Israël demande à Twitter de suspendre le compte de Khamenei
Rechercher

Israël demande à Twitter de suspendre le compte de Khamenei

La ministre des Affaires stratégiques a invoqué le règlement du réseau qui interdit la propagation de l'antisémitisme, le soutien aux groupes terroristes et les appels au génocide

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Orit Farkash haCohen en 2014. (Crédit : Flash 90)
Orit Farkash haCohen en 2014. (Crédit : Flash 90)

La ministre des Affaires stratégiques Orit Farkash-Hacohen a envoyé lundi un courrier au PDG de Twitter Jack Dorsey, appelant à la « suspension immédiate » du compte du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, « suite à ses publications constantes de contenu génocidaire et antisémite », a déclaré son ministère dans un communiqué.

« Par exemple, Khamenei a appelé à l' »élimination » de l' »entité sioniste » tout en affirmant que le « régime sioniste est une tumeur cancéreuse mortelle » qui doit être « déracinée et détruite ». Il a également comparé Israël au coronavirus, « le régime sioniste est une réalité que la région doit accepter. Aujourd’hui, le #Covid_19 est une réalité ; doit-il être accepté ou combattu ? … Le sionisme sera déraciné », a cité la déclaration.

Khamenei a récemment été critiqué pour avoir tweeté une affiche appelant un référendum palestinien « la solution finale ».

Une affiche du site web du Guide suprême iranien, l’Ayatollah Ali Khamenei, appelant à la destruction d’Israël, qui utilise le terme « solution finale », qui fait généralement référence à la politique nazie de génocide contre les Juifs pendant la Shoah. (Crédit : english.khamenei.ir)

Le régime a défendu le tweet comme n’étant pas antisémite, puisqu’il appelle à la destruction d’Israël seulement et non de tous les Juifs.

Farkash-Hacohen, membre du cabinet de sécurité, affirme que la politique de l’entreprise de Twitter interdit la propagation de l’antisémitisme, le soutien aux groupes terroristes et les appels au génocide.

La politique de l’entreprise en matière de conduite haineuse stipule qu’un utilisateur « ne peut pas promouvoir la violence contre, ou attaquer directement, ou menacer d’autres personnes sur la base de la race, de l’ethnicité, de l’origine nationale ou de l’affiliation religieuse… ou appeler au meurtre de masse », déclare son bureau.

Il n’y a pas eu de réponse immédiate de la part de Twitter. Au moment où ces lignes sont publiées, le compte de Khamenei est toujours actif.

Dans le passé, Israël a réussi à faire en sorte que Twitter interdise uniquement aux Israéliens de voir les tweets des groupes terroristes.

 

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...