Israël récupérera Gaza et les jours du chef du Hamas sont comptés – ministres
Rechercher

Israël récupérera Gaza et les jours du chef du Hamas sont comptés – ministres

Les membres du cabinet de sécurité Gilad Erdan, Yoav Galant, et Yisrael Katz appellent à des assassinats ciblés de chefs terroristes

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le leader du Hamas à Gaza, Yahya Sinwar, au centre, scande des slogans avec des manifestants durant sa visite à la frontière avec la bande de Gaza, le 20 avril 2018 (Crédit : AP Photo/Khalil Hamra)
Le leader du Hamas à Gaza, Yahya Sinwar, au centre, scande des slogans avec des manifestants durant sa visite à la frontière avec la bande de Gaza, le 20 avril 2018 (Crédit : AP Photo/Khalil Hamra)

Des ministres israéliens ont déclaré mercredi qu’Israël est sur le point de reprendre le contrôle de la bande de Gaza et devrait assassiner les dirigeants du groupe terroriste palestinien du Hamas.

Lors d’un colloque organisé à Jérusalem par le quotidien anglophone Jerusalem Post, le ministre de la Sécurité intérieure, Gilad Erdan, a déclaré qu’il était temps qu’Israël « passe de la défensive à l’offensive » contre le Hamas à Gaza en « reprenant les assassinats ciblés de chefs terroristes de la branche armée » du groupe terroriste.

« Et cela signifie être disposé à reprendre le contrôle de la bande de Gaza jusqu’au démantèlement des infrastructures terroristes. Nous n’avons jamais été aussi proches de le faire », a-t-il ajouté.

« Depuis le plan de désengagement, nous sommes plus près que jamais d’une reprise de la bande de Gaza, partiellement ou dans sa totalité », a-t-il dit, en référence au retrait d’Israël de l’enclave côtière en 2005.

Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan à un colloque organisé à Jérusalem par le quotidien anglophone Jerusalem Post, le 21 novembre 2018 (Crédit :Sivan Farag)

« Si c’est la seule façon de garantir le calme et la sécurité à long terme pour nos citoyens, alors c’est ce que nous ferons. Nous ne laisserons personne nous en dissuader », a déclaré Erdan, membre du Likud, le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu, et l’un des pressentis au poste de ministre des Affaires étrangères.

« Les jours de Yahya Sinwar sont comptés », a déclaré pour sa part le ministre du Logement et de la Construction, Yoav Galant, assurant que le dirigeant du Hamas à Gaza « ne finira pas sa vie dans une maison de retraite ».

Le groupe terroriste islamiste au pouvoir à Gaza doit décider s’il veut « se battre contre Israël et être écrasé ou bien accepter le dialogue et nous dialoguerons », a ajouté M. Galant, ancien général et député du parti de centre-droit Koulanou, lors du même colloque.

Le ministre du Renseignement Yisrael Katz a rejoint leurs propos.

Yoav Galant, ministre du Logement, à Beit Shemesh, le 3 avril 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

« Après ces récents événements dans le sud, la violence à la frontières, les incendies dans nos champs et les centaines de tirs de roquettes sur les communautés israéliennes, nous sommes plus proches d’une guerre inévitable avec le Hamas à Gaza. Nous devons frapper fort pour restaurer la dissuasion », a déclaré Katz.

« Après la dernière guerre à Gaza, j’ai demandé qu’une décision stratégique soit prise concernant la politique israélienne sur Gaza – se désengager de toute responsabilité civile pour Gaza : pas de fioul, d’électricité, et certainement pas de salaires pour les membres du Hamas », a expliqué Katz durant le colloque.

Le ministre du Renseignement a ajouté que cela restaurerait le pouvoir de dissuasion à une tolérance zéro pour toute violation de la souveraineté israélienne aux frontières nord du pays.

Yisrael Katz, ministre des Renseignements et des Transports, pendant la Conférence d’Herzliya, le16 juin 2016. (Crédit : Adi Cohen Zedek)

« Si Sinwar ou Haniyeh tirent une balle ou une roquette sur un soldat ou un citoyen israélien, ils le paieraient de leurs vies, comme Nasrallah au Liban aujoud’hui, qui se cache dans un bunker », a déclaré Katz, à propos des chefs du Hamas et du Hezbollah.

« Il n’y a pas de solution politique au problème de Gaza, et la notion d’arrangement stable avec le Hamas n’existe pas. Israël doit frapper le Hamas afin de restaurer le pouvoir de dissuasion qui a été érodé », a conclu Katz.

Depuis le mois de mars, les Palestiniens s’adonnent à des émeutes le long de la frontière entre Gaza et Israël. Ils ont lancé des centaines de ballons et de cerfs-volants incendiaires vers Israël, causant des incendies sur des centaines d’hectares et des dégâts évalués à plusieurs millions de shekels.

Israël a demandé à ce qu’un terme soit mis aux émeutes dans le cadre d’un accord de cessez-le-feu.

Un Palestinien armé d’une fronde jette des pierres aux soldats israéliens près de Khan Younis dans le sud de la bande de Gaza, au cours du cinquième vendredi consécutif d’émeutes massives le long de la frontière entre Gaza et Israël, le 27 avril 2018 (Crédit : AFP Photo/Said Khatib)

Vendredi dernier, près de 10 000 Palestiniens ont pris part aux émeutes et aux manifestations frontalières. La plupart d’entre eux sont resté à distance de la frontière, même si certains ont incendié des pneus et lancé des pierres et des explosifs sur les soldats, qui ont répliqué avec des gaz lacrymogènes et parfois, des tirs à balles réelles.

Un Palestinien aurait été tué et 14 autres ont été hospitalisés.

Ces affrontements ont fait suite à la plus intense flambée de violence entre le Hamas et les groupes terroristes palestiniens à Gaza depuis la guerre de 2014.

Près de 500 roquettes et obus de mortiers ont été lancés sur le sud d’Israël lundi et mardi dernier, selon l’armée israélienne, soit, proportionnellement, deux fois plus qu’en 2014.

Des responsables évaluent les dégâts causés à une maison après qu’elle a été frappée par une roquette tirée par des terroristes palestiniens depuis la bande de Gaza, dans la ville d’Ashkelon, au sud d’Israël, le 13 novembre 2018. (AP Photo/Ariel Schalit)

Le système anti-missile du Dôme de fer en a intercepté une centaine. D’autres ont atterri dans des terrains vagues, mais des dizaines de roquettes ont atterri dans des villes israéliennes. Une personne a été tuée, des dizaines blessées et les immeubles ont subi des dégâts considérables.

L’armée israélienne a riposté en menant des frappes aériennes sur 160 sites du Hamas ou du Jihad islamique dans la bande de Gaza, notamment quatre infrastructures que l’armée a décrit comme des « atouts-clefs stratégiques ».

Les violences ont pris fin mardi après que le Hamas a annoncé l’entrée en vigueur d’un cessez-le-feu, qu’Israël n’a pas confirmé.

L’AFP et Judah Ari Gross ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...