud et chef d’état-major Moshe Yaalon, a emboîté le pas à Gantz à un moment où le parti Telem de Yaalon n’allait nulle part.

Alors que nous attendons de voir si Gantz et Yair Lapid de Yesh Atid vont résoudre leur conflit d’ambitions personnelles de leadership dans la cause commune de renverser Netanyahu, Gabbay a manqué sa chance d’alliance avec les centristes, qui considèrent le Parti travailliste comme un handicap. Le parti historique de gouvernement est victime d’un climat régional toxique et imprévisible et d’une direction de parti qui n’a pas su s’adapter à son temps. C’est Gantz, et non Gabbay, qui a repris le scepticisme et la franchise de Yitzhak Rabin, avec la même crédibilité de chef d’état-major qui va avec.

Le Parti travailliste et presque tous les autres ne sont que des complices de ces élections, qui sont devenues, comme je l’avais suggéré en décembre, « La bataille des deux Benjamins ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...