Givatayim adopte un arrêté pour contrer le projet de loi sur le Shabbat
Rechercher

Givatayim adopte un arrêté pour contrer le projet de loi sur le Shabbat

Le conseil municipal de la banlieue de Tel Aviv approuve l'ouverture des magasins de proximité le jour du Shabbat, avant la législation nationale destinée à l'empêcher

Vue aérienne de Givatayim en banlieue de Tel Aviv. (Moshe Shai/Flash90)
Vue aérienne de Givatayim en banlieue de Tel Aviv. (Moshe Shai/Flash90)

La ville de Givatayim a adopté dimanche un arrêté municipal autorisant l’ouverture de supérettes le jour du Shabbat, dans le but de contrer un projet de loi du gouvernement visant à empêcher cette pratique.

Cette ville de la banlieue de Tel Aviv rejoint ainsi la ville de Rishon Lezion, qui a adopté la semaine dernière une législation similaire, et la ville de Tel Aviv, dont l’arrêté est en vigueur depuis 2014.

Le projet de loi de la Knesset doit être voté en dernière lecture lundi soir, alors que la coalition est en train de se battre pour rassembler une majorité pour la faire passer.

Le projet de loi accorderait au ministère de l’Intérieur le pouvoir de superviser et de rejeter les ordonnances locales relatives à la possibilité pour les entreprises de rester ouvertes le Shabbat, le jour de repos juif (du vendredi soir au samedi soir).

Cependant, cela n’affecterait pas les arrêtés existants, et donc toute loi locale approuvée avant son passage ne sera pas concernée.

« La coercition religieuse ne fait que détourner les gens de la foi », a déclaré le maire de Givatayim, Ran Konik, lors d’un conseil municipal. « Rapprocher les gens de la religion devrait être fait de façon agréable. »

Ran Konik, le maire de Givatayim (Capture d’écran YouTube)

Il a critiqué le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri (Shas), le principal partisan de la loi, en disant, « S’il n’arrête pas le projet de loi immédiatement, il provoquera l’ouverture de davantage de mini-markets le jour du Shabbat. »

Selon le président de la Coalition israélienne, David Amsalem, des difficultés ont été rencontrées dimanche pour rassembler une majorité pour le projet de loi.

Devant l’opposition croissante au projet de loi, Amsalem a tenté de convaincre les députés ultra-orthodoxes d’exclure certains kiosques de la proposition et de leur permettre de rester ouverts le jour saint juif.

Amsalem a déclaré qu’il pouvait garantir une majorité si les partis ultra-orthodoxes acceptaient d’exempter les kiosques de la législation. Les députés auraient refusé, déclarant qu’ils soumettraient la proposition à leurs rabbins avant de prendre une décision finale.

Dans une interview de la Dixième chaîne de télévision, le chef de l’opposition Yoel Hasson a déclaré que, en plus de l’opposition du parti de la coalition Yisrael Beytenu, il était en contact avec d’autres membres de la coalition qui devraient s’abstenir d’approuver la loi ou voter contre.

Le projet de loi est passé en première lecture plus tôt ce mois-ci, malgré l’opposition de Yisrael Beytenu – et celle des députés du Likud, Yehuda Glick et Sharren Haskel, et la députée de Koulanou, Rachel Azaria.

Le projet de loi est survenu à la suite d’une crise entre le gouvernement et ses partenaires de la coalition ultra-orthodoxe au sujet de la démission de Yaakov Litzman de l’UTJ en tant que ministre de la Santé le mois dernier.

Le ministre de la Santé Yaakov Litzman, qui est également dirigeant du parti ultra-orthodoxe YaHadout HaTorah, parle aux journalistes après avoir donné sa démission au Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 26 novembre 2017 (Crédit : AFP/GALI TIBBON)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu est rapidement parvenu à un accord avec les partis ultra-orthodoxes en vertu duquel le gouvernement proposerait des lois maintenant le statu quo en ce qui concerne le respect du Shabbat en Israël.

La loi israélienne interdit tout commerce pendant la journée juive de repos, à l’exception des lieux de divertissement, des restaurants et des services de base, tels que les pharmacies, ainsi que des travaux qui ne peuvent être effectués à d’autres moments.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...