Israël en guerre - Jour 234

Rechercher

Grandes manœuvres de fake news avant le Débarquement

Le 6 juin 1944 a donné lieu à de nombreuses opérations de désinformation, la plus aboutie visant à persuader les Allemands que le principal débarquement allié se déroulerait dans le Pas-de-Calais

Les Landing Craft, Vehicle, Personnel (LCVP) américains sont photographiés en juin 1944, dans le port de Portsmouth, avant le débarquement de Normandie, en France. (Photo de diverses sources / AFP)
Les Landing Craft, Vehicle, Personnel (LCVP) américains sont photographiés en juin 1944, dans le port de Portsmouth, avant le débarquement de Normandie, en France. (Photo de diverses sources / AFP)

Le 6 juin 1944 a donné lieu à de nombreuses opérations de désinformation, la plus aboutie visant à persuader les Allemands que le principal débarquement allié se déroulerait dans le Pas-de-Calais.

Armée fictive

Avec l’opération Fortitude Sud, les Alliés voulaient faire croire à Hitler et ses généraux que le Débarquement en Normandie n’était qu’une diversion, et que la véritable attaque se passerait dans le Pas-de-Calais. L’objectif était qu’ils y maintiennent le plus de forces possibles, y compris après le 6 juin.

Une armée imaginaire fut créée, le « Premier groupe d’armées des Etats-Unis », censée s’entraîner dans le sud-est de l’Angleterre, avec à sa tête un vrai général, George S. Patton.

Pour berner les avions de reconnaissance de la Luftwaffe, fut installé un décor d’installations militaires, avec chars d’assaut gonflables et campements vides d’où s’échappait de la fumée de poêles. La nuit, un vrai tank laissait des traces de chenilles. L’illusion d’une importante concentration de troupes était entretenue par de faux messages radio.

« Dans les semaines qui précédèrent Overlord (ndlr: le Débarquement en Normandie), les dirigeants du Reich surestimèrent les forces de la coalition d’environ 50 %, comme les Alliés l’avaient souhaité », souligne l’historienne Mona Parra.

Des renforts américains débarquent dans les jours qui ont suivi le jour-J et l’invasion, par les Alliés, de la France occupée par les nazis en Normandie, pendant la Seconde guerre mondiale, en juin 1944 (Crédit : AP Photo/Bert Brandt, File)

Agent double « Garbo »

Piliers de Fortitude, plusieurs agents doubles étaient chargés d’alimenter la désinformation.

L’un deux, Juan Pujol Garcia, joua un rôle déterminant. Ce Catalan anti-communiste au passé franquiste, mais qui détestait Allemands et Italiens, avait commencé dès 1941 à envoyer aux Allemands, depuis Lisbonne, de faux renseignements. Recruté par les Britanniques sous l’alias de « Garbo », il continue depuis l’Angleterre son travail d’intoxication, s’appuyant sur un réseau d’informateurs fictifs.

Pour renforcer sa crédibilité auprès des Allemands, il est décidé qu’il va leur annoncer le Débarquement en Normandie – trop tard pour qu’ils puissent réagir – avant de les avertir de l’imminence d’un second débarquement dans le Pas-de-Calais.

La supercherie est si réussie qu’Hitler tardera à donner l’ordre à la 15e armée, basée dans le Pas-de-Calais, de rejoindre le front normand.

« Jusqu’en juillet 1944, les Allemands interprétèrent Overlord comme une feinte masquant l’assaut décisif à venir sur le Pas-de-Calais », selon l’historien Olivier Wieviorka.

(ARCHIVES) Les troupes américaines débarquent sur les plages de Normandie, le 6 juin 1944. (Crédit : AFP)

Norvège

L’opération Fortitude Nord, qui elle connut selon M. Wieviorka « un succès limité », voulait faire croire à l’existence d’une « 4e armée » au sud de l’Ecosse et en Irlande du Nord, qui se préparerait à débarquer en Norvège. Elle s’appuyait là encore sur de faux trafics radio et des agents doubles qui distillaient de prétendues fuites.

Poupées Rupert

D’autres leurres ont été utilisés pour induire en erreur les Allemands sur les capacités globales des Alliés, et les attirer loin du lieu du débarquement.

Dans la nuit du 5 au 6 juin, quelque 500 poupées parachutistes en toile de jute, surnommées « Rupert », ont ainsi été larguées par la Royal Air Force au-dessus de la Normandie, derrière les lignes allemandes.

Remplies de sable ou de paille, elles étaient équipées de charges explosives à retardement pour s’auto-détruire à l’atterrissage.

La même nuit, ont eu lieu plusieurs opérations de brouillage des échos radar, comme « Glimmer » : des milliers de bandes métalliques ont été larguées au large du Pas-de-Calais, pour placer les soldats allemands en état d’alerte.

Sosie de Montgomery

Une autre opération visant à semer le doute sur le lieu réel du débarquement, « Copperhead », a fait appel aux talents d’un acteur australien qui servait dans l’armée britannique, Meyrick Edward Clifton James, et qui ressemblait à s’y méprendre au général en chef des troupes alliées, Bernard Montgomery.

Pendant que le comédien suivait des cours intensifs pour corriger sa voix et sa gestuelle, les agents britanniques en Méditerranée propageaient des rumeurs sur l’arrivée prochaine du général, qui viendrait en inspection dans le cadre d’un débarquement dans le sud de la France.

Le 25 mai 1944, le faux « Monty » s’envole peu discrètement pour Gibraltar, où il évoque lors d’une réception un supposé « Plan 303 ». Il gagne ensuite Alger, puis Le Caire, où il reste enfermé dans sa chambre d’hôtel jusqu’au Jour J.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.