Hongrie : arrestation d’un Allemand vendant des armes sur un site anti-migrants
Rechercher

Hongrie : arrestation d’un Allemand vendant des armes sur un site anti-migrants

Mario Roensch, 34 ans, est soupçonné d'avoir vendu illégalement depuis Budapest entre mai et novembre 2016 "193 armes qui nécessitaient une autorisation" à des Allemands

Mario Roensch, Allemand sympathisant d'extrême droite, soupçonné d'avoir vendu illégalement des armes sur Internet. (Capture d'écran)
Mario Roensch, Allemand sympathisant d'extrême droite, soupçonné d'avoir vendu illégalement des armes sur Internet. (Capture d'écran)

Un Allemand sympathisant d’extrême droite, qui vendait des armes à air comprimé sur une plateforme antimigrants, a été arrêté mercredi à Budapest par des policiers locaux épaulés par des collègues allemands, a annoncé le Parquet de Berlin.

Mario Roensch, 34 ans, est soupçonné d’avoir vendu illégalement depuis la Hongrie entre mai et novembre 2016 « 193 armes qui nécessitaient une autorisation » à des Allemands, a expliqué le parquet dans un communiqué.

Ces ventes ont été réalisées par l’entremise du site « Terroriser les migrants », fermé depuis, et « plusieurs connexions hongroises », a-t-il ajouté.

Au cours de son arrestation, deux lieux ont été perquisitionnés à Budapest et à Barcs (sud-ouest de la Hongrie). La police y a saisi divers éléments, notamment des ordinateurs et disques durs.

Ces armes à air comprimé, dont le montant avoisine les 100 000 euros, avaient pour but de « se défendre contre des réfugiés », selon la chaîne ARD et la Süddeutsche Zeitung.

Certaines d’entre elles pouvaient « causer de sérieuses blessures, voire même tuer des gens », selon eux.

Selon des médias allemands, M. Roensch, également soupçonné d’avoir des liens avec les plateformes « Anonymous.Kollektiv » et Anonymousnews.ru connues pour leurs positions anti-islam et antisémites, faisait l’objet d’un mandat d’arrêt européen.

La police allemande attend désormais qu’il soit livré par les autorités hongroises à l’Allemagne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...