Iran : Trump garde l’accord sur le nucléaire mais va imposer d’autres sanctions
Rechercher

Iran : Trump garde l’accord sur le nucléaire mais va imposer d’autres sanctions

Malgré sa promesse électorale, le président américain se garde de sortir de ce texte majeur pour la diplomatie mondiale, mais veut peser sur les activités déstabilisatrices de Téhéran dans la région

Le président américain  Donald Trump sur la pelouse de la Maison Blanche, à Washington, D.C., le 17 mai 2017. (Crédit : Olivier Douliery/AFP)
Le président américain Donald Trump sur la pelouse de la Maison Blanche, à Washington, D.C., le 17 mai 2017. (Crédit : Olivier Douliery/AFP)

Poursuivant la politique de son prédécesseur Barack Obama, Donald Trump a décidé lundi de préserver l’accord sur le programme nucléaire iranien, mais le président américain va imposer à Téhéran de nouvelles sanctions pour ses missiles balistiques et ses actions au Moyen Orient.

Succès majeur de la diplomatie Obama et réussite de la politique internationale de non-prolifération, l’accord sur le nucléaire iranien, connu sous son acronyme JCPOA (Joint Comprehensive Plan of Action), avait été signé en grande pompe le 14 juillet 2015 à Vienne par l’Iran et les grandes puissances (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne).

Alors que durant sa campagne le candidat Trump avait promis de « déchirer » le « pire » accord jamais paraphé par les Etats-Unis, son administration a admis lundi soir que Téhéran « remplissait les conditions » du texte prévoyant un contrôle international de la nature pacifique du programme nucléaire en échange d’une levée progressive des sanctions qui étranglent l’économie iranienne.

Depuis que cet accord est en vigueur, le 16 janvier 2016, l’administration américaine doit tous les 90 jours le « certifier » auprès du Congrès. C’est-à-dire attester que Téhéran en respecte les termes.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry, les ministres des Affaires étrangères britannique  Philip Hammond, russe Sergueï Lavrov, allemand Frank-Walter Steinmeier, français Laurent Fabius, chinois Wang Yi, la secrétaire générale de l'UE pour le Service d'action extérieure, Helga Schmid, la haute représentante de l'UE pour les Affaires étrangères et la Sécurité, Federica Mogherini, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif et l'ambassadeur d'Iran à l'AIEA, Ali Akbar Salehi, pendant les négociations sur le programme nucléaire iranien, à Vienne, en Autriche, le 6 juillet 2015. (Crédit : Joe Klamar/AFP)
Le secrétaire d’Etat américain John Kerry, les ministres des Affaires étrangères britannique Philip Hammond, russe Sergueï Lavrov, allemand Frank-Walter Steinmeier, français Laurent Fabius, chinois Wang Yi, la secrétaire générale de l’UE pour le Service d’action extérieure, Helga Schmid, la haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères et la Sécurité, Federica Mogherini, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif et l’ambassadeur d’Iran à l’AIEA, Ali Akbar Salehi, pendant les négociations sur le programme nucléaire iranien, à Vienne, en Autriche, le 6 juillet 2015. (Crédit : Joe Klamar/AFP)

Accord ‘certifié’

L’administration Trump l’avait « certifié » une première fois en avril dernier et devait le refaire ce 17 juillet. En mai, le milliardaire républicain avait même poursuivi la politique du démocrate Obama de levée des sanctions liées au nucléaire. Son administration avait toutefois lancé au printemps un réexamen, toujours en cours, de sa position sur le JCPOA.

Mais Trump s’est pour l’instant bien gardé de sortir de ce texte majeur pour la diplomatie mondiale et la non-prolifération. Un compromis négocié pendant trois ans, après des périodes de crises qui avaient failli conduire à la guerre dans les années 2000.

La décision positive était largement attendue, Washington ne voulant pas risquer de se mettre à dos les autres pays signataires. En outre, l’autorité onusienne de surveillance du JCPOA, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), avait félicité en juin l’Iran pour le respect de ses engagements (démantèlement des deux tiers de ses centrifugeuses, renoncement à 98 % de son stock sensible d’uranium et bétonnage du cœur de son réacteur à eau lourde).

Mais les relations avec l’Iran sont de nouveau extrêmement tendues et la justice iranienne a condamné ce week-end un Américain à dix ans de prison pour « infiltration ».

Des camions militaires iraniens transportant des missiles sol-air pendant un défilé à l'occasion de la Journée de l'armée du pays, à Téhéran, le 18 avril 2017. (Crédit : Atta Kenare/AFP)
Des camions militaires iraniens transportant des missiles sol-air pendant un défilé à l’occasion de la Journée de l’armée du pays, à Téhéran, le 18 avril 2017. (Crédit : Atta Kenare/AFP)

‘Nouvelles sanctions’

En conséquence, les Etats-Unis ont indiqué – comme ce fut le cas en mai – que d’autres mesures punitives seraient imposées à l’Iran pour ses missiles balistiques et ses actions « déstabilisatrices » au Moyen Orient. « Nous prévoyons la mise en œuvre de nouvelles sanctions qui concernent le programme de missiles balistiques iraniens« , a souligné l’un des responsables de la Maison Blanche.

En outre, le Sénat avait voté en juin un projet de loi pour punir Téhéran pour son « soutien à des actes terroristes internationaux ». Le département d’Etat continue aussi, depuis 1984, de considérer la puissance régionale chiite comme un « état soutenant le terrorisme ».

« L’Iran demeure l’une des plus dangereuses menaces pour les intérêts des Etats-Unis et pour la stabilité régionale », a tonné l’un des responsables de l’administration Trump.

Le président américain Donald Trump pendant le sommet arabo-islamico-américain à Ryad, en Arabie saoudite, le 21 mai 2017. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)
Le président américain Donald Trump pendant le sommet arabo-islamico-américain à Ryad, en Arabie saoudite, le 21 mai 2017. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)

Le nouveau président américain a déjà pris le contre-pied de Barack Obama en resserrant les liens avec l’Arabie saoudite sunnite et en appelant à « isoler » le rival iranien chiite. Washington accuse depuis six mois Téhéran d’être une « menace » régionale, qui « déstabilise » directement ou via des groupes « terroristes » la Syrie, l’Irak, le Yémen ou le Liban

« Le président [Trump] et le secrétaire d’Etat [Rex Tillerson] estiment que ces activités iraniennes sapent gravement l’objectif [de l’accord] qui devait contribuer à la paix et à la sécurité régionales et internationales », a souligné un cadre américain.

Ce qui fait dire à Mohammad Javad Zarif, chef de la diplomatie iranienne de passage lundi à l’ONU à New York, que l’administration Trump envoie des « signaux contradictoires » sur la volonté des Etats-Unis de respecter l’accord sur le long terme.

Même s’il est décrié à la Maison Blanche, le JCPOA garde nombre de partisans à Washington chez les démocrates mais aussi parmi les républicains, chez des diplomates comme chez des militaires. Il a permis de « supprimer une menace existentielle sur les Etats-Unis et leurs alliés », avait ainsi vanté vendredi le groupe de pression Diplomacy Works, fondé par l’ancien secrétaire d’Etat John Kerry, acteur majeur de cet accord.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry face au ministre iranien des Affaires étrangères Mohammed Javad Zarif pendant la négociation de l'accord nucléaire iranien, à Vienne, en Autriche, le 1er juillet 2015. (Crédit : département d'État)
Le secrétaire d’Etat américain John Kerry face au ministre iranien des Affaires étrangères Mohammed Javad Zarif pendant la négociation de l’accord nucléaire iranien, à Vienne, en Autriche, le 1er juillet 2015. (Crédit : département d’État)

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...