Israël achète des masques à gaz aux firmes qui fournissaient les nazis à Auschwitz
Rechercher

Israël achète des masques à gaz aux firmes qui fournissaient les nazis à Auschwitz

Les entreprises qui protégeaient les SS du Zyklon B des chambres à gaz vendent à présent au ministère de la Défense, aux pompiers et à la police d’Israël

Masque à gaz. Illustration. (Crédit : Yonathan Sindel/Flash90)
Masque à gaz. Illustration. (Crédit : Yonathan Sindel/Flash90)

Israël a pendant des décennies acheté ses masques à gaz aux mêmes fournisseurs allemands qui fournissaient autrefois les équipements de protection des soldats nazis affectés aux chambres à gaz d’Auschwitz et d’autres camps d’extermination pendant l’Holocauste.

Les entreprises, Dräger et Auer (à présent possédé par l’américain MSA) vendent des masques et des filtres à gaz à plusieurs institutions gouvernementales israéliennes depuis la guerre des Six Jours de 1967, a annoncé jeudi le quotidien israélien Yedioth Ahronoth.

La relation a été dévoilée par le musée mémorial de l’Holocauste de Yad Vashem, à Jérusalem, dans une récente étude sur les chambres à gaz à Auschwitz basée sur des recherches précédentes de l’universitaire français, spécialiste de l’Holocauste et d’Auschwitz Jean-Claude Pressac.

Dans son livre de 1989, Auschwitz: Technique and operation of the gas chambers (Auschwitz : techniques et opérations des chambres à gaz), Pressac a montré que tous les soldats SS impliqués dans le gazage des juifs au camp d’extermination étaient équipés de masque fabriqués conjointement par Dräger et Auer pour se protéger contre le Zyklon B utilisé pour assassiner des millions de juifs pendant l’Holocauste.

Ruines d'une installation de chambre à gaz et four crématoire à Auschwitz-Birkenau, connue sous le nom de Krematorium II, en novembre 2015. (Crédit : Matt Lebovic/The Times of Israel)
Ruines d’une installation de chambre à gaz et four crématoire à Auschwitz-Birkenau, connue sous le nom de Krematorium II, en novembre 2015. (Crédit : Matt Lebovic/The Times of Israel)

Selon Yedioth, le musée a montré que les deux entreprises approvisionnaient régulièrement en masques à gaz et autres équipements le ministère de la Défense, les pompiers, la police israélienne et le service de prisons israélien.

En préparation de la guerre du Golfe de 1991, Israël avait distribué des masques à gaz aux civils par peur que le dictateur irakien Saddam Hussein ne lance une attaque à l’arme chimique contre l’Etat juif.

Avec la crainte qu’une potentielle intervention militaire américaine en Syrie en 2013 ne déclenche des représailles à l’arme chimique contre Israël, la demande publique pour ces masques avait quadruplé, et beaucoup de points de distribution étaient largement sous approvisionnés.

Le gouvernement a continué cette couteuse politique de distribution d’équipements de protection à des millions d’Israéliens jusqu’en janvier 2014, quand la distribution a été stoppé après ce que les responsables israéliens ont qualifié de réduction « drastique » de la menace d’une attaque à l’arme chimique de la Syrie.

En réponse aux découvertes de Yad Vashem, Dräger a publié cette semaine un communiqué déclarant que bien qu’il lui ait été ordonné de fournir des masques à gaz aux nazis, il avait été dit à l’époque à la compagnie qu’ils étaient destinés aux civils.

L’entreprise américaine MSA a également répondu, déclarant que leur équipement « a protégé des pompiers, des policiers, des secouristes, des travailleurs industriels et des soldats, y compris l’armée israélienne. L’américain MSA n’a pas fourni d’équipements aux Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale, et a acquis l’usine Auergesellschaft en 1958, alors qu’elle ne fournissait plus depuis longtemps de masques à gaz à l’armée allemande. »

Parallèlement, le ministère de la Défense a déclaré qu’il n’était « pas familier avec les affirmations sur leur histoire », alors que les pompiers ont simplement confirmé acheter leurs équipements à ces compagnies, et salué leurs produits, « parmi les meilleurs du monde ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...