Israël en guerre - Jour 292

Rechercher

Journée d’Al-Qods : « Mort à Israël » scandé par des dizaines de milliers d’Iraniens

Le président Raissi a participé au rassemblement de Téhéran, qui intervient dans un contexte de violence meurtrière en Israël et d'avertissement de guerre imminente avec l'Iran

Des manifestants iraniens brûlant des représentations des drapeaux israélien et américain lors de leur rassemblement à l'occasion de la "Journée de Jérusalem", une manifestation annuelle de soutien aux Palestiniens, à Téhéran, en Iran, le 14 avril 2023. (Crédit : AP Photo/Vahid Salemi)
Des manifestants iraniens brûlant des représentations des drapeaux israélien et américain lors de leur rassemblement à l'occasion de la "Journée de Jérusalem", une manifestation annuelle de soutien aux Palestiniens, à Téhéran, en Iran, le 14 avril 2023. (Crédit : AP Photo/Vahid Salemi)

Des dizaines de milliers d’Iraniens, certains scandant « mort à l’Amérique » et « mort à Israël », ont défilé dans la capitale Téhéran vendredi pour marquer la « Journée d’Al-Qods » (Jérusalem en arabe), une manifestation annuelle de soutien aux Palestiniens.

Sur les banderoles brandies par les manifestants, on pouvait lire : « la destruction d’Israël est proche » et « la Palestine est l’axe d’unité du monde musulman ».

De hauts responsables iraniens ont participé au rassemblement, dont le président Ebrahim Raissi.

Depuis la Révolution islamique iranienne de 1979, les rassemblements marquant ce qui est également connu sous le nom de « Journée d’Al-Qods » ont généralement lieu le dernier vendredi du mois du Ramadan.

Al-Qods est le nom arabe de la ville contestée au cœur du conflit israélo-palestinien. Israël s’est emparé de Jérusalem-Est lors de la Guerre des Six Jours en 1967 et l’a annexée à sa capitale. Les Palestiniens souhaitent que la partie orientale de Jérusalem devienne leur future capitale. Jérusalem abrite le mont du Temple, le site le plus sacré du judaïsme, ainsi que la mosquée Al-Aqsa, troisième lieu saint de l’islam.

Le président du Parlement iranien, Mohammad Bagher Ghalibaf, a déclaré aux manifestants qu’Israël était la « racine » des problèmes dans la région et que « les Palestiniens entravaient les projets d’Israël ».

Des manifestants iraniens brandissant des drapeaux palestiniens lors de leur rassemblement à l’occasion de la « Journée de Jérusalem », une manifestation annuelle de soutien aux Palestiniens, à Téhéran, en Iran, le 14 avril 2023. (Crédit : AP Photo/Vahid Salemi)

« Les Palestiniens affrontent activement l’agression israélienne, de Gaza jusqu’au cœur de Tel Aviv », a-t-il ajouté, faisant allusion à la recrudescence des tensions dans le conflit israélo-palestinien depuis le début de l’année.

Ces dernières semaines ont été marquées par des attentats et des affrontements meurtriers en Israël, à Jérusalem-Est et en Cisjordanie, ainsi que par des tirs transfrontaliers entre l’armée israélienne et des terroristes dans la Bande de Gaza, au Liban et en Syrie.

« Hier, ils [les Palestiniens] se battaient avec des pierres, et maintenant ils frappent [Israël] avec des roquettes », a déclaré Ghalibaf.

Ce rassemblement était la première manifestation organisée à l’occasion de la Journée d’Al-Qods, après que le pays a été secoué par des mois de protestations de grande ampleur contre le gouvernement iranien.

Des vagues de protestations ont éclaté après la mort, en septembre, d’une Kurde iranienne de 22 ans qui avait été arrêtée par la police des mœurs pour avoir prétendument enfreint le code vestimentaire islamique très strict de l’Iran. Les manifestations se sont rapidement transformées en appels au renversement des religieux chiites au pouvoir en Iran – incarnant un défi majeur à leur règne de quarante ans. L’Iran a imputé les troubles à des puissances étrangères.

Un manifestant iranien brandissant une affiche du guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, devant une peinture murale du leader de la révolution, l’ayatollah Khomeini, lors d’un rassemblement organisé à l’occasion de la « Journée de Jérusalem », une manifestation annuelle de soutien aux Palestiniens, à Téhéran, en Iran, le 14 avril 2023. (Crédit : AP Photo/Vahid Salemi)

« Nous avons été témoins de conspirations de la part de nos ennemis ces derniers temps », a déclaré Ghalibaf à la foule réunie à Téhéran vendredi. « S’il n’y avait pas eu la grâce de Dieu et l’intelligence de notre nation, ils auraient réalisé leurs rêves. »

Vendredi, les manifestants sont partis de dix directions différentes pour rejoindre le campus de l’Université de Téhéran, où la cérémonie s’est achevée lors de la prière de midi [Salat Dhuhr].

La télévision d’État a montré des images de rassemblements similaires dans d’autres villes iraniennes. Beaucoup portaient des drapeaux palestiniens et la bannière du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, soutenu par l’Iran au Liban. Dans certains endroits, les manifestants ont mis le feu à des drapeaux américains et israéliens, ainsi qu’à des effigies du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Reza Masoumi, 63 ans, enseignant à la retraite, a déclaré qu’il avait participé au rassemblement pour « rappeler à Israël qu’il ne pouvait pas supprimer les Palestiniens ». « Nous, les Iraniens, nous tenons aux côtés de la Palestine. »

Fatemeh Yasrebi, étudiante de 20 ans, a déclaré qu’elle soutiendrait les Palestiniens « jusqu’à ce qu’Israël se retire des terres occupées, qui appartiennent aux Palestiniens ». « La paix entre les nations musulmanes et Israël est impossible. »

Des manifestants iraniens brûlant des représentations des drapeaux israélien et américain lors de leur rassemblement à l’occasion de la « Journée de Jérusalem », une manifestation annuelle de soutien aux Palestiniens, à Téhéran, en Iran, le 14 avril 2023. (Crédit : AP Photo/Vahid Salemi)

L’Iran ne reconnaît pas Israël et soutient des groupes terroristes anti-Israël tels que le groupe terroriste palestinien du Hamas et le Hezbollah libanais. Israël et l’Iran se considèrent comme des ennemis jurés au Moyen-Orient.

Jeudi, l’ancien conseiller à la Sécurité nationale Yaakov Amidror a déclaré qu’une guerre avec l’Iran était de plus en plus probable et qu’Israël devait se préparer à attaquer sans l’aide des États-Unis.

« Nous devons nous préparer à la guerre. Il est possible que nous arrivions à un point où nous devrons attaquer l’Iran même sans l’aide des États-Unis », a déclaré Amidror, un ancien général qui a servi comme chef du Conseil de sécurité de la nation sous Netanyahu de 2011 à 2013, lors d’une interview avec la station de radio 103FM.

« L’Iran est plus sûr de lui. Il a réussi à signer un certain nombre d’accords avec les États arabes. Le monde commence à changer », a-t-il déclaré, faisant référence aux récents accords conclus par les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite en vue de rétablir les liens diplomatiques avec Téhéran.

« L’Amérique n’est plus la même en termes de présence, et les Iraniens le voient bien. Les États-Unis ont des problèmes bien plus importants que le Moyen-Orient. Le monde regarde Israël différemment. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.