Iran : un homme blessé en tentant de forcer l’entrée de la présidence
Rechercher

Iran : un homme blessé en tentant de forcer l’entrée de la présidence

Les bureaux de Hassan Rouhani sont situés dans le centre de Téhéran ; l'individu a reçu des tirs de la part des forces chargées de la protection du complexe présidentiel"

Une photo fournie par le bureau du président iranien Hassan Rouhani qui le montre lors d'une réunion avec des agriculteurs à Téhéran, le 21 novembre 2017. (Crédit : AFP / Présidence iranienne)
Une photo fournie par le bureau du président iranien Hassan Rouhani qui le montre lors d'une réunion avec des agriculteurs à Téhéran, le 21 novembre 2017. (Crédit : AFP / Présidence iranienne)

Un homme a été blessé lundi à la mi-journée par des agents des forces de l’ordre gardant la présidence de la République à Téhéran alors qu’il tentait apparemment de forcer l’entrée, ont rapporté plusieurs médias iraniens.

« Un individu vêtu d’un linceul blanc a tenté de passer les portes de la présidence et s’est exposé à des avertissement des forces chargées de la protection du complexe présidentiel », ont écrit les agences Fars et Tasnim en citant le vice-gouverneur de Téhéran chargé des affaires sécuritaires, Mohsen Nasj-Hamedani.

« La personne a été empêchée d’aller plus loin et a été blessée par des tirs de la police », a ajouté M. Nasj-Hamedani, indiquant que les autorités tentaient d’établir l’identité de cet individu et les « mobiles de son acte ».

Les bureaux du président iranien Hassan Rouhani sont situés dans le centre de Téhéran. Il n’avait pas été précisé dans l’immédiat si l’assaillant avait été blessée aux contrôles à l’extérieur de l’ensemble présidentiel ou à l’entrée du bâtiment abritant les bureaux du chef du gouvernement.

Tasnim a indiqué avoir reçu des « appels téléphoniques » de « citoyens » indiquant que l’individu portait une « machette ».

Le linceul, symbolisant une détermination à défendre une cause jusqu’à la mort, est régulièrement porté par certains militants ultraconservateurs iraniens lors de manifestations antioccidentales ou dénonçant des insultes faites à l’islam.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...