Rechercher

Herzog appelle le roi du Bahreïn pour la 50e Journée nationale

Selon le bureau du président, le roi Hamad a remercié Herzog et souligné que les deux nations partageaient beaucoup de choses en commun

Le roi du Bahreïn Hamad bin Isa al-Khalifa prend la parole lors d'une réunion avec le président américain Donald Trump, le 21 mai 2017, à Ryad. (Photo AP / Evan Vucci)
Le roi du Bahreïn Hamad bin Isa al-Khalifa prend la parole lors d'une réunion avec le président américain Donald Trump, le 21 mai 2017, à Ryad. (Photo AP / Evan Vucci)

Le président Isaac Herzog s’est entretenu jeudi avec le roi du Bahreïn, Hamad bin Isa Al Khalifa, pour le féliciter à l’occasion de la 50e Journée nationale de cet État du Golfe.

Herzog a présenté ses vœux les plus chaleureux au nom d’Israël lors de cet entretien et noté que l’Histoire du royaume remontait bien plus loin qu’à ce cinquantenaire.

Selon le bureau du président, le roi Hamad a remercié Herzog et souligné que les deux nations avaient beaucoup de choses en commun, en particulier leur désir de paix, de prospérité et de progrès pour la région.

« En effet, nous souhaitons tous les deux, par dessus tout, la paix régionale et la prospérité mutuelle », a répondu Herzog qui a souligné l’importance de la coopération économique bilatérale.

Au mois de septembre, le tout premier ambassadeur du Bahreïn en Israël, Khaled Yusuf Al Jalahma, avait présenté ses lettres de créance à Herzog. Ce sera également bientôt le cas du premier envoyé israélien dans le royaume du Golfe, Eitan Naeh.

Lors d’un événement accueilli par l’ambassade bahreïnie au sein de l’État juif, le conseiller aux Affaires étrangères de Herzog, Zvi Vapni, a lu un message écrit par le président au souverain, dans lequel il qualifie le Bahreïn de « royaume de paix et de prospérité, pôle de commerce et de finances internationales et îlot de stabilité ».

« Je consacrerai mon mandat de président au renforcement de nos relations bilatérales au profit de nos deux nations », disait la lettre de Herzog.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...