Intronisation de la 21e Knesset qui affiche un renouvellement sans précédent
Rechercher

Intronisation de la 21e Knesset qui affiche un renouvellement sans précédent

Cent-vingt parlementaires vont prêter allégeance à l'Etat d'Israël et promettre de respecter leurs obligations de députés

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Idit Silman de l'Union des partis de droite reçoit son certificat de félicitation pour son élection à la 21ème Knesset, le 30 avril 2019 (Autorisation : Knesset)
Idit Silman de l'Union des partis de droite reçoit son certificat de félicitation pour son élection à la 21ème Knesset, le 30 avril 2019 (Autorisation : Knesset)

Le Parlement israélien a ouvert ses portes mardi matin aux 120 membres élus à la Knesset lors des élections qui ont eu lieu au début du mois. Ils prêteront serment dans la journée, à l’occasion de l’investiture officielle de la nouvelle législature.

Le nombre record de nouvelles recrues – 49 nouveaux visages – comprend deux anciens chefs d’Etat-major, quelques politiciens et activistes locaux, un ancien directeur de la Bourse des diamants israélienne, et une militante de la défense de l’environnement végane qui a juré de ne pas prendre place dans le fauteuil qui lui est assigné tant que son revêtement en cuir ne sera pas remplacé.

A leur arrivée à la Knesset, dans la journée de mardi, anciens et nouveaux parlementaires ont chacun reçu un certificat les félicitant pour leur élection ainsi qu’une rosette bleue et blanche, aux couleurs de l’Etat (et sans lien aucun avec un parti en particulier dont le nom pourrait entraîner la confusion), qu’ils porteront en épingle pendant toute la cérémonie.

Les cérémonies officielles ont commencé mardi à 15 heures avec l’arrivée du président Reuven Rivlin sur le parvis de la Knesset. Il était accompagné par une garde d’honneur à cheval et par l’orchestre militaire de l’armée israélienne et a déposé une gerbe de fleurs au pied du monument érigé à la mémoire des soldats tombés au combat, avant de rencontrer en privé le président actuel de la Knesset Yuli Edelstein – dont le mandat devrait être renouvelé.

Les deux hommes ont ensuite pris la tête de la marche des 120 députés vers la salle de séance plénière, où se tiendra la toute première session officielle de la 21e Knesset.

Le chef de Yisrael Beytenu Avigdor Liberman reçoit son certificat de félicitation pour son élection à la 21ème Knesset, le 30 avril 2019 (Autorisation : Knesset)

Après des allocutions de Rivlin et d’Edelstein, les députés prêteront allégeance à l’Etat d’Israël et ils promettront d’accomplir leur devoir de manière honorable en tant que membres de la Knesset.

Les législateurs – et notamment les 49 nouveaux arrivants – se lèveront les uns après les autres et déclareront : « Je m’y engage ! ».

Presque la moitié des nouveaux députés proviennent des rangs du parti Kakhol lavan de Benny Gantz. Seulement 11 des 35 députés de la formation siégeaient dans la précédente Knesset (tous sous l’étiquette de Yesh Atid). La situation est à l’opposé de celle du Likud de Netanyahu, qui ne compte que 12 nouveaux arrivants sur 36 parlementaires élus.

Dans le cadre de cet important renouvellement, 13 nouvelles députées font leur arrivée, portant à 29 le nombre total de femmes, un record égalant celui de 2015. Un chiffre digne d’être relevé sachant que les formations ultra-orthodoxes du Shas et de Yahadout HaTorah sont opposées, par idéologie, à la présence de femmes à des postes parlementaires, et qu’aucune ne prendra donc place parmi les 16 sièges remportés par ces partis lors du dernier scrutin.

Ce nombre est toutefois nettement inférieur aux 36 femmes ayant officié lors de la Knesset précédente (sept d’entre elles étaient entrées comme remplaçantes au cours des quatre années de mandat de la 20e Knesset).

Les employés du parlement préparent la plénière pour l’ouverture de la 21ème Knesset, le 29 avril 2019 (Crédit : Noam Moscowitz/Knesset)

Plus de 1 000 personnes devraient prendre part à la cérémonie, la majorité depuis la galerie entièrement vitrée réservée au public.

Parmi les invités, la présidente de la Cour suprême Esther Hayut, le chef d’Etat-major de l’armée israélienne Aviv Kohavi, les deux Grands-rabbins d’Israël, les chefs du Shin Bet et du Mossad ainsi que des diplomates étrangers.

En plénière, les députés seront répartis selon les blocs post-électoraux et la taille de leurs formations respectives. Les formations ultra-orthodoxes du Shas et de Yahadout HaTorah sont dorénavant installées sur les principaux bancs de la coalition, à la droite de la salle, ayant gagné chacune huit sièges, quittant l’arrière partagé par des députés de la coalition et de l’opposition. Leurs anciennes places seront dorénavant occupées par la délégation travailliste – qui est passée de 24 à 6 sièges, son pire résultat électoral, et quitte donc les bancs de l’opposition situés à l’avant de la salle.

Aux côtés des députés, néophytes ou réélus, tous les membres du gouvernement de transition actuel, constitué des mêmes ministres que ceux qui représentaient le 34e gouvernement, ont été invités et devraient prendre part à la plénière, même s’ils ne sont plus membres du Parlement. Cette cérémonie pourrait donc bien être en conséquence le dernier événement de haut rang pour la ministre de la Justice Ayelet Shaked et pour celui de l’Education Naftali Bennett du parti HaYamin HaHadash, qui n’a pas réussi à franchir le seuil d’éligibilité lors du dernier scrutin – au moins pour un avenir proche.

Tandis que les sièges peuvent avoir été l’objet de convoitise déçue pour certains, une nouvelle députée, pour sa part, a fait savoir qu’elle refusait d’occuper physiquement le sien.

Mardi, dans un courrier adressé à Edelstein, Miki Haimovich, députée de Kakhol lavan, végane et militante pour l’environnement, a fait part de ses objections morales à l’industrie de la viande et demandé à ce que le siège en cuir qu’elle va occuper soit changé.

Les nouveaux membres de Kakhol lavan prennent la pose à la Knesset en découvrant leurs sièges pour la première fois. En rouge, la députée Miki Haimovich, le 29 avril 2019 (Crédit : Noam Moscowitz/Knesset)

« La simple pensée de rester assise pendant toutes les heures que je vais être amenée à passer à la Knesset dans un tel fauteuil est insupportable », a écrit Haimovich.

« Cela pourrait être une bonne chose à l’avenir de réfléchir à remplacer tous les sièges de la salle de la plénière par d’autres qui ne seraient pas confectionnés à partir de la peau d’un animal », a-t-elle continué dans sa lettre.

Une source de la Knesset, qui a affirmé que de telles demandes avaient déjà été soumises dans le passé, a indiqué qu’il était peu probable que cette requête reçoive une suite favorable.

Quoi qu’il en soit, il est certain que Haimovitch pourra rester debout lorsque sera entonné l’hymne national, la Hatikva – souvent boycotté par les députés arabes israéliens – au terme de la cérémonie.

Les chefs de partis se rencontreront ensuite pour porter un toast à la nouvelle Knesset et pour une séance de photos.

Au même moment, en plénière, les députés restants, qui devront reconduire officiellement Edelstein pour un troisième mandat et amorcer le processus officiel d’ouverture des commissions parlementaires, se mettront déjà au travail.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...