Iran : le monde doit s’opposer aux Américains au sujet de l’accord du nucléaire
Rechercher

Iran : le monde doit s’opposer aux Américains au sujet de l’accord du nucléaire

Selon Zarif, Washington ne peut rejeter de manière irresponsable un accord "fondé sur la politique intérieure ou sur des divergences politiques avec une ancienne administration"

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif lors d'une conférence de presse après avoir rencontré son homologue français à Téhéran, le 31 janvier 2017. (Crédit : Atta Kenare/AFP)
Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif lors d'une conférence de presse après avoir rencontré son homologue français à Téhéran, le 31 janvier 2017. (Crédit : Atta Kenare/AFP)

Le ministre iranien des Affaires étrangères a appelé dimanche la communauté internationale à s’opposer à l’intimidation du gouvernement américain au sujet de l’accord sur le nucléaire de 2015.

Mohammad Javad Zarif a déclaré que « le retrait illégal du gouvernement américain de l’accord, en particulier les méthodes d’intimidation utilisées par ce gouvernement pour aligner les autres gouvernements, a discrédité la primauté du droit tout en contestant les principes de la Charte des Nations Unies et l’efficacité des organismes internationaux », selon l’agence de presse IRNA.

La Chine, la Russie et les puissances occidentales du Royaume-Uni, de la France et de l’Allemagne, qui ont tous signé l’accord sur le nucléaire en 2015, s’efforcent de sauver le pacte à la suite de la décision du président américain Donald Trump, le mois dernier, de quitter l’accord et de rétablir les sanctions.

M. Zarif a réaffirmé la position de Téhéran selon laquelle aucun changement ne pouvait être apporté au Plan d’action global conjoint (JCPOA) et qu’aucune nouvelle négociation n’aurait lieu.

« Le JCPOA n’appartient pas seulement à ses signataires de sorte qu’une partie pourrait le rejeter arbitrairement et de manière irresponsable sur la base de sa politique intérieure ou de ses différences politiques avec une ancienne administration dirigeante », a-t-il déclaré.

M. Zarif a ajouté que l’Iran ne resterait dans l’accord que si les autres signataires donnent l’assurance qu’ils compenseront tout dommage causé par le retrait des États-Unis.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif (2e D), le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian (2e G), le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas (D), la Haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères Federica Mogherini et le ministre britannique des Affaires étrangères arrivent pour une réunion de l’UE/E3 avec l’Iran au siège de l’UE à Bruxelles le 15 mai 2018. (AFP Photo/Pool/Olivier Matthys)

L’UE et la Chine ont déclaré vendredi qu’ils feront tout leur possible pour maintenir l’accord international à flot.

Trump a reproché à l’accord de ne pas avoir abordé le programme de missiles balistiques de l’Iran ou le soutien aux groupes terroristes régionaux, tout en faisant valoir qu’il permettait aux Iraniens de se rapprocher de l’obtention d’armes nucléaires.

Ses critiques de l’accord ont été reprises par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui sera en Allemagne, en France et en Grande-Bretagne lundi pour des entretiens qui devraient se concentrer sur l’Iran.

Samedi, Fox News a rapporté que l’Iran poursuit ses efforts pour acquérir des armes de destruction massive, citant un rapport de services de renseignement publié par une agence de renseignement de l’État allemand.

Les efforts iraniens ont été fortement axés sur l’État du Bade-Wurtemberg, dans le sud de l’Allemagne, qui abrite de nombreuses entreprises spécialisées dans la technologie et l’ingénierie, selon le rapport.

Le rapport indique que les activités de Téhéran se concentrent sur l’acquisition de logiciels allemands, de technologies sophistiquées d’ingénierie du vide et d’appareils de contrôle, de systèmes de mesure et d’équipements électriques avancés pour son programme de missiles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...