Israël muet sur la découverte présumée de la dépouille d’Eli Cohen en Syrie
Rechercher

Israël muet sur la découverte présumée de la dépouille d’Eli Cohen en Syrie

Selon un rapport non-confirmé de l'opposition syrienne, une équipe russe aurait sorti du pays la dépouille de l'espion légendaire après l'avoir exhumé

Eli Cohen, ,agent espion du Mossad, avec une montre au poignet. Il a été exécuté en Syrie en 1965. (Crédit: Bureau du Premier ministre)
Eli Cohen, ,agent espion du Mossad, avec une montre au poignet. Il a été exécuté en Syrie en 1965. (Crédit: Bureau du Premier ministre)

Les responsables israéliens ont gardé le silence dimanche soir alors que des informations transmises par des groupes syriens d’opposition – qui n’ont pas été confirmées – ont fait savoir qu’une équipe russe avait exhumé la dépouille de l’espion légendaire du Mossad Eli Cohen et l’avaient sortie du pays.

Ces informations portant sur un possible rapatriement du corps de celui qui était appelé « notre homme à Damas », 54 ans après son exécution, surviennent seulement deux semaines après que la Russie a aidé à ramener au sein de l’Etat juif le sergent Zachary Baumel, porté-disparu lors de la Première guerre du Liban en 1982 – un retour qui avait mis un terme à une recherche longue de 37 années.

Israël a refusé de s’exprimer sur les informations qui concernent Cohen, qui se sont largement basées sur des rumeurs ayant circulé sur les réseaux sociaux. Les ministres du cabinet israélien contactés par la Douzième chaîne ont indiqué ne pas avoir connaissance d’une possible opération de rapatriement de la dépouille de Cohen.

Le corps de Cohen n’était jamais revenu de Syrie malgré des décennies d’appels lancés par sa famille. L’Etat juif avait récemment demandé l’aide de la Russie dans cette initiative, en vain jusqu’à présent.

Cohen avait infiltré les plus hauts-rangs des responsables politiques syriens dans les années qui avaient précédé la guerre des Six jours, en 1967, et les informations qu’il avait obtenu auraient joué un rôle déterminant dans la réussite sidérante de l’Etat juif au cours de ce conflit.

Cohen avait été traduit en justice et exécuté pour espionnage par le gouvernement syrien le 18 mai 1965, après être parvenu à infiltrer ce dernier sous le nom d’emprunt de Kamel Amin Thaabet pendant quatre ans.

L’année dernière, l’agence de renseignements du Mossad avait découvert une montre-bracelet qui avait appartenu à Cohen et elle l’avait ramenée en Israël lors d’une opération spéciale. Le bureau du Premier ministre n’avait pas expliqué comment la montre, qui se trouvait entre des « mains ennemies », avait été récupérée.

La montre qui appartenait à l’espion israélien Eli Cohen, ramenée en Israël le 5 juillet 2018. (Crédit : Amos Ben-Gershom/GPO)

Le chef du Mossad, Yossi Cohen, avait présenté la montre à la famille d’Eli Cohen lors d’une cérémonie organisée pour l’anniversaire de sa mort.

Le Premier ministre Prime Minister Benjamin Netanyahu avait salué le service de renseignement pour cette opération.

« Je salue les combattants du Mossad pour leur opération déterminée et courageuse dont le seul objectif était de ramener en Israël un souvenir d’un homme, un grand combattant lui-même, et qui aura grandement contribué à la sécurité de l’Etat », avait-il déclaré.

Nadia Cohen, veuve d’Eli Cohen, avait déclaré être bouleversée de retrouver la montre.

« Cela a été un moment de grande émotion quand on m’a dit [que la montre me serait rendue]. C’est un objet qu’Eli portait sur sa peau », avait-elle expliqué. « Si Dieu le veut, peut-être que sa dépouille également reviendra en Israël ».

Nadia Cohen, la veuve de l’agent du Mossad Eli Cohen, exécuté en Syrie en 1965, sur la Deuxième chaîne, le 20 septembre 2016. (Crédit : capture d’écran Deuxième chaîne)

Au fil des années, Nadia Cohen avait appelé en vain le gouvernement syrien à rendre la dépouille de son défunt mari. En 2008, un ancien chef de bureau de feu le président syrien Hafez al-Assad avait clamé que personne ne savait où Cohen avait été inhumé.

« Le corps avait été déplacé après un jour ou deux », avait noté Monjer Motsley dans un entretien. « Nous redoutions alors qu’Israël envoie des forces pour le récupérer ».

« C’est difficile de retrouver les ossements de Cohen », avait-il ajouté. « Assad avait promis de les rendre à Israël mais lorsqu’il a demandé aux responsables de la sécurité de le faire, ils lui ont répondu : ‘Nous ignorons où se trouve sa tombe, monsieur’, et il n’a donc pas été en mesure de tenir sa promesse ».

Au mois de mars dernier, Nadia Cohen avait expliqué à la radio israélienne que le feu le chef du Mossad Meir Dagan avait demandé l’aide des Etats-Unis en 2011, après que la guerre civile syrienne a éclaté, pour aider à retrouver la dépouille de son époux et enfin l’inhumer au sein de l’Etat juif.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...