Incinération illégale de déchets : une entreprise écope de 825 300 NIS d’amende
Rechercher

Incinération illégale de déchets : une entreprise écope de 825 300 NIS d’amende

Le renforcement des sanctions survient après une hausse de 28 % de la pollution causée par des matériaux potentiellement cancérigènes

Une décharge à Kafr Manda dans le nord d'Israël, dont le propriétaire a été condamné à une amende de près de 240 000 $ par le ministère de la Protection de l'environnement pour avoir brûlé illégalement des déchets,le 14 janvier 2020. (Crédit : Ministère de la Protection de l'environnement)
Une décharge à Kafr Manda dans le nord d'Israël, dont le propriétaire a été condamné à une amende de près de 240 000 $ par le ministère de la Protection de l'environnement pour avoir brûlé illégalement des déchets,le 14 janvier 2020. (Crédit : Ministère de la Protection de l'environnement)

Le ministère de la Protection de l’environnement a imposé une amende de 825 300 shekels à une entreprise du nord d’Israël pour avoir pollué l’air en incinérant illégalement des déchets.

La police verte du ministère et les responsables de la région du nord ont été alertés par « la fumée qui s’élevait à une hauteur significative sur un certain nombre de sites, ainsi qu’une forte odeur de déchets brûlés et de plastique », selon un communiqué publié mardi.

Cette odeur a été attribuée à une entreprise appelée M. A Za’arura, dans la ville de Kafr Manda. L’entreprise se dit autorisée à éliminer des déchets dans des sites désignés.

Selon le ministère, la pile de déchets de l’entreprise comprenait des déchets organiques, des restes de nourriture, des carcasses d’animaux, des déchets municipaux et des déchets de construction, notamment des emballages en plastique et du carton.

Ils étaient répartis sur tout le site, n’avaient pas été traités conformément à la loi et certains d’entre eux avaient été emportés par le vent et polluaient d’autres zones. En outre, le site ne dispose pas de clôture périphérique ni de signalisation.

Dans une déclaration accompagnant la publication de son registre annuel des émissions pour 2018, le ministère a souligné une augmentation de 28 % de la pollution causée par des matériaux qu’on sait ou soupçonne cancérigènes en raison de l’incinération illégale de déchets.

Il a appelé à une « réduction drastique » de l’utilisation des décharges (vers lesquelles environ 80 % des déchets israéliens sont actuellement envoyés) et à un renforcement de l’application de la loi contre les comportements illégaux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...