Rechercher

Jon Stewart dit qu’il n’a jamais accusé J.K Rowling d’antisémitisme

L'humoriste a accusé les médias d'avoir déformé son point de vue sur la représentation des gobelins et de colporter des "absurdités hors contexte" pour obtenir des clics

L'animateur et activiste Jon Stewart s'exprime lors d'une conférence de presse au Capitole à Washington, le mercredi 26 mai 2021. (Crédit : AP Photo/J. Scott Applewhite)
L'animateur et activiste Jon Stewart s'exprime lors d'une conférence de presse au Capitole à Washington, le mercredi 26 mai 2021. (Crédit : AP Photo/J. Scott Applewhite)

L’humoriste Jon Stewart a déclaré mercredi qu’il plaisantait lors d’une récente conversation sur Harry Potter dans un podcast et qu’il ne pensait pas que l’auteure J.K. Rowling soit antisémite, de quelque manière que ce soit.

Les commentaires de Stewart, l’ancien animateur du « Daily Show », ont été largement relayés dans les médias cette semaine. Il semblait accuser Rowling d’utiliser des tropes antisémites dans sa représentation des gobelins dans la saga Harry Potter – comme décrit dans les livres et repris dans les films.

Dans le monde d’Harry Potter, la Banque de Gringott qui sert les sorciers et où les trésors sont stockés dans un mystérieux réseau de tunnels et de chambres souterraines est dirigée par des gobelins. Ces derniers sont décrits comme des créatures de mauvaise humeur, de petite taille, au long nez et aux longues oreilles, et surtout, ils aiment l’or.

Mais dans une vidéo qu’il a postée sur les réseaux sociaux mercredi, Stewart a déclaré que les médias avaient déformé ses propos. « Il n’y a aucune personne raisonnable qui aurait pu regarder cette vidéo et ne pas y voir une conversation légère entre collègues et amis, où l’on rit et où l’on s’amuse », a déclaré M. Stewart.

Il a ajouté que la conversation portait « sur Harry Potter, sur mon expérience lorsque j’ai vu le film pour la première fois en tant que Juif et sur le fait que certains tropes sont tellement ancrés dans la société qu’ils sont pratiquement invisibles, même dans un processus réfléchi comme la réalisation d’un film ».

Dans le podcast original, diffusé à la mi-décembre, Stewart a déclaré que la représentation des gobelins dans les films est un bon exemple de « comment savoir que les Juifs sont toujours là où ils sont ».

Stewart a plaisanté sur le fait que Rowling a vu une caricature antisémite classique tirée du tristement célèbre traité antisémite « Les Protocoles des Sages de Sion » et a dû se dire : « On peut faire en sorte que ces types dirigent notre banque ? « ‘On peut demander à ces types de gérer notre banque ? »

« C’était l’une des choses sur lesquelles je m’attendais à ce que tout le monde dise un truc du genre : ‘merde, dans un monde de sorciers, elle n’a quand même pas juste jeté des Juifs là-dedans pour diriger la putain de banque souterraine.’ Mais tout le monde disait, ‘ce sont juste des sorciers’ », a déclaré Jon Stewart en haussant les épaules, a déclaré Stewart.

L’humoriste a déclaré mercredi qu’un mois après l’enregistrement du podcast, il s’est réveillé en découvrant des gros titres disant qu’il avait accusé Rowling d’antisémitisme – et a été choqué.

« Laissez-moi juste dire ceci, très clairement, aussi clairement que je peux : Bonjour, mon nom est Jon Stewart, je ne pense pas que J.K. Rowling soit antisémite, je ne l’ai pas accusée d’être antisémite, je ne pense pas que les films ‘Harry Potter’ soient antisémites », a-t-il déclaré.

« J’aime vraiment les films ‘Harry Potter’. Probablement trop pour un homme de mon grand âge. Je voudrais donc simplement dire que rien de tout cela n’est vrai, et qu’aucune personne raisonnable n’aurait pu regarder cette conversation et ne pas la trouver légère. »

Stewart a également accusé Newsweek et d’autres médias d’utiliser « l’incendie criminel » comme modèle économique, et de colporter des « absurdités hors contexte » pour obtenir des clics.

Des guichetiers animatroniques de la banque Gringotts, qui fait partie du Monde magique de Harry Potter à Orlando, en Floride, le 19 juin 2014. (Crédit : AP Photo/John Raoux)

« Je ne veux pas que les films ‘Harry Potter’ soient censurés de quelque manière que ce soit, c’était une conversation légère, ressaisissez-vous », a conclu Stewart.

L’explication de ses mots par l’humoriste, notant que « certains tropes sont tellement ancrés dans la société qu’ils sont fondamentalement invisibles », a fait écho à de nombreux commentaires faits plus tôt dans la journée pour défendre Rowling au milieu de la controverse.

Des personnalités et des groupes juifs ont défendu Rowling.

Dave Rich, le directeur de la politique de l’association juive à but non lucratif Community Security Trust (CST), basée au Royaume-Uni, a tweeté que « parfois, un gobelin est juste un gobelin ».

Dave Rich, chef de la CST (Community Security Trust). (Autorisation : CST)

Rich a déclaré au Hollywood Reporter qu’il ne pensait pas que Rowling « soit antisémite ou responsable de la création de caricatures antisémites. En ce qui la concerne, rien ne suggère qu’elle ait des positions antisémites : c’est plutôt le contraire en fait, car elle s’est exprimée de façon constante et répétée en soutien à la communauté juive et contre l’antisémitisme. »

David Baddiel, un humoriste juif britannique et une voix éminente contre l’antisémitisme, s’est également exprimé sur la question.

« Les gobelins dans Harry Potter doivent être considérés non pas d’une manière simpliste #teamRowling vs #antiteamRowling, mais dans un contexte culturel vieux de plusieurs siècles, profondément ancré dans l’inconscient », a-t-il tweeté.

Rowling elle-même ne s’est pas encore exprimée sur la controverse.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...