Israël en guerre - Jour 233

Rechercher

Israël et les groupes terroristes de Gaza conviennent d’un cessez-le-feu

Les sirènes d'alerte ont résonné dans le sud du pays alors que Tsahal visait des cibles du Hamas dans une flambée de violences entraînée par la mort d'un détenu palestinien

De la fumée s'élève au dessus des immeubles de Gaza City suite à une frappe aérienne, le 2 mai 2023. (Crédit : MOHAMMED ABED / AFP)
De la fumée s'élève au dessus des immeubles de Gaza City suite à une frappe aérienne, le 2 mai 2023. (Crédit : MOHAMMED ABED / AFP)

Israël et les organisations terroristes de la bande de Gaza annoncé mercredi une trêve après des échanges de tirs entre des groupes armés à Gaza et l’armée israélienne, consécutifs au décès d’un responsable de l’organisation islamiste du Jihad islamique qui était en grève de la faim dans une prison israélienne.

L’Egypte, un des médiateurs traditionnels lors de confrontations entre organisations palestiniennes et Israël, a corroboré ces informations, auxquelles Israël n’a toutefois pas réagi dans l’immédiat.

Les deux parties auraient convenu un cessez-le-feu qui a été mis en vigueur avant l’aube, selon Al Jazeera et Reuters qui ont cité des sources palestiniennes. La trêve a été négociée par des responsables égyptiens, qataris et et des Nations unies.

« Nous sommes parvenus à établir une accalmie et les deux parties y ont répondu à partir de ce (mercredi) matin », a déclaré à l’AFP une source de sécurité égyptienne, sous couvert d’anonymat.

Les dernières sirènes d’alerte à la roquette ont toutefois retenti à Nir Am, près de la bande de Gaza, peu après le début du cessez-le-feu, a rapporté l’armée.

D’après des témoins à Gaza, plusieurs roquettes ont été tirées vers le sol israélien à ce moment-là.

« Ce cycle de confrontation est terminé mais la marche de la résistance continue et ne s’arrêtera pas », a affirmé Tariq Salmi, porte-parole du Jihad islamique, dans un communiqué.

« Nous soulignons, comme nous l’avons dit à tous les médiateurs qui sont intervenus, la nécessité de remettre le corps du martyr Khader Adnane à sa famille », a pour sa part dit le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, dans un communiqué.

Le système de défense antiaérienne du Dôme de fer intercepte une roquette tirée depuis la bande de Gaza, le 2 mai 2023. (Crédit : AP Photo/Ohad Zwigenberg)

Originaire de Cisjordanie, Khader Adnane avait entamé une nouvelle grève de la faim dès le début de son incarcération le 5 février et il est mort mardi à l’âge de 45 ans. Il avait été retrouvé inconscient dans sa cellule de la prison de Nitzan à Ramlé, une ville du centre du pays.

Évacué en urgence à l’hôpital Shamir, près de Tel Aviv, les médecins avaient tenté de le ranimer, en vain. Sa mort avait dû être prononcée, selon le Service israélien des prisons.

Cette détention était le dixième séjour d’Adnan dans une prison israélienne. Il avait été arrêté à treize reprises en totalité, selon les responsables israéliens.

Adnan avait longtemps été accusé d’être un porte-parole du groupe terroriste et il avait été appréhendé à plusieurs reprises, ces dernières années, purgeant des peines de prison en lien avec ses activités au sein du Jihad islamique palestinien.

Après son arrestation, le 5 février, il avait été inculpé pour ses activités au sein de l’organisation terroriste et placé en détention dans le cadre de son procès. Une audience était prévue en date du 10 mai.

Ce n’était pas la première fois qu’il faisait une grève de la faim dans le cadre d’une détention – il avait notamment cessé de s’alimenter après une arrestation en 2018. A ce moment-là, il avait été reconnu coupable d’appartenance au groupe terroriste lié à l’Iran, dont il était un membre actif, après avoir plaidé coupable dans le cadre d’une négociation de peine.

La Cour d’appel militaire avait rejeté sa demande de libération, d’après le responsable israélien.

Le Palestinien Khader Adnan, l’un des porte-paroles du groupe terroriste du Jihad islamique palestinien, le 6 mai 2012. (Crédit : AP Photo/Majdi Mohammed, File)

L’armée israélienne a fait savoir, mercredi matin, qu’après avoir évalué la situation, elle avait estimé que les communautés frontalières de la bande de Gaza pouvaient reprendre leurs activités quotidiennes.

Le conseil régional d’Eshkol, frontalier de Gaza, a annoncé que les écoles seraient ouvertes comme d’habitude.

Peu après l’annonce de la mort d’Adnan, quatre roquettes ont été tirées depuis l’enclave côtière, ne faisant aucun blessé. En réponse, les chars de Tsahal ont attaqué un poste d’observation du Hamas aux abords de la frontière.

Mardi après-midi et mardi soir, les terroristes de Gaza ont lancé des dizaines de roquettes et d’obus de mortier en direction d’Israël. La majorité des projectiles ont été interceptés par le système de défense antiaérien du Dôme de fer. D’autres sont retombés dans des champs ou ne sont pas parvenus à franchir la frontière avec Gaza.

Cinq ont malgré tout, semble-t-il, touché des zones urbaines et peuplées, selon la police.

Les forces de sécurité israéliennes inspectent une voiture endommagée par une roquette tirée depuis Gaza à Sdérot, le 2 mai 2023. (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / AFP)

L’une des roquettes est retombée sur un site de construction de la ville de Sdérot, blessant grièvement un ressortissant étranger de 25 ans et faisant deux autres blessés, selon les services de secours du Magen David Adom.

Les trois hommes, qui ont été touchés par des éclats d’obus, ont été pris en charge à l’hôpital Barzilai d’Ashkelon. Ce dernier a noté que l’état de l’individu grièvement blessé s’était amélioré et qu’il était dorénavant dans un état modéré.

Sur les images filmées par une caméra de sécurité, une roquette retombe sur une zone résidentielle, près d’Ashkelon.

La « Salle d’opérations conjointes » regroupant des factions terroristes variées au sein de l’enclave côtière a revendiqué la responsabilité des attaques à la roquette.

Dans un communiqué émis dans l’après-midi de mardi, le collectif – qui comprend notamment le Hamas et le Jihad islamique – a annoncé que la frappe était venue répondre à la mort d’Adnan.

Mardi, l’épouse d’Adnane, Randa Moussa, avait dit ne pas vouloir de tirs de roquettes et de frappes sur Gaza en réaction au décès de son mari.

« Nous ne voulons pas qu’une goutte de sang soit versée », avait-elle déclaré.

37 roquettes au moins ont pris pour cible Israël dans toute la journée de mardi. Le Jihad islamique palestinien a pour sa part évoqué le chiffre de cent roquettes.

L’armée, pour sa part, s’est abstenue de répondre immédiatement aux tirs de barrage de mardi, procédant toutefois à des tirs d’artillerie en début de matinée.

Des pressions intenses se sont exercées sur le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu en faveur d’une riposte – une grande partie provenant du cercle de sa propre coalition.

Le taux d’approbation du bloc de droite a fortement décliné dans les sondages depuis que ce dernier a pris le pouvoir, faisant campagne sur la promesse de restaurer la sécurité. Depuis, une série durable d’attentats terroristes palestiniens meurtriers ont eu lieu et des tensions sécuritaires se sont intensifiées sur tous les fronts. Le plan de réforme du système judiciaire israélien est, lui aussi, largement impopulaire, selon les enquêtes d’opinion, et il a entraîné un mouvement de protestation massif dans le pays depuis plusieurs mois.

De la fumée après une frappe aérienne dans le nord de la bande de Gaza, le 2 mai 2023. (Crédit : AP Photo/Fatima Shbair)

Mardi soir, l’armée de l’air a mené des frappes contre des cibles terroristes du Hamas en réponse aux roquettes.

Dans un communiqué, l’armée a fait savoir que ses avions de chasse avaient visé un certain nombre de sites du groupe terroriste du Hamas.

Parmi ces cibles, un camp d’entraînement des combattants ; un site où se trouvait un atelier de fabrication d’armes, une usine de production en béton, un site hébergeant les commandos navals de l’organisation et un tunnel utilisé par le groupe terroriste, dans le sud de Gaza.

« Ces attaques portent un grave coup aux capacités du Hamas à se fortifier et à s’armer », a dit Tsahal.

Les médias palestiniens ont souligné que des explosions avaient été entendues dans le nord et dans le centre de l’enclave.

Quelques heures plus tard, l’armée israélienne a annoncé une nouvelle série de frappes aériennes, toujours contre des sites du Hamas.

Une personne est morte et cinq autres ont été blessées dans les frappes nocturnes sur un site appartenant au Hamas a annoncé jeudi matin le ministère de la Santé du territoire palestinien.

Les sirènes ont continué à résonner dans les communautés israéliennes vivant à la frontière avec Gaza, mercredi à l’aube, juste avant le cessez-le-feu. L’armée israélienne a dit avoir ouvert une enquête.

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a exprimé mardi sa préoccupation face à cette flambée de violence lors de sa première rencontre avec le ministre des Affaires étrangères israélien, Eli Cohen, à Bruxelles.

Il a souligné l’engagement de l’UE en faveur du droit d’Israël à se défendre, mais a rappelé que « toute réponse doit être proportionnée et conforme au droit international », a indiqué son porte-parole.

Israël et les groupes terroristes de la bande de Gaza se sont affrontés de manière répétée lors de brèves périodes de conflit des deux côtés de la frontière ces dernières années. Des flambées de violences qui ont été variables en durée et en intensité – le plus récent avait eu lieu le mois dernier.

De la fumée s’élève au dessus des immeubles de Gaza City suite à une frappe aérienne, le 2 mai 2023. (Crédit : AP Photo/Adel Hana)

En août 2022, trois jours d’affrontements entre Israël et le Jihad islamique avaient causé la mort de 49 Palestiniens, incluant 12 membres du Jihad islamique selon le mouvement, et au moins 19 enfants d’après l’ONU.

Les deux parties en lice ont connu des guerres plus longues, plus destructrices, avec un nombre plus élevé de victimes. La dernière avait été l’Opération Gardien des murs, en 2021.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.