Israël en guerre - Jour 196

Rechercher

Israël cherche de nouvelles solutions pour l’acheminement de l’aide au nord de Gaza

Après le désastre dans lequel des dizaines de Gazaouis ont péri, les convois humanitaires pourraient être sécurisés par Tsahal et entrer par la frontière nord entre Israël et Gaza

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Des travailleurs déchargeant des sacs d'aide humanitaire entrés à Gaza par camion à travers le poste-fronière israélien de Kerem Shalom, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 17 février 2024. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)
Des travailleurs déchargeant des sacs d'aide humanitaire entrés à Gaza par camion à travers le poste-fronière israélien de Kerem Shalom, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 17 février 2024. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)

À la suite du mouvement de foule meurtrier qui a eu lieu jeudi dans la ville de Gaza autour d’un convoi d’aide, Israël va essayer de nouvelles solutions pour acheminer les fournitures humanitaires dans le nord de la bande de Gaza cette semaine, a déclaré dimanche un responsable israélien au Times of Israel.

L’une des options serait que les convois soient sécurisés par les troupes de l’armée israélienne sans être confiés à des gardes locaux, selon l’officiel.

Il serait également possible d’entrer dans la bande de Gaza par la frontière nord avec Israël, au lieu de faire passer le convoi par Kerem Shalom, dans le sud. Jusqu’à présent, les camions ont été contrôlés aux points de passage du sud, d’où ils doivent ensuite traverser une zone de guerre active pour atteindre la partie nord de la bande de Gaza.

« Nous nous attendons à ce que l’aide humanitaire atteigne le nord de la bande de Gaza dans des proportions beaucoup plus importantes », a déclaré le fonctionnaire.

Des dizaines de Palestiniens sont morts et des centaines d’autres ont été blessés dans le chaos qui a entouré une livraison d’aide humanitaire dans le nord de la bande de Gaza jeudi, un incident qui a suscité des condamnations et des appels à l’ouverture d’une enquête internationale.

Le groupe terroriste palestinien du Hamas affirme qu’au moins 118 personnes ont été tuées. Il accuse les troupes israéliennes d’avoir tiré sur la foule de milliers de personnes, tandis que Tsahal maintient que de nombreuses victimes ont été piétinées dans la bousculade chaotique autour du convoi d’aide, et que les soldats n’ont tiré que sur quelques individus qui se sont précipités vers eux de manière menaçante.

Des corps enveloppés dans des linceuls blancs sur le sol, après une mêlée meurtrière autour d’un convoi d’aide, à l’extérieur de l’hôpital al-Shifa dans la ville de Gaza, le 29 février 2024. (Crédit : AP Photo)

« Nous enquêtons sur cet incident, nous disposons de toutes les images dont nous avons besoin pour mener à bien une enquête exhaustive et découvrir la vérité sur les faits de cet incident, et nous présenterons nos conclusions », a déclaré le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, lors d’une conférence de presse samedi.

« Il s’agit d’une opération humanitaire que nous avons menée, et l’affirmation selon laquelle nous avons frappé intentionnellement le convoi et blessé intentionnellement des personnes est sans fondement », a-t-il ajouté.

Hagari a rappelé que la livraison d’aide de jeudi était la quatrième opération de ce type dans cette zone de Gaza City.

Samedi, des avions cargos C-130 de l’armée américaine ont largué des palettes de nourriture au-dessus de Gaza.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.