Israël en guerre - Jour 55

Rechercher

« Hamas = État islamique » : la campagne choc et virale d’Israël

Mais cela n'empêche pas le groupe terroriste d'engranger toujours plus de soutiens : Gaza now, une chaîne Telegram pro-Hamas, a vu son audience passer de 350 000 abonnés à plus d'un million depuis le 7 octobre

La maison du numéro deux du bureau politique du Hamas, Saleh al-Arouri, qui a été détruite dans la ville d'Arura, en Cisjordanie, par l'armée israélienne, avec une banderole mélangeant les drapeaux du Hamas et de l'État islamique et le slogan : "Hamas : État islamique", le 31 octobre 2023.
La maison du numéro deux du bureau politique du Hamas, Saleh al-Arouri, qui a été détruite dans la ville d'Arura, en Cisjordanie, par l'armée israélienne, avec une banderole mélangeant les drapeaux du Hamas et de l'État islamique et le slogan : "Hamas : État islamique", le 31 octobre 2023.

Les larmes d’une grand-mère, un secouriste décrivant l’horreur, un corps sans vie surgissent sur l’écran au détour d’un jeu vidéo ou d’une page internet : Israël a lancé une campagne internationale choc et virale pour dénoncer les massacres inhumains du Hamas du 7 octobre.

La vidéo la plus commentée reprend les codes du dessin animé. Une licorne bondit au milieu d’arcs-en-ciel, quand des lettres capitales noires envahissent l’écran. « Tout comme vous feriez n’importe quoi pour protéger votre enfant, nous ferons tout pour protéger les nôtres. »

Sur la page YouTube du ministère israélien des Affaires étrangères, une quarantaine de vidéos courtes ont été mises en ligne depuis les massacres du 7 octobre. Plus de 1 400 personnes ont été tuées côté israélien depuis cette date, essentiellement des civils exécutés sauvagement par le Hamas ce jour-là.

Nombre de ces clips israéliens, traduits en anglais, ont été diffusés comme des annonces interrompant les contenus sur les réseaux sociaux, des sites internet classiques ou même des applications de jeux.

Un drapeau de l’État islamique trouvé sur un terroriste tué au kibboutz Sufa. (Crédit : South First Responders Telegram)

Des slogans sont martelés après chaque vidéo : #HamasIsIsis (« Hamas = Daech », acronyme arabe de l’organisation terroriste de l’Etat islamique), #BringThemHome (« Ramenez-les à la maison ») s’il s’agit des plus de 200 otages capturés par le groupe terroriste du Hamas ou par des civils de l’enclave venus prendre en otage des Israéliens et pillé leurs biens, ou encore « Stand with Israel, stand with humanity » (« Soyez avec Israël, du côté de l’humanité »).

Certains clips sont difficilement soutenables. Un médecin-légiste s’effondre alors qu’il raconte les cadavres israéliens retrouvés « unis, qui s’étreignaient, alors qu’on les brûlait ». Un autre commente les photos du corps d’un enfant calciné.

A LIRE – « Jamais vu ce degré de barbarie » : Israël montre les corps massacrés par le Hamas

Questionné spécifiquement sur cette vidéo par l’AFP, Google l’a rendue mercredi inaccessible aux mineurs. « Le contenu suivant comporte peut-être des images explicites ou violentes », est désormais prévenu l’internaute.

Le discours du premier médecin-légiste, pourtant prononcé devant le tronc consumé d’un adulte, dont le visage ravagé est pris en gros plan, est en revanche toujours accessible à tous. Malgré les règles du géant numérique interdisant « des images choquantes (ou) explicites de traumatismes physiques ».

1,1 milliard de vues 

« Dans le monde entier, nous voulons qu’il soit clair que les actes commis par les terroristes du Hamas sont équivalents aux actes commis par le groupe Etat islamique » « et que le sort du Hamas sera le sort de l’EI, à savoir sa destruction complète et totale », explique le diplomate israélien Emmanuel Nahshon, interrogé par l’AFP.

Après avoir contrôlé de vastes zones en Syrie et en Irak en 2014, l’organisation jihadiste de l’Etat islamique, combattue par une coalition internationale emmenée par les Etats-Unis, a subi des défaites successives jusqu’à perdre tous ses territoires en 2019.

« C’est comme ça qu’en 2023 on communique », poursuit ce directeur général adjoint du ministère des Affaires étrangères israélien, une administration dont « le cœur du travail » est depuis plusieurs années « moins dans les médias traditionnels et plus dans les réseaux sociaux ».

Avec cette campagne, « nous avons dépassé le milliard de vues », indique le responsable israélien. Pour un investissement selon lui modeste, « de l’ordre de quelques centaines de milliers de dollars ».

Des chiffres partiellement validés par la société de marketing digital Semrush, dont les algorithmes ont bien recensé 1,1 milliard de vues dans une trentaine de pays, mais pour 8,5 millions de dollars déboursés par Israël.

Plus de 95 % de l’effort israélien à l’international s’est réparti sur trois Etats : la France, où vivent les plus importantes communautés juive et arabo-musulmanes d’Europe, (4,6 millions de dollars), puis l’Allemagne (2,4 M USD) et le Royaume-Uni (1,2 M USD), d’après Semrush.

Ces trois pays, qui comptent tous des victimes du Hamas, totalisent aussi 96 % des vues du 7 au 23 octobre, de même source.

« Images insupportables » 

Des hommes portant des équipements de protection exhument les corps de civils tués pendant l’occupation russe à Boutcha, dans la périphérie de Kiev, en Ukraine, le 13 avril 2022. (Credit: AP Photo/Efrem Lukatsky)

Contrairement au conflit ukrainien, où l’horreur des massacres russes à Boutcha au printemps 2022 avait été dévoilée progressivement via « le filtre du journalisme », Israël et le Hamas mènent désormais leur « lutte politique » en ligne et en « quasi simultané », analyse Stéphanie Lamy, spécialiste des stratégies de communication en temps de guerre.

La communication directe du Hamas reste plus réduite que celle d’Israël, ce mouvement considéré comme une organisation terroriste par Israël, les Etats-Unis ou l’Union européenne étant banni de Facebook, Instagram, Tiktok, YouTube et X (ex-Twitter).

Jusqu’à cette semaine, le Hamas disposait de chaînes officielles sur la messagerie Telegram, diffusant en abondance des images des massacres du 7 octobre tournées par certains de ses terroristes et toutes sortes de messages de propagande anti-Israël, ainsi que des images des victimes et des destructions des bombardements israéliens sur Gaza vidéos. Ces chaînes ont été désactivées ces derniers jours sur Android.

Un extrait d’une vidéo UGC publiée sur Telegram le 9 octobre 2023 montre un terroriste palestinien armé marchant autour du festival de musique Supernova, avec un corps derrière lui, près du kibboutz Reim, dans le désert du Néguev, dans le sud d’Israël. (Crédit : ANONYMOUS/AFP)

Gaza now, une chaîne Telegram pro-Hamas, a vu son audience passer de 350 000 abonnés à plus d’un million depuis le 7 octobre, selon des données publiées par le Digital Forensic Research Lab (DFRLab) du centre de réflexion américain Atlantic Council.

Le Hamas, en montrant les victimes civiles de Gaza, veut « solidariser les opinions publiques arabes et musulmanes », sensibles à la cause palestinienne, souligne le professeur Arnaud Mercier.

À LIRE : Le Hamas n’est pas responsable de la protection des civils de Gaza – Responsable du Hamas

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.