Israël et le Royaume-Uni vont discuter d’une zone de libre-échange post-Brexit
Rechercher

Israël et le Royaume-Uni vont discuter d’une zone de libre-échange post-Brexit

L'annonce intervient alors que le Royaume-Uni entre dans une "période de transition" de 11 mois au cours de laquelle elle cherchera à conclure de nouveaux accords commerciaux

Le Premier ministre britannique Boris Johnson (à gauche) accueille le Premier ministre Benjamin Netanyahu devant le 10 Downing Street au centre de Londres, le 5 septembre 2019. (DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)
Le Premier ministre britannique Boris Johnson (à gauche) accueille le Premier ministre Benjamin Netanyahu devant le 10 Downing Street au centre de Londres, le 5 septembre 2019. (DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré jeudi avoir parlé avec son homologue britannique Boris Johnson et que tous deux étaient d’accord pour entamer des discussions sur l’établissement d’une zone de libre-échange post-Brexit entre Israël et le Royaume-Uni.

« Je me suis entretenu aujourd’hui avec le Premier ministre britannique Boris Johnson, et je l’ai félicité pour le Brexit. Nous avons discuté des affaires régionales, en particulier de « l’accord du siècle » », a écrit M. Netanyahu sur Twitter, en référence au nouveau plan de paix américain.

Les deux dirigeants « ont convenu de continuer à renforcer les relations économiques entre les deux pays et d’entamer des discussions sur une zone de libre-échange entre Israël et le Royaume-Uni », a ajouté le chef du gouvernement israélien.

Le bureau de Johnson avait fait savoir plus tôt que lors de l’entretien téléphonique, il avait souligné son soutien au nouveau plan de paix américain et à une solution à deux États du conflit israélo-palestinien.

Après la publication du plan le 28 janvier, Johnson s’est entretenu avec le président américain Donald Trump, indiquant que la proposition « pourrait constituer une avancée positive ».

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, a déclaré que le plan était « clairement une proposition sérieuse, reflétant un temps et des efforts considérables ».

Le Royaume-Uni a officiellement quitté l’Union européenne vendredi après des années de négociations.

Les deux parties se sont donné une « période de transition » de 11 mois – au cours de laquelle le Royaume-Uni continuera à suivre les règles de l’UE – pour conclure de nouveaux accords sur le commerce, la sécurité et toute une série d’autres domaines.

Johnson a fait de l’indépendance économique du pays un élément central de son discours de Brexit.

Il a assuré vendredi qu’un Royaume-Uni post-Brexit serait « une grande puissance à la fois européenne et véritablement mondiale dans notre catégorie et nos ambitions ».

« Nous voulons que ce soit le début d’une nouvelle ère de coopération amicale entre l’UE et une Grande-Bretagne énergique », a-t-il fait savoir.

En novembre 2018, le ministre britannique du Commerce international, Liam Fox, s’est rendu en Israël pour rencontrer Netanyahu et promouvoir les échanges commerciaux post-Brexit entre les deux pays.

Netanyahu avait indiqué à l’époque : « La Grande-Bretagne est en fait notre plus grand partenaire commercial en Europe – l’un de nos plus importants partenaires commerciaux dans le monde – et nous apprécions cette amitié ».

Israël est un marché d’importation pour les voitures, les produits minéraux, les machines, les produits de l’industrie chimique et les équipements électriques britanniques, a rapporté l’ambassade britannique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...