Rechercher

Iran : un opposant suédo-iranien va être jugé pour « terrorisme »

Habib Chaab, disparu en octobre 2020 après s'être rendu à Istanbul, était réapparu un mois plus tard détenu en Iran, reconnaissait travailler pour le renseignement saoudien

Habib Chaab à la télévision d'État iranienne en novembre 2020, avouant l'attaque d'un défilé militaire deux ans plus tôt. (Capture d'écran vidéo)
Habib Chaab à la télévision d'État iranienne en novembre 2020, avouant l'attaque d'un défilé militaire deux ans plus tôt. (Capture d'écran vidéo)

Un opposant irano-suédois, détenu depuis plus d’un an en Iran, après avoir mystérieusement disparu en Turquie, va être jugé pour avoir commis des « attentats à la bombe » dans le sud-ouest du pays, selon l’acte d’accusation rendue publique dimanche.

La justice iranienne reproche à Habib Chaab d’avoir « dirigé un groupe terroriste nommé l’ASMLA (le Mouvement arabe de lutte pour la libération d’Ahvaz) », selon l’agence de l’Autorité judiciaire Mizan Online.

Il est également poursuivi pour « avoir planifié et effectué de nombreux actes terroriste dont des attentats à la bombe dans la province du Khouzestan et d’avoir détruit des biens publics dans le but de s’opposer à la République islamique », précise la même source.

La date du procès n’a pas été divulguée.

La population de la province du Khouzestan, riche en pétrole, compte une importante minorité arabe. Elle se plaint d’être laissée pour compte par les autorités. Le Khouzestan avait été l’un des points chauds de la vague de contestation, violemment réprimée en novembre 2019.

Habib Chaab, qui avait obtenu la nationalité suédoise lors de son exil en Suède, avait disparu en octobre 2020 après s’être rendu à Istanbul. Il était réapparu un mois plus tard détenu en Iran.

L’Iran ne reconnaissant pas la double nationalité pour un de ses ressortissants, la Suède s’était vue refuser l’accès consulaire à l’opposant.

En novembre, la télévision iranienne avait diffusé une vidéo de Habib Chaab, dans laquelle il reconnaissait notamment travailler pour les services de renseignement saoudiens.

Il s’accusait également de la responsabilité dans l’attentat meurtrier contre un défilé militaire iranien à Ahvaz, en septembre 2018.

Des personnes assistent à des funérailles collectives pour les personnes décédées lors de l’attaque de samedi contre un défilé militaire dans la ville d’Ahvaz, dans le sud-ouest du pays, qui a fait 25 morts, à Ahvaz, en Iran, lundi 24 septembre 2018. (Crédit : AP Photo/Ebrahim Noroozi)

Ces vidéos sont fréquentes en Iran et condamnées par les défenseurs des droits humains, qui accusent le régime de les obtenir sous la torture.

En décembre 2020, les autorités turques ont annoncé avoir arrêté onze personnes soupçonnées d’espionnage et de l’enlèvement de l’opposant pour le compte de l’Iran.

Les suspects auraient enlevé M. Chaab à Istanbul avant de l’emmener à Van, à la frontière iranienne, et de le remettre aux autorités de Téhéran, selon la police turque.

Voisin de la Suède, le Danemark avait condamné en juin 2020 un Irano-Norvégien à sept ans de prison pour sa participation à un projet d’assassinat sur son sol d’un membre de l’ASMLA, pour le compte de Téhéran.

Copenhague a également engagé des poursuites contre trois membres de l’organisation séparatiste, soupçonnés d’espionner au Danemark pour le compte de l’Arabie saoudite.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...