Gaza : Les alertes retentissent alors que le Hamas parle d’un cessez-le-feu
Rechercher

Gaza : Les alertes retentissent alors que le Hamas parle d’un cessez-le-feu

Une autre série de sirènes déclenchée à Shaar Haneguev et Eshkol ; Un cessez-le-feu négocié par les Égyptiens serait entré en vigueur à 22h ; Israël n'a pas confirmé

Une boule de feu souffle sur les bâtiments de la ville de Gaza après des représailles israéliennes du 25 mars 2019. (Crédit : Majdi Fathi / AFP)
Une boule de feu souffle sur les bâtiments de la ville de Gaza après des représailles israéliennes du 25 mars 2019. (Crédit : Majdi Fathi / AFP)

De multiples roquettes ont été tirées lundi soir de la bande de Gaza en direction d’Israël tandis que l’armée israélienne menait des frappes contre des cibles du mouvement terroriste islamiste du Hamas qui dirige l’enclave palestinienne, en représailles au tir de roquette survenu lundi matin sur le moshav Mishmeret, dans le centre d’Israël, qui a fait 7 blessés, dont trois enfants.

Quatre adultes et trois enfants, dont un bébé de six mois, ont été hospitalisés, selon l’hôpital de Kfar Saba. Six appartiennent à la même famille et souffrent de brûlures et de blessures légères par éclats.

L’armée israélienne a annoncé qu’une trentaine de roquettes avaient été tirées sur Israël depuis 22h00, heure à laquelle le Hamas a annoncé l’entrée en vigueur d’un accord de cessez-le-feu négocié avec l’Egypte. Dans un communiqué, l’armée a indiqué qu’un certain nombre de projectiles ont été interceptés par le système de défense antimissile du Dôme de fer et que presque tout le reste a atterri dans des zones désertes du sud d’Israël.

Une dizaine de roquettes avaient été tirées depuis le nord de la bande de Gaza sur le sud d’Israël, déclenchant les sirènes d’alerte en différents endroits du territoire israélien proche de l’enclave.

Une maison dans la ville de Sderot, dans le sud du pays, a été touchée par un éclat d’obus lors d’un pluie de roquettes et d’obus de mortier tirés depuis la bande de Gaza.

On ne sait pas si la maison a été touchée par l’un des projectiles ou par des fragments d’un missile intercepteur du Dôme de fer, dont plusieurs ont été tirés en raison du barrage de roquettes qui s’approchait.

Des photographies de la scène montrent qu’un mur a été touché par des éclats d’obus et qu’un auvent de balcon a été détruit par l’impact.

L’armée israélienne a confirmé plus tôt avoir visé le bureau du chef politique du Hamas, Ismail Haniyeh, dans la ville de Gaza. « Des avions de combat de l’armée israélienne ont à présent attaqué le bureau du président du Hamas, Ismail Haniyeh, dans le quartier de Rimal, dans le nord de la bande de Gaza », a déclaré l’armée.

Israël a aussi détruit totalement deux autres bâtiments dans la ville de Gaza. L’un de deux étages abritait secrètement des services de renseignement du Hamas, l’autre de cinq étages hébergeait des activités militaires du mouvement terroriste palestinien.

Au total, cinq Palestiniens ont été blessés, selon le ministère du Hamas.

Le porte-parole du groupe terroriste palestinien du Hamas Fawzi Barhoum a ensuite déclaré que l’Égypte était parvenue à conclure un cessez-le-feu entre Israël et les groupes terroristes dans la bande de Gaza. Selon certaines informations, le cessez-le-feu serait entré en vigueur à 22 heures. Israël n’a pas confirmé l’information et a poursuivi ses frappes contre les positions du Hamas.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a retardé de trois heures son retour des États-Unis en Israël, après d’intenses consultations de sécurité relatives à l’escalade dans et autour de la bande de Gaza. Netanyahu tient actuellement des consultations de sécurité à Blair House, à Washington, DC avec le conseiller à la sécurité nationale Meir Ben-Shabbat et le secrétaire militaire Avi Blut, le chef d’état-major, Aviv Kochavi, et le directeur du Shin Bet, Nadav Argaman.

Netanyahu a été accusé par ses adversaires d’avoir « perdu la bataille de la sécurité » et de la dissuasion contre le Hamas.

Netanyahu devrait rentrer en Israël plus tard dans la nuit.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...