Guterres en visite à la frontière de Gaza pour observer les roquettes et les tunnels
Rechercher

Guterres en visite à la frontière de Gaza pour observer les roquettes et les tunnels

Le secrétaire général de l'ONU est ensuite entré dans l’enclave gérée par le Hamas pour visiter une école de l’ONU et y rencontrer des habitants

L'ambassadeur israélien aux Nations unies Danny Danon, à gauche, avec le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, au centre, et l'adjoint au chef d'État-major Aviv Kochavi, dans une hélicoptère, étudient la situation à la frontière entre Gaza et Israël, le  30 août 2017. (Crédit : Israel UN/Shlomi Amsalem)
L'ambassadeur israélien aux Nations unies Danny Danon, à gauche, avec le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, au centre, et l'adjoint au chef d'État-major Aviv Kochavi, dans une hélicoptère, étudient la situation à la frontière entre Gaza et Israël, le 30 août 2017. (Crédit : Israel UN/Shlomi Amsalem)

Mercredi, Israël a proposé au secrétaire général des Nations unies une visite de la frontière de Gaza, pour lui montrer, depuis les airs et sur terre, les menaces auquel fait face le pays depuis la bande de Gaza, contrôlée par le Hamas.

Guterres, qui est actuellement en visite dans la région pour trois jours, a été accompagné en hélicoptère par l’ambassadeur israélien aux Nations unies Danny Danon, et le chef d’état-major adjoint, Aviv Kochavi.

« Le Hamas continue à s’armer afin de porter atteinte à Israël, alors qu’il profite de l’aide humanitaire généreuse apportée par la communauté internationale », a dit Danon à Guterres.

Après l’atterrissage, Guterres a inspecté un exemple de tunnel qui rejoint Israël, découvert par les forces de sécurités, et a rencontré les résidents de Nahal Oz, une commune agricole proche de la frontière, qui se trouve dans le champ de mire des milliers de roquettes et de tirs de mortiers lancés depuis la bande de Gaza.

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, inspecte un tunnel creusé par des terroriste  à la frontière entre Gaza et Israël, le  30 août 2017. (Crédit : Israel UN/Shlomi Amsalem)
Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, inspecte un tunnel creusé par des terroriste à la frontière entre Gaza et Israël, le 30 août 2017. (Crédit : Israel UN/Shlomi Amsalem)

« Au lieu de travailler pour garantir un meilleur avenir à leur enfants, le Hamas a pris en otages se résidents, et investit ses ressources pour creuser des tunnels terroristes meurtriers », a ajouté Danon.

Le Hamas a utilisé ces tunnels, creusés sous la frontières, pour lancer des attaques terroriste à l’intérieur du territoire israélien.

Les résidents de Nahal Oz ont montré à Guterres un livre de dessins d’enfants israéliens de maternelle. Ces enfants lui ont demandé de le donner aux enfants qu’il rencontrera à Gaza pour sa visite dans le territoire palestinien.

Guterres est ensuite entré dans la bande de Gaza pour visiter une école de l’ONU, et y rencontrer des résidents de l’enclave.

Il y a été accueilli mercredi par des dizaines de Palestiniens protestant contre l’inaction internationale, selon eux, en faveur des prisonniers détenus par Israël, a constaté un journaliste de l’AFP.

Manifestation de familles de prisonniers palestiniens à l'arrivée du secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, dans la bande de Gaza, par le point de passage Erez, le 30 août 2017. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
Manifestation de familles de prisonniers palestiniens à l’arrivée du secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, dans la bande de Gaza, par le point de passage Erez, le 30 août 2017. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Des dizaines de proches de prisonniers palestiniens détenus par Israël ont protesté à son entrée dans l’enclave après son passage par la frontière israélienne. « Que fait le monde pour le droit des prisonniers », proclamait l’un des panneaux des manifestants.

Guterres a également appelé à la levée des blocus israélien et égyptien imposés à la bande de Gaza, en proie à « l’une des crises humanitaires les plus dramatiques » qu’il ait vues.

« Je suis profondément ému d’être à Gaza aujourd’hui et d’être, malheureusement, le témoin de l’une des crises humanitaires les plus dramatiques qu’il m’ait été donné de voir en de nombreuses années de travail humanitaire aux Nations unies », a déclaré Guterres,.

« Il est important d’ouvrir les barrières » conformément à la résolution 1860 adoptée en 2009 par le Conseil de sécurité de l’ONU en pleine confrontation armée entre le mouvement terroriste du Hamas, qui gouverne la bande de Gaza sans partage depuis 2007, et Israël, a dit Guterres.

L’entourage de Guterres a confirmé que ce dernier avait bien à l’esprit les blocus imposés par Israël et l’Egypte à l’enclave, coincée entre ces deux pays et la Méditerranée.

Il a aussi appelé la communauté internationale à renforcer son soutien humanitaire à la bande de Gaza.

Sa visite dans la région est la première depuis qu’il est entré en fonction au début de l’année. Elle se terminera par un discours au Musée du peuple juif Beit Hatfustot de Tel Aviv.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...