Israël espère des changements dans la loi polonaise sur la Shoah
Rechercher

Israël espère des changements dans la loi polonaise sur la Shoah

La vice-ministre des Affaires étrangères israélienne Tzipi Hotovely s’est engagée à continuer à faire pression sur la Pologne pour amender le projet de loi

La vice-ministre des Affaires étrangères Tzipi Hotovely assiste à une cérémonie à la Knesset, le 21 novembre 2017 (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
La vice-ministre des Affaires étrangères Tzipi Hotovely assiste à une cérémonie à la Knesset, le 21 novembre 2017 (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Le ministère israélien des Affaires étrangères a dit mardi espérer des amendements à une loi sur la Shoah signée par le président polonais Andrzej Duda, affichant beaucoup plus de retenue qu’auparavant dans cette controverse.

Au risque de braquer encore davantage Israël, les Etats-Unis ou l’Ukraine, le président polonais a décidé mardi qu’il signerait la loi interdisant de parler « de camps de la mort polonais » et punissant de trois ans de prison pour les personnes, dont les étrangers, qui accusent la nation ou l’Etat polonais de participation aux crimes nazis.

Il a cependant demandé au Tribunal constitutionnel de vérifier la conformité du texte avec la loi fondamentale en ce qui concerne la liberté d’expression et la précision du passage imposant des peines de prison aux auteurs d’accusations.

Les dirigeants israéliens avaient vivement réagi à l’adoption du texte par le Parlement polonais, y voyant une tentative – que Varsovie dément – de nier la participation de certains Polonais au génocide des Juifs, voire même d’empêcher les survivants de la Shoah de raconter leur expérience.

Le ministère israélien des Affaires étrangères s’est montré beaucoup plus mesuré mardi, prenant note du recours au Tribunal constitutionnel.

La vice-ministre des Affaires étrangères israélienne Tzipi Hotovely s’est engagée à continuer à faire pression sur la Pologne pour amender le projet de loi.

« Israël a clairement déclaré au gouvernement polonais qu’il n’acceptera aucune loi qui vise à réduire au silence l’histoire et qui nierait l’implication des citoyens polonais dans le meurtre des Juifs pendant la Shoah », a déclaré Hotovely

« Nous espérons que dans le délai imparti avant que la Cour n’achève ses délibérations, nous parviendrons à nous mettre d’accord sur les changements et les corrections », indique-t-il dans un communiqué.

« Israël a clairement déclaré au gouvernement polonais qu’il n’acceptera aucune loi qui vise à réduire au silence l’histoire et qui nierait l’implication des citoyens polonais dans le meurtre des Juifs pendant la Shoah », a déclaré Hotovely

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait déclaré la semaine dernière qu’Israël n’avait « aucune tolérance pour les distorsions de la vérité et la réécriture de l’histoire ou la négation de la Shoah ».

L’ONG israélienne From the Depths, qui travaille dans le domaine de l’éducation sur la Shoah, a annoncé mardi avoir annulé l’organisation d’un évènement prévu à Varsovie et auquel devait participer le ministre israélien de l’Education Naftali Bennett, qui a eu de récentes prises de position sévères contre l’Etat polonais.

Selon son fondateur Jonny Daniels, cette décision a été prise à la suite de propos tenus par M. Bennett lundi avec des membres de son parti, le Foyer juif.

De son côté, le mémorial de la Shoah à Jérusalem, Yad Vashem, a déploré dans un communiqué l’approbation par le président polonais de la loi.

« Yad Vashem a mis en garde les autorités polonaises à plusieurs reprises contre les erreurs dans la formulation de la loi », des erreurs selon Yad Vashem qui « pourraient fausser la vérité historique ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...