Israël/Hamas : 25 enseignants juifs britanniques quittent leur syndicat
Rechercher

Israël/Hamas : 25 enseignants juifs britanniques quittent leur syndicat

Un autre enseignant juif a quitté une école non juive après que ses élèves ont tenté de lui "coller des autocollants 'Free Palestine' dans [ses] cheveux"

Des manifestants brandissent des pancartes et des banderoles lors d'un rassemblement pro-palestiniens à Londres, samedi 22 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Alastair Grant)
Des manifestants brandissent des pancartes et des banderoles lors d'un rassemblement pro-palestiniens à Londres, samedi 22 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Alastair Grant)

JTA – Au moins 25 enseignants d’une école juive de Londres ont quitté leur syndicat pour protester contre un appel à participer à des rassemblements pro-palestiniens.

Le départ des enseignants de la JFS la semaine dernière était lié aux appels lancés par le personnel du syndicat national de l’éducation pour que les éducateurs participent à des manifestations pro-palestiniennes suite aux récents combats entre Israël et le groupe terroriste du Hamas.

Kevin Courtney, co-secrétaire général du syndicat, a pris la parole lors de plusieurs rassemblements de protestation organisés par la Campagne de solidarité avec la Palestine.

« J’ai senti que je n’avais pas d’autre choix que de quitter le syndicat, qui m’isolait en tant qu’enseignant juif et pro-Israël », a déclaré John Lopez, un enseignant de la JFS, au Jewish News.

Lopez a ajouté que la raison de son départ était en partie due au fait que le syndicat n’avait pas adopté la définition de l’antisémitisme de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA), qui considère certains propos virulents anti-israélien comme antisémites. Le gouvernement du Royaume-Uni a adopté cette définition.

Par ailleurs, un enseignant juif a quitté une école non juive suite à des allégations de harcèlement de la part d’étudiants, selon le Jewish News of London mardi.

« Ils essayaient de coller des autocollants ‘Free Palestine’ dans mes cheveux, j’ai fondu en larmes, je n’ai pas pu assurer mon cours ce matin-là », a déclaré l’enseignant, qui n’a pas été nommé.

L’enseignant a déclaré que l’école, que le reportage du Jewish News n’a pas non plus nommée, était indifférente aux circonstances qui ont conduit à sa démission.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...