Israël signe un accord de 200 M$ pour vendre des drones à un pays d’Asie
Rechercher

Israël signe un accord de 200 M$ pour vendre des drones à un pays d’Asie

Le deal, quatrième contrat majeur cette année pour l'Israel Aerospace Industries, comprend la dernière version du Heron

Un drone Heron de l'armée israélienne survole la ville d'Ashdod, dans le sud d'Israël, le 13 novembre 2019. (Ahmad Gharabli/AFP)
Un drone Heron de l'armée israélienne survole la ville d'Ashdod, dans le sud d'Israël, le 13 novembre 2019. (Ahmad Gharabli/AFP)

L’industrie aérospatiale israélienne (IAI) a déclaré mardi avoir signé un accord de 200 millions de dollars pour fournir des technologies relatives au drone et d’autres services à un pays asiatique non spécifié.

L’accord porte sur la vente du drone Heron de l’IAI, incluant la version plus avancée MK II.

« La signature de cet accord exprime clairement la satisfaction de nos clients à travers le monde, au regard des performances opérationnelles et techniques du système de drones Heron », a déclaré le directeur général de l’IAI, Boaz Levi.

Le Heron est un drone de moyenne altitude et longue endurance qui peut effectuer des missions telles que la collecte de renseignements, la surveillance, l’acquisition de cibles et la reconnaissance, selon l’IAI. Il a été largement utilisé lors des récents combats contre le Hamas dans la bande de Gaza dans le cadre de l’opération Gardien des murs de Tsahal, selon le communiqué.

Les Heron sont utilisés dans plus de 20 pays à travers le monde. La version MK II a des capacités opérationnelles améliorées et peut communiquer avec une gamme d’unités en temps réel, y compris avec des unités sur le terrain.

Selon le quotidien économique Globes, l’accord de mardi est le quatrième contrat pour des drones signé cette année par l’entreprise publique IAI.

Plus tôt cette année, IAI a remporté un appel d’offres de l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes, dénommée Frontex, et a également signé deux autres contrats pour des drones Heron en Asie. Les trois accords précédents s’élevaient à une valeur d’environ 140 millions de dollars, selon Globes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...