A VOIR : Simone Veil et son époux reposeront au Panthéon
Rechercher
'Cet hommage est ton ultime victoire sur les camps de la mort'

A VOIR : Simone Veil et son époux reposeront au Panthéon

Après Jean Zay, Simone Veil devient la première femme juive à entrer au Panthéon ; Haïm Korsia prononce l'oraison funèbre tandis que le kaddish, la prière de sanctification généralement prononcée par des membres de la famille, a été récité

Simone Veil (Crédit : CC BY 2.0)
Simone Veil (Crédit : CC BY 2.0)

La France rend mercredi aux Invalides un hommage national à Simone Veil, rescapée de la Shoah avant d’être l’égérie de « tous les combats du siècle dernier pour les femmes, l’Europe, la justice et la dignité humaine », selon Emmanuel Macron.

« J’ai décidé, en accord avec sa famille, que Simone Veil reposerait avec son époux au Panthéon » afin de témoigner « l’immense remerciement du peuple français à l’un de ses enfants tant aimés », a déclaré le chef de l’Etat à l’issue d’une cérémonie conclue par de longs applaudissements.

Emmanuel Macron rendait dans la cour d’honneur des Invalides un hommage national à cette grande figure de la vie politique française et rescapée de la Shoah, décédée vendredi à l’âge de 89 ans.

« Vous avez, Madame, prodigué à notre vieille nation des dons qui l’ont faite meilleure et plus belle », a-t-il souligné devant son cercueil recouvert du drapeau tricolore.

« Vous avez jeté dans nos vies cette lumière qui était en vous et que rien ni personne n’a pu jamais vous ôter. Les Français l’ont su, l’ont compris. Votre grandeur fit la nôtre », a-t-il ajouté.

Quelques instants plus tard, le cercueil qui avait été déposé au sol, à l’exact centre de la cour sur un simple catafalque de bois vernis, l’a quitté au son du Chant des Marais, celui des déportés, entonné par les chœurs de l’armée française en souvenir de l’internement de Simone Veil et de sa famille au camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau.

L’éloge funèbre du chef de l’Etat avait été précédé de celui des deux fils de l’ancienne ministre de la Santé, qui fit voter la loi autorisant l’avortement. Ta « détermination constitu(ait) la trame de l’armure qui t’as permis de survivre à l’enfer », a lancé l’avocat Jean Veil.

Son frère Pierre-François, également avocat, s’est souvenu pour sa part des « combats » de leur mère et d’abord de celui pour la « réconciliation, pour une Europe de paix, de solidarité et de progrès partagé »

« Cet hommage est ton ultime victoire sur les camps de la mort », a-t-il encore souligné, concluant par le « dernier mot » de sa mère, « prononcé faiblement mais si distinctement, avant de retrouver papa pour toujours: merci ».

Quelque 700 invités parmi lesquels des dizaines de personnalités françaises et étrangères sont attendus pour cet hommage présidé par le chef de l’Etat qui prononcera l’éloge funèbre qui devrait souligner, toujours selon l’Elysée, combien les combats de Simone Veil restent « d’actualité ».

La famille ayant souhaité que la cérémonie soit ouverte au public, une foule d’anonymes s’est également pressée dans les galeries de la cour d’honneur, baignée par un soleil estival.

Le gouvernement français était pour sa part pratiquement au complet ainsi que plusieurs chefs de gouvernement étrangers, le Belge Charles Michel, le Luxembourgeois Xavier Bettel et le Bulgare Boiko Borissov.

Valéry Giscard d’Estaing, 90 ans, « regrette » en revanche, selon son entourage, de ne pouvoir être présent. Simone Veil fut son emblématique ministre de la Santé, portant contre vents et marées le projet de loi de légalisation de l’interruption volontaire de grossesse (IVG).

Bernadette Chirac représentera son époux Jacques Chirac au côté de leur fille Claude, tandis que Nicolas Sarkozy et François Hollande ont annoncé leur présence.

La quasi totalité des Premiers ministres de ces dernières années figurent parmi les officiels.

Pierre-Francois, à gauche, et Jean Veil avant l'hommage national rendu à leur mère Simone Veil aux Invalides, à Paris, le 5 juillet 2017. (Crédit : Michel Euler/Pool/AFP)
Pierre-Francois, à gauche, et Jean Veil avant l’hommage national rendu à leur mère Simone Veil aux Invalides, à Paris, le 5 juillet 2017. (Crédit : Michel Euler/Pool/AFP)

Dans l’assistance également : des membres de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah dont Simone Veil fut la première présidente et est restée jusqu’à sa mort présidente d’honneur de l’Union des déportés d’Auschwitz et du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF).

De très nombreux responsables politiques français, dirigeants actuels ou passés des institutions européennes et membres du corps diplomatique sont également annoncés tout comme Hélène Carrère d’Encausse, secrétaire perpétuelle de l’Académie française où siégea Simone Veil.

La présidente du Front national Marine Le Pen était en revanche absente, invoquant sur France Inter mercredi des raisons liées à « sa vie personnelle ».

A travers toute la France, les drapeaux européens seront mis en berne sur les édifices publics tandis que les drapeaux français seront parés d’un crêpe noir.

Le président français Emmanuel Macron devant le cercueil de Simone Veil, pendant l'hommage national rendu aux Invalides, à Paris, le 5 juillet 2017. (Crédit : Michel Euler/Pool/AFP)
Le président français Emmanuel Macron devant le cercueil de Simone Veil, pendant l’hommage national rendu aux Invalides, à Paris, le 5 juillet 2017. (Crédit : Michel Euler/Pool/AFP)

« Puisse son exemple inspirer nos compatriotes, qui y trouveront le meilleur de la France », avait réagi Emmanuel Macron peu après l’annonce de son décès, vendredi à l’âge de 89 ans.

« L’esprit de la nation se nourrit de vies exemplaires. La vie de Simone Veil fut de celles-ci », avait ajouté un peu plus tard le président, de 50 ans son cadet.

Mais d’autres hommages émus lui ont été rendus comme au Parlement européen dont elle fut la première présidente ou, dans ce même hémicycle de Strasbourg, lors de la cérémonie européenne en mémoire de l’ancien chancelier allemand Helmut Kohl, autre grand bâtisseur de l’Europe, décédé quinze jours plus tôt.

Le Grand Rabbin de France Haïm Korsia prie en hommage aux victimes d'une série d'attaques meurtrières à la Grande synagogue de la Victoire, le 15 novembre 2015. (Crédit : AFP PHOTO / LOIC VENANCE)
Le Grand Rabbin de France Haïm Korsia prie en hommage aux victimes d’une série d’attaques meurtrières à la Grande synagogue de la Victoire, le 15 novembre 2015. (Crédit : AFP PHOTO / LOIC VENANCE)

A l’issue de la cérémonie des Invalides, la dépouille de Simone Veil sera inhumée au cimetière du Montparnasse, au côté de celle de son époux, Antoine Veil, disparu en 2013.

Le grand rabbin de France, Haïm Korsia, a prononcé l’oraison funèbre tandis que, conformément aux souhaits de la défunte, le kaddish, la prière de sanctification généralement prononcée par des membres de la famille, a été dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...