Israël en guerre - Jour 145

Rechercher

Gilets jaunes : Hervé Ryssen « menace » l’acteur François Berléand

L'ex chef de la Dilcrah Gilles Clavreul a appelé à "renvoyer devant la justice" Hervé Lalin, déjà condamné pour négationnisme, après son appel à manifester contre François Berléand

Hervé Ryssen. (Crédit : Capture d'écran YouTube)
Hervé Ryssen. (Crédit : Capture d'écran YouTube)

Hervé Ryssen, condamné récemment pour négationnisme, a invité les gilets jaunes à se rendre devant le théàtre Edouard VII à Paris, où joue actuellement François Berléand.

L’acteur avait un jour plus tôt clamé son « ras-le-bol » du mouvement des gilets jaunes sur RTL.

« Il me font ‘chier’ les gilets jaunes, il n’est pas normal que 20 types en guenilles empêchent tout un pays de travailler, » avait-il tonné.

« François Berléand vomit sur les Gilets jaunes », a rapidement tweeté Hervé Lalin alias Ryssen. « Il jouera ce samedi de 17 à 21 heures au théâtre Edouard VII, 10 place Edouard VII, 75009, métro Auber ou Opéra ». Ce message posté le 9 février a suscité plus de 3 000 réactions.

Accompagné d’autres figures de l’extrême-droite, Hervé Lalin, a déjà tenté de récupérer la vague de protestations des gilets jaunes, notamment par l’organisation d’une conférence le 19 janvier dernier.

Sur la même plate-forme, le préfet Gilles Clavreul, ex-patron de la délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH) a commenté :

« Le délinquant multirécidiviste Hervé Lalin dit Ryssen, antisémite et identitaire notoire, a été condamné à de la prison ferme notamment suite à mes signalements et des asso antiracistes. Qu’on le renvoie vite devant la justice, et qu’il réponde de ses menaces. »

Le militant d’extrême droite radical Hervé Lalin a été condamné pour négationnisme en janvier à Paris à une peine d’amende pouvant se transformer en emprisonnement.

En octobre 2017, le militant avait publié sur son compte Twitter un montage juxtaposant l’affiche du film « La vérité si je mens 3 », qui présente des personnages souriants ou hilares, et une photo du tristement célèbre portail d’entrée du camp d’extermination nazi d’Auschwitz, orné de l’inscription « Arbeit macht frei », « le travail rend libre ».

Ce tweet n’est plus accessible.

Ce montage « tourne en dérision la Solution finale et insinue que ce camp n’a pas été un lieu d’extermination » et, en le diffusant, le prévenu impute aussi « à la communauté juive dans son ensemble d’avoir menti en inventant l’existence » du génocide, a estimé le tribunal correctionnel dans son jugement.

Pour contestation de l’existence d’un crime contre l’Humanité mais aussi pour diffamation envers la communauté juive, il a été condamné à 120 jours-amende à 50 euros, soit 6 000 euros d’amende pouvant se transformer en jours d’emprisonnement s’ils ne sont pas payés. Condamnation par défaut, puisqu’il n’était ni présent ni représenté à son procès.

Hervé Lalin a déjà été condamné à de nombreuses reprises, notamment pour provocation à la discrimination, injure ou diffamation antisémites.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.