Katz: Bouclier du Nord prouve que la démission de Liberman était « irresponsable »
Rechercher

Katz: Bouclier du Nord prouve que la démission de Liberman était « irresponsable »

Yisraël Katz déclare que l'ancien ministre de la Défense a démissionné le mois dernier "pour des considérations politiques qui ont échoué"

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à gauche), le ministre du Renseignement Yisrael Katz, (au centre), et le ministre de la Défense Avigdor Liberman à la Knesset, Jérusalem, le 30 mai 2016. (Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à gauche), le ministre du Renseignement Yisrael Katz, (au centre), et le ministre de la Défense Avigdor Liberman à la Knesset, Jérusalem, le 30 mai 2016. (Yonatan Sindel/Flash90)

Un haut responsable du parti au pouvoir, le Likud, a accusé mercredi le député Avigdor Liberman d’avoir démissionné de manière « irresponsable » de son poste de ministre de la Défense, avant une opération visant à détruire des tunnels du Hezbollah au Nord.

Liberman a démissionné le 14 novembre, après une importante flambée de violences qui a vu quelque 460 roquettes lancées depuis la bande de Gaza sur des localités israéliennes par des groupes terroristes palestiniens, faisant un mort et plusieurs blessés parmi la population. En se retirant, Liberman a accusé le gouvernement et le Premier ministre Benjamin Netanyahu de « capituler face au terrorisme » en acceptant une trêve avec l’organisation terroriste palestinienne du Hamas, qui dirige Gaza et est déterminé à détruire Israël.

Le Premier ministre avait fait valoir à l’époque qu’il y avait des raisons, qu’il ne pouvait pas divulguer, de ne pas faire la guerre qui étaient liées à la sécurité nationale – apparemment en référence à une opération imminente contre le Hezbollah.

« Aujourd’hui, il est clair pour tout le monde que sa démission était irresponsable et qu’elle a été motivée par des considérations politiques qui ont échoué », a déclaré le ministre des Transports Yisraël Katz à la radio israélienne.

Katz a également critiqué Liberman pour avoir appelé à la chute du Hamas avant qu’il ne devienne ministre de la Défense, mais pour avoir ensuite « agi pour lever des fonds pour eux » lorsqu’il a occupé ce poste. Il fait apparemment référence aux efforts déployés par Israël pour obtenir de l’aide étrangère afin d’alléger le sort des Palestiniens de Gaza.

Avigdor Liberman annonce sa démission du ministère de la Défense lors d’une conférence de presse à Jérusalem le 14 novembre 2018 (Crédit : Yonatan Sindel / FLASH90)

En réponse, le parti Yisrael Beytenu de Liberman s’en est pris à Katz.

« Nous suggérons que le ministre des Transports, au lieu de révéler les détails des discussions du Cabinet dans une émission en direct, se concentre sur la résolution du problème des embouteillages sur les routes, l’élargissement de la route 90 et [l’amélioration] du fonctionnement des chemins de fer israéliens ».

Au cours de l’interview, Katz a également pris pour cible le parti HaBayit HaYehudi, qui avait lancé un ultimatum à la suite de la démission de Liberman en exigeant comme condition pour demeurer dans la coalition le poste de ministre de la Défense pour le chef du parti Naftali Bennett. Bennett a finalement abandonné cette revendication après que Netanyahu la refusa et se soit nommé lui-même ministre de la Défense.

« L’ultimatum de certains responsables concernant le portefeuille de la Défense était erroné, et ils ont eu raison de le retirer », a dit Katz.

L’armée israélienne a lancé mardi l’opération Bouclier du Nord pour contrecarrer les tunnels d’attaque creusés par l’organisation terroriste libanaise Hezbollah à la frontière du Sud Liban.

Selon les militaires, l’opération devrait durer plusieurs semaines et est dirigée par le chef du Commandement Nord de Tsahal, le général de division Yoel Strick.

Sur cette photo publiée par le Hezbollah Central Military Media, des pelleteuses de l’armée israélienne travaillent à la frontière israélo-libanaise près d’un mur qu’Israël a construit le mardi 4 décembre 2018, face au village de Kafr Kila au sud du Liban. L’armée israélienne a lancé une opération pour « démasquer et neutraliser » les tunnels qu’elle dit avoir été construits par l’organisation terroriste du Hezbollah qui s’étendent du Liban au nord d’Israël. (Médias militaires du Hezbollah via AP)

L’armée israélienne a découvert un tunnel qui, selon le porte-parole de Tsahal, le général de brigade Ronen Manelis, pénétrait sur près de 40 mètres en Israël.

Le général Gadi Eizenkot, chef d’état-major de Tsahal, a déclaré qu’à la suite de la guerre de Gaza en 2014, où la menace des tunnels du Hamas était un problème majeur, l’armée israélienne avait « mis au point une technologie opérationnelle et technique très avancée, et des capacités en termes de renseignement, qui lui permettent de neutraliser les tunnels d’attaque tant au Nord que dans le Sud ».

Le chef de l’armée a déclaré que les dirigeants des localités du nord d’Israël avaient été informés à l’avance de l’opération et les a félicités pour avoir fait preuve de sens de « responsabilité » en ne révélant pas qu’elle était prête à avoir lieu.

Il a déclaré que Tsahal était « en possession des plans de creusement de tunnels offensifs du Hezbollah » et a appelé les Israéliens à « se sentir en sécurité, à poursuivre leurs activités quotidiennes et à continuer à voyager dans le nord ».

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...