Rechercher

Israël lance un projet-pilote sur deux ans pour tester des bus publics autonomes

L'Autorité de l'innovation fait appel à quatre consortiums composés de compagnies de bus israéliennes ainsi que de start-ups technologiques locales et internationales

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

Une capture d'écran d'une vidéo montrant une simulation d'un bus à conduite autonome. (Capture d'écran/ Adastec, utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Une capture d'écran d'une vidéo montrant une simulation d'un bus à conduite autonome. (Capture d'écran/ Adastec, utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Israël s’apprête à expérimenter un système de bus publics autonomes au cours des deux prochaines années, dans le but de réduire les embouteillages tristement célèbres du pays et d’améliorer les services afin d’encourager l’utilisation des transports publics à la très mauvaise réputation.

L’Autorité israélienne de l’innovation (IIA) a déclaré dimanche que quatre consortiums avaient été sélectionnés pour mener l’essai à travers le pays, en commençant par la première phase d’exploitation et de test dans des sites sécurisés et fermés, puis en passant à des lignes de bus autonomes sur les routes publiques, à une distance croissante au cours de la période de deux ans.

Ce projet vise à vérifier s’il est possible d’intégrer des bus et des navettes autonomes dans le système de transport public. Ce programme entre dans le cadre d’un plan national de 61 millions de shekels dédié au transport public autonome et annoncé pour la première fois en avril.

Plus tôt cette année, la Knesset a adopté une loi qui permettra aux entreprises de piloter des transports autonomes partagés, comme les taxis et les bus, avec des passagers dans le véhicule mais sans conducteur.

Cette loi ouvre la voie au plan national pour les transports publics autonomes, ainsi qu’à Mobileye, filiale d’Intel spécialisée dans la conduite autonome et basée à Jérusalem, qui devait lancer un projet pilote de taxis autonomes (« robotaxis« ) et de services de covoiturage à Tel Aviv (et à Munich) cet été. L’initiative n’a pas encore démarré.

Les quatre groupes participant aux projets pilotes de transport public sont les deux principaux opérateurs de bus israéliens, Egged (avec les plus grandes lignes interurbaines) et Dan (uniquement dans la région de Gush Dan) ; et deux opérateurs plus petits, Metropoline (qui assure des lignes de bus dans le sud d’Israël, vers et depuis Tel Aviv et Beer Sheva, et dans et entre les villes de la région de Sharon) et Nateev Express, basé à Nazareth, qui assure des lignes à travers la Haute Galilée dans le nord.

Ces quatre sociétés de transport s’associeront à leurs groupes respectifs de start-ups et d’organisations basées en Israël, en France, en Turquie, en Norvège et aux États-Unis.

Des électriques Egged à leur station de recharge à Jérusalem lors de la cérémonie de lancement, le 3 septembre 2019. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Egged s’associe à un développeur français (dont le nom n’a pas été divulgué) de véhicules autonomes qui sont déjà utilisés dans divers environnements d’essai dans une vingtaine de pays, selon l’annonce. La société Dan s’associera à son partenaire de longue date, la société de mobilité et de covoiturage Via Transportation (avec laquelle elle exploite le système de navettes Bubble dans et autour de Tel Aviv), ainsi qu’à EasyMile, le développeur français d’un bus électrique autonome alimenté par batterie, et aux sociétés israéliennes Enigmatos, une start-up spécialisée dans la sécurité des véhicules autonomes, et Ottopia, le fabricant de technologies d’assistance pour les véhicules autonomes. EasyMile possède déjà des flottes de bus autonomes en France et en Allemagne.

Metropoline s’associera également à Ottopia, ainsi qu’au fabricant turc de bus Karsan, à la plateforme logicielle de conduite autonome Adastec, basée dans le Michigan, et à la société norvégienne de gestion de flotte Applied Autonomy pour son projet pilote. Adastec et Applied Autonomy participent séparément à d’autres programmes pilotes de technologie de conduite autonome dans le Michigan et en Norvège, respectivement.

Parallèlement, Nateev Express s’associera à la société israélienne Imagry, qui a mis au point une plateforme de conduite autonome de niveau 4/5 basée sur des caméras, pour exploiter des navettes autonomes dans et autour du plus grand hôpital d’Israël, le centre hospitalier Chaim Sheba (également l’hôpital Tel Hashomer) à Ramat Gan. (Le niveau 4 permet une automatisation poussée sans intervention humaine dans des zones limitées – également appelé « geofencing » – mais l’homme peut toujours passer outre manuellement si nécessaire. La conduite autonome de niveau 5 ne nécessite pas l’attention de l’homme).

Les groupes recevront de l’IIA la moitié du financement de leurs projets pilotes et opéreront dans un cadre réglementaire spécial et avancé élaboré par l’autorité nationale des transports publics du ministère des transports, qui leur délivrera également des licences et les supervisera.

Le projet permettra aux autorités de cartographier l’infrastructure requise pour exploiter un système de transport public autonome et de tester les aspects commerciaux d’une telle entreprise, a déclaré l’IIA. Les groupes qui réussiront à mettre en œuvre et à achever le projet pilote de deux ans se verront proposer des contrats pour étendre leurs services en Israël.

Ce plan pourrait également contribuer à atténuer la pénurie nationale de chauffeurs de bus, qui ont fait grève par intermittence depuis l’été.

« Le passage à des flottes de bus autonomes et sans chauffeur permettra de rationaliser le système de transport public, d’améliorer le niveau de sécurité et de remédier à la pénurie de chauffeurs, le tout en quelques années », a déclaré Dror Bin, PDG de l’IIA, en avril.

Le président de l’IIA, Ami Appelbaum, a déclaré dimanche qu’en créant une infrastructure réglementaire avancée pour tester les véhicules autonomes sans conducteur, le gouvernement « exploite le véhicule autonome pour améliorer les transports publics israéliens » et positionne Israël et les entreprises israéliennes comme « leaders mondiaux » dans ce secteur.

Applebaum a noté que le nombre de start-ups israéliennes dans le domaine des transports intelligents est « passé de 400 en 2016 à plus de 600 en 2020 », l’établissement des startups de véhicules autonomes connaissant une augmentation annuelle moyenne de 26 % au cours de la même période.

Depuis 2008, a-t-il précisé, « plus de 20 des plus grands constructeurs automobiles du monde et leurs fournisseurs ont ouvert des centres de développement en Israël », notamment General Motors, Honda, Volkswagen, Ford et l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi.

« Parallèlement à l’avancement de la réglementation qui permettra des expériences plus avancées, nous nous efforçons d’encourager et de promouvoir d’autres expériences, en combinaison avec les technologies existantes dans le système de transport public municipal en Israël », avait déclaré Bin.

De manière générale, l’infrastructure de transport d’Israël a pris du retard « par rapport à la plupart des autres pays de l’OCDE » et « la coordination entre le gouvernement central et les autorités locales dans les projets d’infrastructure est l’une des moins efficaces » de l’organisation, selon les conclusions de l’OCDE.

L’adoption de la loi sur le métro, destinée à financer le projet d’infrastructure le plus ambitieux d’Israël, à savoir un réseau de métro public reliant Tel-Aviv aux principales zones de banlieue, a été bloquée à cause de querelles politiques cet été, juste avant le déclenchement des élections.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...