Rechercher

Jérusalem « satisfait » des excuses de la 13e chaîne sur le reportage sur la Mecque

Une source proche du dossier a refusé de dire si les autorités ont été impliquées dans la décision de la chaîne de s'excuser s'il le reportage a offensé quelqu'un

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Gil Tamary, journaliste de la Treizième chaîne, à La Mecque, en Arabie Saoudite, avec la Grande Mosquée en arrière-plan, sur une séquence diffusée le 18 juillet 2022. (Crédit : Capture d'écran/La Treizième chaîne)
Gil Tamary, journaliste de la Treizième chaîne, à La Mecque, en Arabie Saoudite, avec la Grande Mosquée en arrière-plan, sur une séquence diffusée le 18 juillet 2022. (Crédit : Capture d'écran/La Treizième chaîne)

Les responsables du gouvernement israélien sont satisfaits des déclarations de la Treizième chaîne d’information et de son journaliste qui s’excusent d’avoir diffusé une visite illégale dans la ville sainte musulmane de La Mecque, a déclaré mercredi au Times of Israel une source à Jérusalem proche du dossier.

L’incursion du journaliste Gil Tamary à La Mecque, dimanche, a enfreint la loi saoudienne, qui interdit aux non-musulmans d’entrer dans la ville. Elle a suscité un tollé immédiat, le sujet étant toujours d’actualité sur les réseaux sociaux pour les utilisateurs du Moyen-Orient mercredi soir.

Mardi, au lendemain de la diffusion du reportage, la Treizième chaîne et Tamary ont publié des déclarations dans lesquelles ils s’excusaient si le reportage avait offensé les musulmans, mais s’en tenaient à la décision de le diffuser, estimant qu’il s’agissait d’une réalisation journalistique importante. Le reportage de 10 minutes montre Tamary se faisant conduire dans la ville par un habitant qui accepte de le faire entrer à la Mecque. Il se filme en train d’escalader le mont Arafat avant de repartir rapidement en éveillant les soupçons de plusieurs gardes du lieu saint.

Le gouvernement israélien s’est abstenu de tout commentaire sur la diffusion de cette vidéo, mais une source familière de l’affaire a indiqué qu’elle avait posé problème à Jérusalem, qui cherche activement à normaliser ses relations avec l’Arabie saoudite. Il s’agit d’un objectif dont les responsables israéliens et américains ont reconnu qu’il ne se concrétisera pas dans un avenir proche et le ministre des affaires étrangères de Ryad a également rejeté cette idée le week-end dernier. Mais certains analystes, citant l’indignation générale des musulmans, estiment que la visite de Tamary pourrait bien avoir compliqué davantage les efforts de normalisation,

La source qui a parlé au Times of Israel a refusé de commenter si le gouvernement avait été impliqué dans les décisions de la Treizième chaîne et de Tamary de publier les déclarations d’excuses.

Plus tôt dans la journée de mercredi, le ministre de la Coopération régionale, Issawi Frej, avait qualifié le reportage de « stupide ».

« Je pense qu’il s’agissait d’une stupidité,… totalement déplacée [et] juste [faite] pour faire de l’audimat », a déclaré Frej, qui est le deuxième ministre musulman de l’histoire d’Israël, à la chaîne publique Kan. Frej a également fait valoir que cette séquence nuirait à la possibilité d’une normalisation entre l’Arabie saoudite et Israël.

« C’est un lieu saint pour les musulmans… quel était le but ? Si vous voulez un reportage de là-bas, envoyez un journaliste musulman !… les dégâts seront importants. »

Tamary avait été l’un des trois membres de la presse israélienne autorisés à entrer en Arabie saoudite pour couvrir le sommet du CCG+3 le week-end dernier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...