GB : les attaques antisémites ont inquiété la famille d’une députée travailliste
Rechercher

GB : les attaques antisémites ont inquiété la famille d’une députée travailliste

Luciana Berger a reçu des menaces de mort qui faisaient référence à sa religion

La députée britannique travailliste Luciana Berger (Crédit : capture d'écran YouTube)
La députée britannique travailliste Luciana Berger (Crédit : capture d'écran YouTube)

Luciana Berger, célèbre députée travailliste britannique juive, a déclaré que sa famille avait eu de la peine et était inquiète après les menaces et les injures antisémites à son encontre.

Berger, qui évoque rarement de sa vie privée, a fait cette déclaration pendant un entretien filmé et diffusé mercredi sur internet par le Liverpool Echo avant la Semaine nationale d’attention aux crimes de haine du Royaume-Uni.

« Plus souvent que le contraire, vous l’expérimentez seule, et cela peut être difficile. Et après quand votre famille l’apprend, c’est difficile pour eux aussi, parce qu’ils ont peur pour votre sécurité et votre bien-être, et ils endossent cette douleur, et la colère aussi », a-t-elle déclaré.

Cette année, un citoyen britannique, John Nimmo, a plaidé coupable d’avoir envoyé des menaces de mort à Berger. Une enquête a été ouverte à son encontre quand Berger a appelé la police pour des menaces antisémites, notamment une disait que « vous allez avoir la même chose que Jo Cox. »

La députée britannique Jo Cox (Crédit : Facebook)
La députée britannique Jo Cox (Crédit : Facebook)

Cox était une députée qui a été poignardée à mort cette année par un extrémiste de droite.

Les menaces adressées à Berger, qui ont été envoyées par internet avec une photo d’un grand couteau de cuisine, auraient également fait référence à sa religion.

Theresa May  (Crédit : Wikimedia Commons CC BY 2.0)
Theresa May (Crédit : Wikimedia Commons CC BY 2.0)

Quelques mois avant de devenir Première ministre du Royaume-Uni, Theresa May avait cité Berger dans un discours prononcé quand elle était secrétaire d’Etat à l’Intérieur devant le Conseil des représentants des juifs de Grande-Bretagne, la principale organisation du pays rassemblant les communautés juives britanniques.

L’impact de la haine sur internet, avait déclaré May, « a été clairement démontré pendant l’été quand Luciana Berger, députée travailliste, a été soumise à un torrent d’agressions antisémites sur Twitter. Et je suis ravie que l’affaire ait été transmise à la police et ait entraîné une poursuite réussie et des peines de prison. »

Le Conseil avait été explicite au sujet du problème d’antisémitisme du Labour sous la direction de son chef actuel, Jeremy Corbyn.

Politicien d’extrême-gauche qui a en 2009 appelé le Hamas et le Hezbollah ses « amis », une expression qu’il a récemment regrettée pour la première fois, Corbyn a été accusé d’encourager les discours empoisonné contre Israël et les juifs en se liant d’amitié avec les mouvements et les individus antisémites.

Il a rejeté ces accusations et promis de punir tout membre du Labour qui ferait des déclarations antisémites, mais le président du Conseil, Jonathan Arkush, a déclaré que la plupart des juifs britanniques ne pouvait pas faire confiance au Labour dirigé par Corbyn.

La vice-présidente du Conseil, Marie van der Zyl, a déclaré que l’enquête interne du Labour sur l’antisémitisme menée cette année était « un blanchiment ».

Berger n’avait pas rejoint d’autres juifs dans la critique de Corbyn.

D’autre part, le Conseil et le Comité juif américain (AJC) ont annoncé jeudi avoir signé un accord d’association. L’AJC a déclaré dans un communiqué que cet accord « marque un nouveau chapitre d’une relation de plus en plus étroite entre les deux organisations. »

Cette année, les deux associations s’étaient associées pour la campagne de l’AJC des Maires unis contre l’antisémitisme. Le Conseil avait facilité la venue dans l’initiative du maire de Londres, Sadiq Khan. Il avait ainsi suivi son prédécesseur, Boris Johnson, et plus de 500 maires des Etats-Unis et d’Europe dans leur déclaration publique contre la montée de l’antisémitisme et l’utilisation de l’antisionisme comme couverture de l’antisémitisme.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...