Rechercher

Idan Roll : L’extrême droite au gouvernement priverait Israël de soutiens cruciaux

Pour le vice-ministre des Affaires étrangères, la présence de ministres d'extrême-droite aurait pour effet de dégrader l'image du pays et le priver de soutiens, dont celui des USA

Le vice-ministre des Affaires étrangères Idan Roll assistant à une cérémonie au ministère des Affaires étrangères, à Jérusalem, le 1er décembre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le vice-ministre des Affaires étrangères Idan Roll assistant à une cérémonie au ministère des Affaires étrangères, à Jérusalem, le 1er décembre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le vice-ministre des Affaires étrangères, Idan Roll, a affirmé que l’image d’Israël sur la scène internationale pâtirait de la présence des leaders d’extrême droite Bezalel Smotrich et Itamar Ben Gvir au sein d’un prochain gouvernement.

Selon le site d’information Walla, Roll, qui est membre du parti Yesh Atid conduit par le Premier ministre Yair Lapid, aurait déclaré dans un lycée de Ramat Gan : « Si nous laissons des gens comme Ben Gvir et Smotrich gérer le pays, nous n’obtiendrons pas le soutien des États-Unis – que ce soit sur le plan économique ou militaire ».

Bezalel Smotrich, leader du parti d’extrême droite HaTzionout HaDatit, avait déclaré mardi que son partenaire politique extrémiste Itamar Ben Gvir sera un ministre de premier plan dans un éventuel futur gouvernement dirigé par l’actuel chef de l’opposition Benjamin Netanyahu.

Smotrich a rejoint le parti d’extrême droite Otzma Yehudit de Ben Gvir en vue des prochaines élections de novembre. Alors que les deux partis se présentaient sur une liste conjointe dans le passé, Otzma Yehudit s’est maintenant assuré une représentation beaucoup plus importante sur la liste, car les sondages d’opinion ont toujours prédit un succès beaucoup plus important pour Ben Gvir que pour Smotrich s’ils se présentaient séparément.

Le leader d’Otzma Yehudit Itamar Ben Gvir, à gauche, le chef de l’opposition et président du Likud Benjamin Netanyahu, au centre et le député et responsable du parti Sionisme religieux, à droite. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

L’ancien Premier ministre Netanyahu, qui a négocié l’accord pour que les deux hommes se présentent ensemble afin d’améliorer ses chances de revenir au pouvoir, a déclaré avant les élections précédentes qu’il ne pensait pas que l’extrémiste Ben Gvir était apte à être ministre.

Mais ce discours a changé à mesure que Ben Gvir a gagné en popularité et qu’il est devenu évident que Netanyahu ne pourra pas former un gouvernement sans que le leader extrémiste n’y joue un rôle central.

Miki Zohar, député du Likud a déclaré la semaine dernière qu’il « ferait tout » pour que Ben Gvir fasse partie du prochain gouvernement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...